Mutuelle d'assurance en Église

Assurances: démission de deux administrateurs

 L'assemblée générale de la Mutuelle d'assurance en Église se tenait le 30 avril 2019 à la cathédrale Saint-Sauveur, à Montréal.
L'assemblée générale de la Mutuelle d'assurance en Église se tenait le 30 avril 2019 à la cathédrale Saint-Sauveur, à Montréal.   (Stéphane Batigne [CC BY 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/3.0)])
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-09-25 06:00 || Québec Québec

Les noms des administrateurs Michel Lamontagne et Hélène Marcil apparaissent encore dans la liste des membres du conseil d'administration de la Mutuelle d'assurance en Église affichée dans le site Web de cette compagnie d'assurances.

Mais leurs noms ont été retirés cet été des données déposées auprès du Registraire des entreprises du Québec. Le dernier changement effectué par la Mutuelle dans ce registre public porte la date du 23 août 2019, soit il y a un mois.

Joint au téléphone, Gabriel Groulx, le président de la Mutuelle d'assurance en Église, confirme qu'il ne s'agit pas d'une erreur d'inscription dans le registre gouvernemental.

«Il y a eu deux départs au conseil d'administration, c'est vrai, on ne le cache pas», a-t-il indiqué.

«Pourquoi ne l'avons-nous pas annoncé aux membres?», demande-t-il, devançant la prochaine question du journaliste. «C'est simplement parce qu'on voulait annoncer en même temps ces deux départs mais aussi les deux arrivées au conseil d'administration.»

M. Groulx confirme ainsi qu'à la prochaine rencontre du conseil d'administration de la Mutuelle, le lundi 30 septembre, deux nouveaux administrateurs seront nommés afin de compléter les mandats des démissionnaires.

Sur son compte LinkedIn, l'administrateur de société Michel Lamontagne mentionne qu'il est toujours membre du conseil d'administration de la Mutuelle, de son comité d'audit et de son comité de déontologie. Il n'a pas répondu à la demande de Présence d'expliquer les raisons de sa démission. M. Lamontagne a été élu en 2018 au conseil d'administration de cette entreprise lors de l'assemblée générale annuelle des membres.

Hélène Marcil a été élue en avril 2019 pour un mandat de trois ans. «Je veillerai à ce que la gestion de la Mutuelle soit effectuée avec économie, efficacité et efficience et je surveillerai son intégrité financière et la mise en place d'un contrôle interne efficace. Je m'assurerai que la direction donne suite aux recommandations du conseil en matière d'orientations stratégiques et budgétaire», avait-elle écrit dans la lettre de motivation présentée aux membres de la compagnie d'assurances peu avant son élection. Mme Marcil n'a pas répondu non plus aux questions du journaliste.

Le Registraire des entreprises indique actuellement les noms des cinq administrateurs Ferdinand Alfieri, Alfonso Graceffa, Gabriel Groulx, Maurice Lalonde et Michel Barnabé dans les pages consacrées à la Mutuelle d'assurance en Église, une compagnie qui assure les biens des fabriques paroissiales d'une dizaine de diocèses catholiques du Québec.

Alfonso Graceffa terminera-t-il son mandat de trois ans comme administrateur? Gabriel Groulx a indiqué qu'à la rencontre du 30 septembre, les quatres autres membres - M. Graceffa doit se retirer des délibérations puisqu'il est lié à la question débattue - devront décider si une assemblée générale extraordinaire sera convoquée afin de le maintenir en poste ou encore l'expulser du conseil d'administration. 

Pressé par des représentants de paroisses et de congrégations religieuses de statuer sur le sort d'Alfonso Graceffa au lendemain de son congédiement par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), le conseil d'administration de la Mutuelle d'assurance en Église avait indiqué que cette décision revenait aux membres. Une assemblée générale extraordinaire devait être convoquée à ce sujet au début du mois de septembre, avait promis M. Groulx en avril. Cette rencontre n'a pas encore eu lieu.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

 

du même auteur

Le commandant de police Jean-Marc Schanzenbach est allé présenter des excuses au pasteur pentecôtiste Toussaint Roger Mpemudgir et à une fidèle de l'Église des Nations Unies pour Christ-Jésus le mercredi 2 décembre.
2020-12-03 21:08 || Québec Québec

Culte interrompu: un commandant du SPVM présente ses excuses

Le culte de l'Église des Nations Unies pour Christ-Jésus, située rue Briand, dans le Sud-Ouest de Montréal, a été arrêté par les policiers le dimanche 29 novembre.
2020-12-02 09:28 || Québec Québec

Des policiers interrompent un service religieux de 13 personnes

L’avocat Alain Arsenault, qui défend plusieurs victimes de prêtres et de religieux, n’hésite pas à dire combien il est impressionné par l’ampleur et le contenu du rapport que la juge à la retraite Pepita G. Capriolo a rédigé à la demande de l'archevêque de Montréal sur les nombreuses défaillances de
2020-12-01 11:55 || Québec Québec

«On vient d'établir la nouvelle norme», dit l'avocat Alain Arsenault

articles récents

Le culte de l'Église des Nations Unies pour Christ-Jésus, située rue Briand, dans le Sud-Ouest de Montréal, a été arrêté par les policiers le dimanche 29 novembre.
2020-12-02 09:28 || Québec Québec

Des policiers interrompent un service religieux de 13 personnes

Incapable de résoudre les problèmes de son diocèse et de relever les défis qui s'y sont présentés depuis son arrivée il y a deux ans, Mgr Robert Bourgon, l'évêque de Hearst-Moosonee, a offert au pape François de démissionner de son poste.
2020-11-30 15:36 || Canada Canada

Démission de l'évêque de Hearst-Moosonee

Le chancelier de l'archidiocèse de Montréal, Mgr François Sarrazin, dont le nom est mentionné plusieurs fois dans le rapport Capriolo, a remis sa démission le 19 novembre 2020 pour des raisons de santé.
2020-11-30 11:32 || Québec Québec

Figure-clé du rapport Capriolo, le chancelier démissionne pour «des raisons de santé»