Chronique de Sabrina Di Matteo

Adieu, cher Benoît

Benoît Lacroix photographié à l'automne 2015.
Benoît Lacroix photographié à l'automne 2015.   (Présence/Sabrina Di Matteo)
Sabrina Di Matteo | Chroniqueuse
Chroniqueuse
2016-03-03 15:30 || Québec Québec

On t’aurait gardé avec nous pour toujours, Benoît. Te voilà parti pour l’éternité, sans faire grand bruit et sans t’éterniser. En l’espace d’une semaine, la pneumonie a eu raison de tes dernières énergies. Ce souffle, ce pneuma qui a porté tant de paroles offertes au monde comme des perles sur un chapelet de sagesse, tu l’as remis à Dieu.

Le 8 septembre dernier, tu soufflais 100 bougies. Je t’ai vu chaque semaine te promener entre la bibliothèque et le cloître de ton couvent. Il y a à peine un mois, je t’ai salué dans le grand salon de lecture: tu feuilletais une compilation de caricatures. «On m’a ordonné de me reposer», m’as-tu expliqué. J’y ai vu ton ouverture à l’art et à la lecture lucide et critique de l’actualité.

À te voir aller durant ces dernières années où je t’ai côtoyé, j’étais portée à croire que ton eau de jouvence était de ne jamais dire «non». L’accueil incessant des visiteurs, les téléphones, les entrevues, les conférences, les célébrations s’enfilaient sans répit. Quelques jours avant d’entrer à l’hôpital, tu avais même baptisé quatre bébés! Le baptême était un de tes rites préférés, une célébration de la vie et de l’espérance.

Je laisse à d’autres le soin de parler de Benoît le géant, de ton œuvre et ton érudition. Pour le moment, je veux me souvenir de l’homme, du frère prêcheur. Je me remémore ton petit côté orgueilleux, toi qui refusais d’utiliser une canne alors que ton pas chancelant t’a fait chuter à quelques reprises, l’automne dernier. Je pense à ton veston de cuir, celui que tu arborais avec l’assurance d’un jeune homme allant faire la cour – plus charmant centenaire il n’y avait pas! J’entends à nouveau le son de tes pas, lorsque tu arrivais dans mon bureau les bras chargés de chocolats, gâteaux et friandises pour offrir aux jeunes adultes dans notre centre de pastorale. Tu recevais tellement de cadeaux à Noël et à ta fête, il fallait bien les partager!

Avec l’âge, tu aurais pu devenir amer, pétri de l’angoisse des guerres du XXe siècle, étourdi par l’évolution technologique, blessé par le déclin de ton Église, découragé face à l’avenir incertain. Mais non. Tu es toujours retourné à ta source, celle de Jésus, humble homme de Nazareth, juif de religion qui a transcendé le judaïsme de son époque et fait émerger ce qui allait devenir le christianisme.

Ton héritage, Benoît, c’est ta simplicité. Tu as su parler le langage du quotidien pour témoigner d’un Dieu de tendresse et de liberté, à mille lieues des images punitives et d’une certaine noirceur qui ont fait fuir des générations loin de l’Église, au Québec et ailleurs. D’une certaine façon, toi aussi, tu as transcendé ta religion pour offrir une vision différente de la foi. Pour toutes ces personnes qui ont claqué la porte de l’Église, ton regard bleu fleuve a ouvert une fenêtre pour leur faire découvrir autre chose que la doctrine et les discours: l’accueil, l’écoute et l’amicale générosité qui fondent et maintiennent toute communauté humaine. Cependant, ta foi était plus que de l’humanisme. Ton Évangile n’était pas édulcoré. Ton héritage, j’aimerais aussi que ce soit cela. Qu’on ne se lamente pas en affirmant que notre société a perdu le dernier géant capable de montrer un autre visage d’Église. Plutôt, qu’on entre par ta fenêtre ouverte pour rencontrer tant d’autres personnes qui ont à cœur l’accompagnement de la quête de sens, une foi de liberté et d’ouverture, un engagement de justice pour le monde.

