Coronavirus

La Faculté de théologie de l’UL annule ses écoles d’été

La Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval a annoncé le 19 mars l’annulation de toutes ses écoles d’été en raison de la pandémie de coronavirus.
La Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval a annoncé le 19 mars l’annulation de toutes ses écoles d’été en raison de la pandémie de coronavirus.   (Archives Présence/P. Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2020-03-19 17:21 || Québec Québec

La Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval a annoncé le 19 mars l’annulation de toutes ses écoles d’été en raison de la pandémie de coronavirus.

Cela survient dans un contexte où l’université s’efforce de faire en sorte que la plupart des cours puissent être donnés à distance. Or l’intérêt de ces écoles d’été était justement de proposer des formules en divers lieux.

La première école d’été, intitulée «Les psaumes, interprétations exégétiques, musicales et spirituelles… de David à Bono», devait être donnée par le bibliste Sébastien Doane à l’abbaye Val Notre-Dame du 18 au 22 mai. Ce dernier donnera plutôt un cours sur le même sujet à la session d’automne 2020.

La seconde devait porter sur l’«éducation à la citoyenneté globale, au dialogue et à la paix» du 25 au 29 mai. La FTSR était l’un des partenaires impliqués pour ce cours intensif d’une semaine qui devait être offert par le Centre Ikeda.

Le Séminaire de Québec aurait normalement accueilli la troisième, qui portait sur la question du développement durable sous l’angle du management et de la spiritualité. Il s’agissait d’un partenariat entre la FTSR et la Faculté des sciences de l’administration.

Enfin, une quatrième école d’été sous la supervision du professeur Jonathan Bourgel proposait de prendre part à des fouilles archéologiques au site de Tel-Azekah, en Israël, du 25 juillet au 6 août. «En plus de participer aux fouilles archéologiques du site, vous assisterez à une série de conférences sur l’histoire antique de Tel-Azekah et de sa région», indiquait la Faculté. Les 15 places disponibles étaient déjà prises et il y avait une liste d’attente.

«À part cette dernière, les inscriptions devaient s’ouvrir dans quelques jours», explique le professeur Alain Bouchard, qui est aussi responsable de l'information et de la promotion des études pour la FTSR.

Outre le cours sur les psaumes, aucun plan concret n’existe pour permettre de rescaper les autres. Cela dit, selon le professeur Bouchard, il n’est pas impossible que – selon l’évolution de la situation – celle en Israël puisse finir par avoir lieu, en raison de sa date plus tardive.

«On ne sait pas encore ce qui nous attend pour l’automne», tempère toutefois Alain Bouchard, précisant que la Faculté et l’Université Laval doivent continuer de jongler avec la situation actuelle.

***

 

 

du même auteur

Charles Vallières, un prêtre de Magog, remporte un vif succès sur Facebook en y diffusant en direct l'exposition du Saint-Sacrement.
2020-05-15 22:05 || Québec Québec

Un prêtre de Magog fait un tabac en exposant le Saint-Sacrement sur Facebook

Jean-Philippe Auger, alias Padre Coach.
2020-05-15 18:00 || Québec Québec

Plaidoyer pour une transition numérique en pastorale

Le pavillon Félix-Antoine-Savard, où se situe la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval. À compter du 25 mai, la Faculté offrira de nouvelles formations en ligne destinées au grand public.
2020-05-15 12:22 || Québec Québec

Religions: nouvelle offre de formation grand public à l’Université Laval

articles récents

Une dame portant un masque prie dans l'église San Giacomo in Augusta, à Rome, le 18 mai 2020.
2020-05-22 14:35 || Monde Monde

COVID-19: hausse de la ferveur religieuse en Italie, selon une étude

Le pavillon Félix-Antoine-Savard, où se situe la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval. À compter du 25 mai, la Faculté offrira de nouvelles formations en ligne destinées au grand public.
2020-05-15 12:22 || Québec Québec

Religions: nouvelle offre de formation grand public à l’Université Laval

Détail de La vision d'Ézéchiel, de  Tobias Fendt (1565). La pandémie de coronavirus mérite d’être «lue» à travers la Bible, mais ce n’est pas du côté de l’Apocalypse qu’il faut d’abord chercher, estime le bibliste Francis Daoust, qui attire plutôt l'attention du côté des passages sur «l’idolâtrie».
2020-03-16 15:57 || Québec Québec

Coronavirus, une perspective biblique