COVID-19

Mises à pied «massives» au diocèse de Nicolet

L'évêque André Gazaille photographié lors de l'assemblée plénière de la conférence épiscopale canadienne en 2016. «Nous avons pris cette option rationnelle afin de participer à l’effort de toute la société pour lutter contre la pandémie», a dit Mgr Gazaille.
L'évêque André Gazaille photographié lors de l'assemblée plénière de la conférence épiscopale canadienne en 2016. «Nous avons pris cette option rationnelle afin de participer à l’effort de toute la société pour lutter contre la pandémie», a dit Mgr Gazaille.   (Archives Présence/F. Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-03-27 09:08 || Québec Québec

Après avoir encouragé les responsables des paroisses à éviter toute mise à pied, Mgr André Gazaille a dû «entériner l’inévitable», a annoncé, le jeudi 26 mars, en début de soirée, le diocèse de Nicolet dans un communiqué remis aux médias. «Des mises à pied temporaires massives auront lieu», a reconnu Jacinthe Lafrance, la responsable diocésaine des communications.

«Ces mises à pied font suite à l’injonction d’isolement du gouvernement associée à l’arrêt des activités dites non essentielles afin d'endiguer la propagation de la maladie à coronavirus», explique-t-elle.

«Nous avons pris cette option rationnelle afin de participer à l’effort de toute la société pour lutter contre la pandémie et pour permettre aux paroisses de traverser cette crise sans mettre en péril la pérennité de leurs activités», a ajouté Mgr Gazaille.

Manque à gagner

Depuis que les rassemblements ont été interdits, plusieurs paroisses font face à un difficile manque à gagner, convient Jacinthe Lafrance. «Les recettes de la quête dominicale n’entrent plus dans les budgets, tandis que les frais récurrents des paroisses continuent à devoir être assumés.»

«Une fois la crise passée, tout le monde retrouvera son poste», a de son côté assuré l'évêque diocésain. Il a aussi promis aux employés qui subiraient des ennuis financiers en raison de cette décision de leur accorder une aide «sous forme de prêt sans intérêt».

Le communiqué du diocèse de Nicolet indique que seuls «les curés responsables des paroisses demeureront en poste pour la bonne marche des activités de l’Église, bien que certains d’entre eux, âgés de 70 ans et plus, doivent demeurer en isolement». Au niveau diocésain, c'est tout le personnel du secteur pastoral qui est mis à pied, sauf la coordonnatrice.

Le diocèse de Nicolet compte 27 paroisses.

Réactions

«J'ai l'impression qu'on a cherché avant tout à préserver la trésorerie des paroisses», a déclaré une personne agente de pastorale qui a requis l'anonymat. «C'est vrai que les quêtes ne rentrent plus mais on n'a même pas fait appel à la générosité des paroissiens pour continuer à appuyer la paroisse et son personnel.»

«On aurait pu choisir l'audace et la créativité. On aurait pu inviter les gens à chercher à être présents autrement dans le milieu. C'est comme si on acceptait d'être non essentiel dans notre société. Ça risque de laisser l'impression qu'en dehors des messes, on n'offre pas grand-chose. Ne devrions-nous pas être levain dans la pâte?», demande cette personne.

«Je viens d'apprendre ce qu'a décidé le diocèse de Saint-Jean-Longueuil. J'aurais tellement aimé que cela nous arrive aussi», lance cette autre personne agente de pastorale en paroisse. Le mardi 24 mars, Mgr Claude Hamelin, évêque de Saint-Jean-Longueuil a déclaré qu'il trouverait des fonds afin de soutenir les paroisses de son diocèse.

«C'est ma plus grande peine de ne pas pouvoir être là pour le monde. On n'a même pas pris le temps de réfléchir sur les moyens qu'on aurait pu prendre pour demeurer malgré tout présent à la mission. Et on parle d'une Église de proximité? J'ai un peu honte d'être en arrêt de travail.»

«J'ai hâte de voir comment la machine va reprendre», dit encore cette personne qui a aussi demandé à ne pas être identifiée. «Je n'aurais peut-être pas dû vous dire tout cela. Mais je me vide le cœur. En fait, j'ai mal à mon Église.»

***

 

 

du même auteur

Un champ de pétrole en Irak. Plus de 70 congrégations religieuses et groupes catholiques du Canada demandent au gouvernement canadien de ne plus «consacrer de fonds publics à l’industrie pétrolière et gazière».
2020-05-29 09:41 || Canada Canada

Des catholiques demandent la fin des subventions à l’industrie pétrolière et gazière

Mgr Pierre Goudreault annonce qu'il vient d'adopter des protocoles «à suivre pour la reprise des célébrations liturgiques afin de limiter les risques de propagation du coronavirus».
2020-05-29 08:38 || Québec Québec

Adoption de deux protocoles sanitaires pour les messes et les funérailles

«On ne veut pas que nos lieux de culte soient des centres de propagation du virus. Parce que, pour nous, la vie humaine est sacrée», affirme Hassan Guillet.
2020-05-28 15:20 || Québec Québec

«On ne veut pas que nos lieux de culte soient des centres de propagation du virus»

articles récents

Le Plan de déconfinement rendu public le 25 mai 2020.
2020-05-26 14:06 || Québec Québec

Aucune date pour la réouverture des lieux de culte

Entre le 1er et le 15 mai, le ministre provincial de l’Ordre des frères mineurs capucins, Louis Cinq-Mars, a appris le décès de sept de ses confrères, tous atteints de la COVID-19.
2020-05-21 14:18 || Québec Québec

Sept capucins décédés de la COVID-19 en deux semaines

À la toute fin de son point de presse quotidien sur la COVID-19, le premier ministre François Legault a évoqué brièvement les conditions de travail du personnel des congrégations religieuses.
2020-05-19 15:37 || Québec Québec

Besoins des congrégations religieuses: «On fait des analyses», dit François Legault