C’est la mi-Carême. Tu es parti à ce moment où la lumière revient, où on espère enfin le printemps. Je pense à toi, debout dans la lumière de l’aube, célébrant Pâques dans le chœur de l’église St-Albert-le-Grand, entouré de tes frères, de jeunes et de gens venus de partout pour cette fameuse messe débutant à 4h00 du matin. Dans cette nuit du 2 mars 2016, tu as vécu ta Pâque, ce grand passage de la mort à la vie éternelle. Avec une foi en la résurrection. Une foi debout, fière, digne. Comme toi. Cher Benoît, merci pour le printemps.

Benoît Lacroix et Sabrina Di Matteo, Pâques 2014. (Courtoisie Centre étudiant Benoît-Lacroix/Photo Anne-Marie Burns)


20 Commentaire(s)

Danièle Roy || 2016-03-10 21:37:00

Bravo pour ce charmant voyage en écriture Sabrina. J'ai eu le privilège de rencontrer Père Benoit Lacroix lors d'une période de questionnement intense de ma vie. Sa grande amie, Anita Vaillancourt lui avait demandé de me reçevoir. Il m'a écouté, œil bleu coquin, demi-sourire en coin. Il m'expliqua l'inexplicable et j'ai compris. Il m'a fait réaliser l'essentiel, ma remise en route sur le bon chemin. Je suis entrée à la bibliothèque perdue, torturée, déchirée. Je suis sortie calmée, rebranchée sur la bonne fréquence, sereine à nouveau. Il m'a dit " Vous êtes une femme de cœur et le monde a besoin de gens de cœur. Il ne faut pas changer. Il faut continuer de croire et avoir foi en l'amour. Il avait raison. J'étais à la soirée de prières hier. Il m'avait fait une place d'une heure et demi à son agenda en 2011, là c'était à mon tour. Le monde a besoin de Pères Lacroix et de Méres Lacroix je tenterai d'en être une et je vous souhaite d'en être une aussi Sabrina! À vous lire, vous l'êtes déjà. Amen

Anonyme || 2016-03-07 18:02:15

Grandes foi et espérance; ouverture; accueil; aimant (dans les deux sens du mot); générosité; luminosité; beauté; simplicité; jeunesse (malgré son bel âge); prière; Église et résurrection. Ce sera par ces mots que je penserai au Père Lacroix. Merci, Sabrina, d'un aussi touchant témoignage. Et la photo à la fin de l'article: "sans prix" !

Denis Bélanger || 2016-03-07 16:54:13

Touchant votre témoignage à l'égard de ce grand & humble homme. Merci de le partager avec nous.

Denyse Ménard || 2016-03-07 13:58:32

Merci d'avoir partagé votre vécu avec le Père Lacroix. Sa vie à été un tėmoignage d'amour.

Sheila Sullivan CND || 2016-03-06 23:12:46

Beautiful testimony, Sabrina! Thank you.

Marc Chevarie || 2016-03-06 11:11:21

Quel texte inspirant! Merci Sabrina d’avoir si finement rendu justice à l’homme, mais aussi au croyant qu’il n’a jamais cessé d’être!

Carmen Cloutier || 2016-03-06 09:49:04

Superbe ton témoignage Sabrina! Grand merci pour ce partage plein d'espérance et de lumière!

Manon Lefebvre || 2016-03-05 10:15:10

Merci Sabrina pour ce beau témoignage. Tu nous fait connaître et aimer ton ami Benoît. Je suis en deuil avec tout le Québec de ce grand homme.

Marina Di Stefano || 2016-03-04 21:00:34

I have had the privilege of meeting such an inspirational man in April 2015 at a mass for Good Friday. I will always remember that evening when each one participated in a symbolic gesture that united us young and old and mostly the peace that filled the room even in such troubled times. Thank you for all your good work and I know for certain that the legacy of Benoît Lacroix will live on through all those people whom have encountered him and will continue to make a difference in our society. Thank you for such a beautiful testimony. God bless you!

Pierre-Paul Lafond || 2016-03-04 16:51:21

Quelle chance de l'avoir connu. Tu es privilégiée. Ce que tu dis de lui correspond très bien au peu que j'ai pu connaître de lui en suivant l'un de ses cours ou en l'entendant à la radio et la télé. Son humanisme a eu des héritières et des héritiers et j'en suis fier.

