Action collective contre les Missionnaires oblats de Marie Immaculée

Abus sexuels: encore loin d'un règlement hors cour pour les oblats

Les négociations pour en arriver à un règlement dans le dossier des personnes abusées par des oblats seraient terminées, indique l'avocat des victimes. Le supérieur provincial de la congrégation religieuse réplique que les oblats sont «toujours déterminés» à trouver une entente.
Les négociations pour en arriver à un règlement dans le dossier des personnes abusées par des oblats seraient terminées, indique l'avocat des victimes. Le supérieur provincial de la congrégation religieuse réplique que les oblats sont «toujours déterminés» à trouver une entente.   (Archives Présence/P. Vaillancourt)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-08-24 21:02 || Québec Québec

«Avec les oblats, elle est terminée la négociation. Ce fut une grosse perte de temps. On attend maintenant le procès», assure l'avocat Alain Arsenault.

Questionné sur les différentes actions judiciaires qu'il mène au nom des victimes qui allèguent avoir subi des agressions de la part de prêtres diocésains et de membres de communautés religieuses, l'avocat est tranchant dans le cas du dossier des Missionnaires oblats de Marie Immaculée.

«Cela a pris un an et demi pour en arriver à la conclusion que, quant à nous, on perdait notre temps», lance-t-il.

«Dans notre jargon, on dit qu'on a cassé la conférence de règlement», ajoute Me Arsenault sur ces négociations qui avaient été entamées avec les oblats aussitôt après le dépôt de l'action collective contre la congrégation.

En mars 2018, Le Journal de Montréal avait publié un reportage qui alléguait que le missionnaire Alexis Joveneau, un oblat originaire de la Belgique qui a vécu à La Romaine (Unamen Shipu), en Basse-Côte-Nord, de 1953 jusqu'à son décès en 1992, aurait commis des agressions sexuelles.

Peu après la diffusion, sur plusieurs jours, de cette enquête journalistique, Me Arsenault avait déposé une demande de recours collectif au nom de «toutes les personnes, de même que leurs héritiers et ayant droit, ayant été abusées sexuellement par tout religieux, membre ou employé des Missionnaires oblats de Marie Immaculée entre le 1er janvier 1950 et le 31 décembre 2018».

Les oblats avaient immédiatement «condamné sans équivoque tout abus sexuel et physique, passé ou présent, par les membres de leur congrégation». et indiqué «tenter de trouver une solution au litige par le biais d'une conférence de règlement à l'amiable présidée par une juge de la Cour supérieure du Québec».

C'est le 19 juin 2020 que les avocats des victimes «ont constaté l'échec de ces discussions», indique la demande d'action collective modifiée qui a été présentée au palais de justice de Montréal le 31 juillet 2020.

Déterminés à parvenir à un règlement

Supérieur provincial de la province oblate Notre-Dame-du-Cap, Luc Tardif ne souhaite pas «commenter la lecture de la situation» faite par l'avocat des victimes. Mais il tient à redire que les oblats «souhaitent, espèrent et sont toujours déterminés à parvenir à un règlement à l'amiable».

Cela, «dans l'intérêt des victimes et dans l'intérêt de la justice», ajoute-t-il. «Au nom de la compassion pour ces victimes», il est hors de question, tant pour le père Tardif que pour les oblats, de «renoncer à travailler dans cette direction.»

Depuis le dépôt initial de l'action collective, en mars 2018, quelque «190 personnes se sont adressées aux procureurs [le cabinet Arsenault Dufresne Wee Avocats] afin de dénoncer des agressions sexuelles dont elles ont été victimes de Ia part de religieux, membres ou employés» de la congrégation religieuse. Sur ce nombre, «58 personnes [...] se sont plaintes d'agressions sexuelles par le père Alexis Joveneau», indique la requête modifiée.

***

 

 

du même auteur

L'ancien président de Développement et Paix, Jean-Denis Lampron, estime que l'organisme a manqué de transparence dans le processus de révision de ses partenaires.
2021-02-26 10:49 || Canada Canada

«Cela ne tient pas la route», disent deux ex-dirigeants de Développement et Paix

Développement et Paix ne conservera des liens de partenariats qu'avec le tiers des organismes qui ont été soupçonnés, depuis mars 2018, de ne pas respecter l'enseignement social et moral de l'Église catholique, ont annoncé l'organisme et les évêques canadiens le 25 février.
2021-02-25 18:18 || Canada Canada

Développement et Paix expurge près de 40% des partenaires examinés

Alors que débute sa campagne de financement annuelle, Développement et Paix refuse de rendre public le rapport final de l'enquête qu'il a menée, durant trois années, sur le quart de ses partenaires.
2021-02-23 16:11 || Canada Canada

Révision des partenaires de Développement et Paix: le rapport restera confidentiel

articles récents

Le cardinal Kevin Farrell en poste au Vatican a invité en octobre 2019 les ex-membres de la Famille Marie-Jeunesse (FMJ) qui se «considéraient victimes d'abus» à «porter plainte aux autorités concernées».
2021-02-16 16:56 || Québec Québec

Marie-Jeunesse: un préfet de dicastère invitait les victimes à porter plainte

Le 9 février, un juge fédéral de Brooklyn a bloqué définitivement les limites de capacité de l'État de New York pour le culte dans les synagogues orthodoxes dans les zones où le taux de propagation de la COVID-19 est élevé.
2021-02-12 16:06 || Monde Monde

Lieux de culte: la Cour bloque les limites dans l'État de New York

La requête en vue d'autoriser l'exercice d'un recours collectif contre la Famille Marie-Jeunesse (FMJ), contre son fondateur l'abbé Réal Lavoie et contre l'archidiocèse de Sherbrooke a été présentée les 8 et 9 février au palais de justice de Québec.
2021-02-09 19:54 || Québec Québec

Requête contre la Famille Marie-Jeunesse: audiences à Québec