Afrique/États-Unis

Des experts croient que certains des premiers esclaves en Virginie étaient catholiques

Les premiers esclaves en Virginie venaient d'une partie de l'Afrique majoritairement catholique, croient des experts.
Les premiers esclaves en Virginie venaient d'une partie de l'Afrique majoritairement catholique, croient des experts.   (Pixabay)
2019-11-20 15:36 || Monde Monde

Quelques mots dans une lettre de John Rolfe, époux de Pocahontas et comptant parmi les premiers colons dans ce qui devait devenir les États-Unis, marquent l'arrivée des premiers Africains en Virginie en 1619.

Quatre cents ans plus tard, les historiens en savent peu sur les «vingt et quelques nègres» qui sont arrivés à bord du White Lion. Ils savent que leur voyage a commencé dans la ville portuaire et capitale de l'Angola moderne, Luanda, lorsqu'ils sont montés à bord du San Juan Bautista. Luanda était un carrefour de commerce d'esclaves.

Dans le golfe du Mexique, le navire a été attaqué par deux navires corsaires anglais, dont les marins ont confisqué de 50 à 60 esclaves. L'un des navires s'est rendu à Port Comfort, en Virginie, maintenant connu sous le nom de Fort Monroe à Hampton. Les Africains ont ensuite été vendus à de riches colons.

Bien qu'une grande partie de la riche histoire de ces hommes et de ces femmes soit perdue, John K. Thornton, professeur d'histoire et d'études afro-américaines à l'Université de Boston, croit que la patrie du peuple asservi suggère qu'ils étaient catholiques. Thornton a présenté son travail au George Washington Symposium à Mount Vernon, à Alexandria, le 2 novembre.

Portugal et Kongo

Les chrétiens sont arrivés dans cette partie de l'Afrique plus d'un siècle avant 1619, lorsqu'une flotte d'explorateurs portugais a pris contact avec le peuple Kongolais. Le Kongo était un royaume situé dans le centre-ouest de l'Afrique, dans l'actuel nord de l'Angola.

Le roi du Kongo envoya un groupe d'ambassadeurs à Lisbonne et à la fin de leur séjour de trois ans, les visiteurs se convertirent au christianisme. En 1491, le roi du Kongo fut lui aussi baptisé.

Son fils, le roi Alphonse Ier, a totalement embrassé le catholicisme. «Alfonso a pris très au sérieux le projet de faire de son pays un pays chrétien», a dit Thornton. Les Portugais envoyèrent des prêtres missionnaires pour administrer les sacrements au peuple. «Un prêtre qui est descendu a dit qu'il pensait qu'Alfonso était un ange envoyé du ciel qui connaissait mieux la vie des saints que nous», a relaté Thornton.

Le peuple a également embrassé le christianisme dans la colonie portugaise en Angola, a-t-il dit.

«Il y avait quelque chose dans cette région angolaise, non seulement dans la colonie portugaise, mais aussi dans la région environnante, qui avait un mélange afro-européen [différent] de partout ailleurs», a expliqué Thornton. Les missionnaires catholiques étaient également présents dans le royaume voisin de Ndongo, au sud, mais certains y voyaient le catholicisme comme un signe de domination portugaise.

Au moment où les premiers esclaves ont été amenés en Virginie, il y avait deux guerres en cours dans cette partie de l'Afrique, a dit Thornton. Le plus grand des deux se trouvait entre le peuple de Ndongo et les Portugais et leurs alliés. Les Portugais ont été les vainqueurs.

«Ils ont saccagé la capitale, le roi s'est enfui sur une île dans le fleuve et [les Portugais] ont emmené tout un groupe de personnes. Ce gouverneur a exporté 50 000 esclaves en trois ans», a indiqué Thornton.

Au même moment, le Kongo a connu une guerre civile, et ceux qui ont été vaincus dans ce conflit ont peut-être été conduits à Luanda et vendus comme esclaves.