Robert Carbone diacre || 2016-03-04 14:56:55

on se rejouin beaucoup sur l interpretation,des Paroles de Jesus, il etait un homme simple, accueilant, remplit de pardon, genre itinerant, il etait accompagne d hommes et de femmes de toutes provenance. BENOIT, JE VOUS ECOUTAIT TOUJOURS AVEC PLAISIRS. Bon voyage vers notre pere a tous et a toutes.

Benoît Bleau || 2016-03-04 13:04:09

Chère Sabrina, merci pour ce très beau témoignage à notre ami et modèle. Comme tu le dis si bien, entrons par sa fenêtre ouverte et découvrons les chercheurs de sens, de liberté et de justice pour le monde à la lumière de l'héritage de ce grand chrétien qu'a été le père Benoît Lacroix. Comme il disait, et on finissait par le croire: "La mort m'a probablement oublié." Mais non, et il nous manquera mais notre devoir est de reprendre son flambeau et de le porter le plus haut possible.

Suzanne Lavigueur || 2016-03-04 11:43:54

Merci Sabrina, d'avoir partagé avec nous un témoignage si vivant de cet homme, qui restera certainement présent au Centre qui porte joyeusement son nom !

Line || 2016-03-04 10:19:12

Merci bon pere Benoit je viens de recevoir l appel du Seigneur le jour de ton deces , apres avoir été tres malade je me remets lentement mais surement je sais que que ce beau miracle viens de ce produire par votre réconfortente parole d amour ...

Laure || 2016-03-04 09:33:28

Merci Sabrina pour ce beau témoignage. Je garderai pour toujours le sourire et la lumière du père Benoit Lacroix, qui venait partager des moments plein d'amour au centre.

Michel et Marcelle Arsenaullt || 2016-03-04 08:25:51

Merci Sabrina pour ton témoignage inspirant. Nous avons connu le Père Lacroix par ses ouvrages et par ses conférences toujours d'actualité. Ce fut un grand pasteur que nous avons beaucoup apprécié.

Marie-Marthe B. || 2016-03-04 07:49:21

Merci de lui rendre hommage d'un si belle manière. Un texte simple qui laisse émerger le coeur d'un homme donné aux autres, jeunes et moins jeunes, et à son Église. Il connaissait les fragilités de celle-ci et en reconnaissait aussi ses fragilités parce qu'il en connaissait son histoire. Celles d'hier et celles d'aujourd'hui. Un homme attentif à son époque et rempli d'espérance. Cela donne le goût de vivre l'Evangile au quotidien.

Jasmin Lemieux-Lefebvre || 2016-03-03 22:51:32

Merci Sabrina. Quelle privilège tu as eu de le côtoyer si souvent. Il est de notre responsabilité de tenir le flambeau de sa mémoire, au nom du Christ qu'il aimait tant.

Carole Sabourin || 2016-03-03 18:45:18

Trés émue par votre adresse au Père Benoît Lacroix.... depuis son départ, j'ai juste le goût d'écouter toutes ses entrevues... je n'ai pas eu le plaisir de le connaître personnellement mais je lui ai déjà parlé lors d'une séance de signature... c'est un être marquant dans ma vie... dans notre vie...

Gilles Leblanc || 2016-03-03 17:55:35

Sabrina, beau témoignage d'une témoin privilégiée de la responsable du Centre Benoit-Lacroix.

 

du même auteur

Un enfant observe des bougies dans l'église de la Nativité, à Bethléem, le 19 décembre 2017.
2017-12-22 20:03 || Québec Québec || 4 Commentaire(s)

Enfanter quel monde?

Pour l'auteur, tout changement de ton ou d'approche sur des enjeux sensibles doit d'abord passer par l'écoute.
2017-10-10 23:00 || Monde Monde || 1 Commentaire(s)

Pour une réforme de l’écoute

2017-04-13 12:01 || Monde Monde || 4 Commentaire(s)

Radicalement Pâques

articles récents

Un couple prend un égoportrait à Jérusalem le 6 décembre 2017.
2018-01-15 15:08 || Monde Monde || Aucun commentaire

Jérusalem, l’étalon d’un monde sous tension

2018-01-08 11:16 || Québec Québec || 1 Commentaire(s)

Ce Québec où triomphe la vie ordinaire

Un enfant observe des bougies dans l'église de la Nativité, à Bethléem, le 19 décembre 2017.
2017-12-22 20:03 || Québec Québec || 4 Commentaire(s)

Enfanter quel monde?