Entrevue à un journal italien

Benoît XVI commente sa renonciation et le voyage de François en Irak

Interrogé par le Corriere della Sera, le pape retraité Benoît XVI, aujourd'hui âgé de 94 ans, affirme que la renonciation à la papauté était la bonne décision.
Interrogé par le Corriere della Sera, le pape retraité Benoît XVI, aujourd'hui âgé de 94 ans, affirme que la renonciation à la papauté était la bonne décision.   (CNS photo/Vatican Media)
2021-03-02 14:50 || Vatican Vatican

Il a eu de la peine à prononcer ses mots et son secrétaire a parfois eu à répéter ce qu'il venait de dire, mais le pape retraité Benoît XVI a parlé à au journal italien Corriere della Sera de sa retraite et du voyage prévu du pape François en Irak.

Le pape retraité, qui aura 94 ans en avril, a démissionné le 28 février 2013. Il vit au monastère Mater Ecclesia dans les jardins du Vatican, où il a rencontré en février le directeur du Corriere avec son secrétaire personnel, Mgr Georg Ganswein.

«Ses mots sortent goutte à goutte; sa voix est un murmure qui va et vient», selon l'article publié à l'occasion de l'anniversaire de sa démission. Parfois, dit l’article, l'archevêque Ganswein «répète et 'traduit', tandis que Benoît fait un signe de tête en signe d'approbation».

Lorsqu'on lui demande s'il réfléchit beaucoup à sa décision de démissionner, «il hoche la tête», dit le journal.

«C'était une décision difficile, mais je l'ai prise en toute conscience, et je crois qu'elle était correcte», a déclaré le pape à la retraite. Certains de mes amis un peu «fanatiques» sont toujours en colère; ils ne voulaient pas accepter ma décision.

Le pape Benoît est conscient de l’existence de ce qu'il a appelé les «théories du complot» sur les raisons de sa démission. «Certains ont dit que c'était à cause du scandale Vatileaks», créé lorsque son majordome a divulgué des documents privés à un journaliste, dit-il. D'autres ont pensé qu'il s'agissait d'un «complot du lobby gai», un groupe supposé de fonctionnaires de la Curie qui se protègent mutuellement.

Et, dit-il, certains pensaient que c'était à cause du cas de l'évêque Richard Williamson, qui avait été excommunié en 1988 lorsque lui et trois autres évêques traditionalistes ont été ordonnés sans l’accord de Rome par l'archevêque français Marcel Lefebvre.

Le pape Benoît a levé les excommunications en 2009, première étape vers l'ouverture de pourparlers officiels visant à la réconciliation avec le groupe. Toutefois, les révélations selon lesquelles l'évêque Williamson aurait nié le gazage des juifs dans les camps de concentration nazis ont suscité une vive indignation. Le Vatican a déclaré que le pape n'avait pas eu connaissance, à l'époque, des opinions radicales de l'évêque sur l'Holocauste.

De nombreux partisans du pape Benoît, a-t-il dit, ne veulent pas croire que sa démission «était une décision consciente» qui n'avait rien à voir avec des pressions extérieures. «Mais ma conscience est claire.»

«Il n'y a pas deux papes, a-t-il dit. Il n'y en a qu'un.»

Le Corriere a décrit le pape retraité comme étant alerte, même s'il était parfois difficile de comprendre son discours. Ses poignets sont «extrêmement fins, ce qui souligne une image de grande fragilité physique». Il porte une montre à son poignet gauche et une alarme d'urgence à son poignet gauche, a indiqué le journal.

Interrogé sur le voyage prévu du pape François en Irak du 5 au 8 mars, «son expression devient sérieuse, inquiète», selon le journal.

«Je pense que c'est une visite très importante», a-t-il déclaré. «Malheureusement, elle arrive à un moment très difficile qui en fait un voyage dangereux pour des raisons de sécurité et à cause de la COVID.»

Et, en fait, l'archevêque Mitja Leskovar, le nonce du Vatican en Irak, qui était censé accueillir le pape tout au long du voyage, a été testé positif pour le coronavirus et est en quarantaine, a annoncé la nonciature le 27 février.

«J'accompagnerai François de mes prières», a déclaré le pape à la retraite.

Le Corriere a également interrogé le pape Benoît sur le président américain Joe Biden.

«C'est vrai, c'est un catholique pratiquant, et personnellement contre l'avortement», a déclaré le pape retraité. «Mais en tant que président, il a tendance à se présenter en continuité avec la plate-forme du Parti démocrate. Et sur les politiques de genre, nous n'avons pas encore une idée claire de sa position.»

Cindy Wooden

***

 

 

du même auteur

Des jeunes se préparent à recevoir les sacrements d'initiation à l'église St. John of God Church de Central Islip (New York), en 2019.
2021-04-12 12:00 || Monde Monde

L'état de l'Église dans le monde en quelques top 5

Le théologien suisse, photographié ici en 2015, est décédé le 6 avril 2021 à l'âge de 93 ans.
2021-04-06 15:40 || Monde Monde

Décès du théologien suisse Hans Küng

Le cardinal Rainer Maria Woelki, 64 ans, a déclaré lors d'une conférence de presse le 23 mars qu'il ne démissionnera pas après la publication du rapport sur la gestion des abus sexuels commis par des clercs dans l'archidiocèse de Cologne.
2021-03-24 12:05 || Monde Monde

Le cardinal de Cologne n'entend pas démissionner

articles récents

La question est alimentée par une série de malaises devant la réception plus que mitigée de déclarations émanant de la Conférence des évêques catholiques du Canada.
2021-04-13 18:21 || Canada Canada

Le Québec aurait-il besoin de sa propre conférence épiscopale?

Des jeunes se préparent à recevoir les sacrements d'initiation à l'église St. John of God Church de Central Islip (New York), en 2019.
2021-04-12 12:00 || Monde Monde

L'état de l'Église dans le monde en quelques top 5

Des Québécoises liées au Comité d’action contre la traite humaine interne et internationale (CATHII) qui ont rédigé les prières pour un Chemin de croix centré sur la traite des êtres humains.
2021-04-02 07:34 || Monde Monde

Un Chemin de croix contre la traite des personnes