Thornton croit que le groupe d'Africains qui sont arrivés à Point Comfort comprenait probablement de nombreux Ndongolais qui auraient pu être catholiques, et quelques Kongolais, qui étaient catholiques. Cependant, dit Thornton, techniquement, tous les esclaves ont été baptisés catholiques avant leur voyage transatlantique.

«La loi portugaise exigeait que tous les esclaves à exporter reçoivent un catéchisme et un baptême avant d'embarquer à bord du navire, a-t-il dit. Mais il y a fort à parier que beaucoup avaient déjà été baptisés et auraient été sincèrement chrétiens.»

En 1628, encore plus d'Africains furent amenés en Virginie, dont la plupart étaient probablement des Kongolais catholiques, croit Thornton – les vaincus dans un conflit entre un duc et le roi du Kongo. Les registres des baptêmes dans les régions sous contrôle hollandais de la côte Est, connues alors sous le nom de Nouvelle-Néerlande, indiquent également la foi chrétienne des Africains asservis.

«Dans le New York néerlandais, où l'on recevait des gens de la même région en 1626, le fait que les gens étaient chrétiens était assez clair parce que les registres des baptêmes sont remplis d'Africains qui baptisent leurs enfants, tous portant des noms de famille comme Angola ou Congo», a rappelé Thornton.

Libération

Thornton et son épouse, Linda Heywood, professeure d'histoire et d'études afro-américaines à l’Université de Boston, croient que cela peut expliquer le taux élevé de manumission, ou libération des esclaves, en Virginie à l'époque, car certains Anglais estimaient qu'il était immoral d’avoir un autre chrétien comme esclave.

Certains des maîtres pourraient s’être dit: «Je pense que cette personne a été détenue assez longtemps, c'est un chrétien, je le laisse partir», a dit Thornton. Encore une fois, les données recueillies dans le Nord semblent appuyer cette théorie. À un moment donné, 11 Africains détenus depuis 18 ans ont présenté une pétition pour leur liberté et le gouverneur des Pays-Bas a accepté de les laisser partir, a dit Thornton.

Même si Thornton aimerait en savoir plus sur les premiers esclaves de la colonie, les archives historiques n'ont pas laissé grand-chose.

«Nous n'avons presque aucun témoignage oculaire sur la vie et la personnalité de cette première génération d'Africains. Et rien du tout n'est pas grand-chose avec lequel travailler», dit-il.

Mais il est clair que les premiers esclaves en Virginie venaient d'une partie de l'Afrique majoritairement catholique.

Zoey Maraist

***

 

 

du même auteur

Le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, le 14 janvier 2020 à Madrid.
2020-02-17 17:16 || Monde Monde

Les évêques d'Espagne et du Portugal s'opposent à l'euthanasie

L'exhortation apostolique du pape François sur le synode panamazonien a étonné de nombreux travailleurs d’Église au Brésil, suscitant des réactions variées.
2020-02-14 09:24 || Monde Monde

Brésil: accueil tiède pour l'exhortation du pape

Asia Bibi, la femme catholique acquittée de blasphème après avoir passé huit ans dans le couloir de la mort au Pakistan, se décrit comme «une prisonnière du fanatisme» dans son autobiographie récemment publiée. Sur cette photo de 2018, sa famille rencontrait le pape François au Vatican.
2020-02-04 16:58 || Monde Monde

«Je suis devenue une prisonnière du fanatisme» - Asia Bibi

articles récents

«Nous n'avons pas du tout été consultés. On a appris le changement par la voie journalistique. C'est un peu désolant», lance Marc Chevarie, enseignant au secondaire depuis maintenant 32 ans.
2020-01-13 15:13 || Québec Québec

Cours ECR: perplexité et déception chez les enseignants

Le philosophe Louis-André Richard met en garde contre les dangers qui guetteraient une société qui ne parviendrait pas à tenir compte de sa culture religieuse.
2020-01-10 15:33 || Québec Québec

La société doit savoir tenir compte de sa culture religieuse, soutient un philosophe

 Jean-Philippe Perreault de la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval.
2020-01-10 15:27 || Québec Québec

«Il faudrait à tout le moins en débattre, non?», lance Jean-Philippe Perreault