"/>

Chronique de Sabrina Di Matteo

À l'UdeM, la théologie se convertit

  (Pixabay)
Sabrina Di Matteo | Chroniqueuse
Chroniqueuse
2016-11-30 15:02 || Québec Québec

On apprenait il y a quelques jours la fermeture de la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Montréal. Oui, l’entité «faculté» ne sera plus. Elle se convertira (pardonnez-moi) en Institut d’études religieuses au sein de la Faculté des arts et des sciences, à partir du 1er mai 2017. Fin d’une époque ou début d’une ère nouvelle?

Loin d’y voir un échec ou une mort annoncée, j’y perçois le reflet d’une évolution socioreligieuse et la capacité de s’adapter aux changements, pour vivre avec pertinence.

«Tu vas perdre la foi en étudiant la théologie!»

Je ne suis sans doute pas la seule à avoir entendu ce préjugé lancé aux personnes croyantes qui se destinaient à un parcours universitaire en théologie, qui plus est au sein de la Faculté de théologie de l’Université de Montréal, entourée de soupçons: corps professoral majoritairement laïc, penchants progressistes, féministes…

Rassurez-vous. Je suis une fière diplômée de cette institution fondatrice de l’Université de Montréal. Je n’y ai pas perdu la foi, loin de là.

La théologie a été un coup de foudre, kaléidoscope des religions, des sociétés et de l’interdisciplinarité.

J’y ai acquis des connaissances et des compétences pour mieux comprendre, analyser et m’engager. Je dois en bonne partie à la Faculté la maturation de ma foi, mon autonomie et mon équilibre comme croyante et intervenante auprès de personnes en quête de sens, en quête de croire.

Étudiante au baccalauréat de 2001 à 2004, je suis aussi de ce qui aura sans doute été la dernière cohorte des études spécialisées en théologie (bible, théologie pratique…), avant que la Faculté ne prenne acte des effets de la déconfessionnalisation et du déclin démographique des croyants. Difficile d’offrir des cours sur des livres bibliques particuliers alors que la notion d’Ancien et de Nouveau Testaments avait peu d’écho chez la génération montante, ou de former à l’animation paroissiale des étudiants dont l’intérêt se portait plutôt sur les grandes religions. Conséquemment, les besoins des diocèses pour une formation continue (offerte à leur personnel pastoral inscrit à temps partiel dans des campus satellites) ne trouvant plus réponse dans l’offre de cours plus généraliste, des institutions autres que la Faculté ont pris le relais d’une formation à l’animation de la vie chrétienne dans ses réalités ecclésiales.

Signes des temps

La conversion de la Faculté en Institut d’études religieuses axées sur la théologie, les sciences des religions et les études en spiritualité me paraît être une réponse pertinente aux «signes des temps». À mon avis, c’est par l’interdisciplinarité et les liens avec l’éducation, par le dialogue interreligieux ou interspirituel que l’attrait pour la théologie et les sciences des religions peut reprendre un essor, notamment chez les jeunes adultes empreints des enjeux sociaux du vivre-ensemble, des questions de radicalisation religieuse et du besoin de mieux connaître les phénomènes religieux, leurs sources et leurs dérives.

Au carrefour de l’actualité et des pratiques d’intervention dans une diversité de milieux, l’Institut a le potentiel de devenir un laboratoire de réflexion et de référence académique. Il sera intéressant de voir si et comment une complémentarité de formation émerge avec d’autres institutions dans le paysage catholique. Car la théologie n’est pas morte. Elle ressuscite.


2 Commentaire(s)

Mme Lauzon || 2017-01-06 08:28:21

Très bonne analyse et réflexion sur un vaste sujet; paragraphe sur *signes des temps* qui se résume sur une note optimiste pour notre présent et futur de notre jeune génération en quetionnement.- Ouverture positive et réaliste sur un sujet toujours délicat et complexe.****

Jean Duhaime || 2016-12-04 20:21:49

Merci de cette mise au point qui "dégonfle la nouvelle de la "fermeture" de la Faculté et replace les choses en perspective. Merci aussi de ce témoignage sur la formation reçue à la Faculté. C'est très apprécié! Selon les propos du recteur de l'Université lors d'une récente allocution, l'Institut continuera à offrir des activités d'enseignement et de recherche dans les deux domaines, théologie et sciences des religions, de telle sorte que la faculté "de faire de la théologie" ne disparaîtra pas dans la conversion de structure annoncée. Jean Duhaime, prof. émérite Théologie et sciences des religions Université de Montréal Jean Duhaime, Prof. émérite Faculté de théologie et de sc. des religions Université de Montréal.

 

du même auteur

Le pape François salue des religieuses au Vatican le 20 décembre 2017.
2018-03-06 22:13 || Monde Monde || 17 Commentaire(s)

Risquer l’avenir ou risquer les femmes?

Un enfant observe des bougies dans l'église de la Nativité, à Bethléem, le 19 décembre 2017.
2017-12-22 20:03 || Québec Québec || 4 Commentaire(s)

Enfanter quel monde?

Pour l'auteur, tout changement de ton ou d'approche sur des enjeux sensibles doit d'abord passer par l'écoute.
2017-10-10 23:00 || Monde Monde || 1 Commentaire(s)

Pour une réforme de l’écoute

articles récents

«Il y en a bien quelques-uns qui aspirent encore à un monde rêvé dans lequel la religion serait dominante et s’imposerait à tous. Mais ne pouvons que nous réjouir du fait que désormais les «hommes de Dieu» sont d’abord vus comme des hommes tout court.»
2018-07-18 09:28 || Québec Québec || Aucun commentaire

Prêtre catholique: le sacré s’épuise

«La foi n’est pas une mode qu’on peut relancer au gré des saisons. L’avenir de la mémoire catholique québécoise passe donc par une autre sorte de conversion, culturelle celle-là», écrit Louis Cornellier.
2018-06-21 10:09 || Québec Québec || 8 Commentaire(s)

Comment peut-on être un catholique québécois?

Le Territoire de la capitale australienne, vient d'adopter une loi qui oblige les prêtres à divulguer les secrets de la confession dans les affaires d'agressions sexuelles sur enfants.
2018-06-19 19:44 || Monde Monde || Aucun commentaire

Le secret de la confession en péril