Résidence De La Salle

Sept capucins décédés de la COVID-19 en deux semaines

Entre le 1er et le 15 mai, le ministre provincial de l’Ordre des frères mineurs capucins, Louis Cinq-Mars, a appris le décès de sept de ses confrères, tous atteints de la COVID-19.
Entre le 1er et le 15 mai, le ministre provincial de l’Ordre des frères mineurs capucins, Louis Cinq-Mars, a appris le décès de sept de ses confrères, tous atteints de la COVID-19.   (Archives Présence/F. Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-05-21 14:18 || Québec Québec

«Je ne cache pas que, lorsque le téléphone sonne, je demeure anxieux», dit Louis Cinq-Mars. Avant de répondre, il jette un rapide coup d’œil à l’afficheur. Il espère qu’on ne lui annoncera pas, encore une fois, une autre mauvaise nouvelle.

Entre le 1er et le 15 mai, le ministre provincial de l’Ordre des frères mineurs capucins a appris le décès de sept de ses confrères, tous atteints de la COVID-19.

«On était 48 dans la communauté, au début du mois de mai», dit le frère Cinq-Mars, le supérieur – appelé ministre provincial dans la tradition franciscaine – des capucins du Québec.

«Sept décès en cascade, pour une petite communauté comme la nôtre, c'est tout un choc. On commence à prendre la pleine mesure de ce qui vient de nous arriver.» Cela signifie qu'en moins d'un mois, la communauté a perdu 15 % de ses membres en raison de la COVID-19.

Il y a un an, les capucins du Québec ont décidé que leurs confrères malades ou en convalescence seraient dorénavant hébergés à la Résidence De La Salle, autrefois l'infirmerie des Frères des écoles chrétiennes. Cette résidence de Laval peut accueillir quelque 80 résidents qui nécessitent des soins médicaux et qui ont la particularité d’être membres de dix communautés religieuses masculines.

Au début de la pandémie, onze capucins étaient hébergés à la Résidence De La Salle. «L’arrivée du virus a créé beaucoup d'anxiété parmi les confrères», dit le supérieur.

Comme ce fut le cas pour toutes les résidences de personnes âgées ou centres hospitaliers, seul le personnel pouvait y accéder. Impossible pour les capucins de Montréal d’aller visiter leurs confrères. Heureusement, deux frères, un de 87 ans et un autre de 94 ans, communiquaient par courriel avec ceux de l’extérieur. «C'était le seul moyen d'être directement en contact avec nos frères», dit Louis Cinq-Mars. Dans les messages qu’ils ont envoyés, «on sentait bien leur inquiétude».

Des frères nous ont été arrachés

«Le plus difficile, c'est de ne pas avoir pu faire mémoire. De ne pas avoir pu accueillir chacun de ces décès», dit-il. Pour le frère Cinq-Mars, c’est un grand pan de l’histoire de la communauté qui a été brisé ces deux dernières semaines. «Ce sont des frères qui nous ont été arrachés parce qu'on n'a pu être avec eux.»

Chez les capucins, quand un confrère est à l’article de la mort, «on se rassemble, on lui tient la main, on prie ensemble». Entourant leur confrère, les capucins «évoquent les beaux moments» vécus ensemble. «On le remercie pour ce qu'il nous a apporté.»

«Là, on a été privé de tout cela», lance le ministre provincial des capucins.

Heureusement, confie-t-il, ses confrères ne sont pas décédés seuls. Louis Cinq-Mars n'a que des mots de remerciements pour ces deux religieuses de la congrégation Mater Dei, une communauté née en 1977 en Argentine et présente depuis 2012 dans le diocèse de Saint-Jérôme, qui ont choisi d'entrer dans la Résidence De La Salle et d’y vivre dans la zone rouge, sans en sortir. «Elles sont avec les frères au moment du décès. C'est très réconfortant pour moi, et pour nous tous, de savoir qu'une personne les accompagne et prie auprès d'eux.»

Demain, le vendredi 22 mai, tous les capucins du Québec vont se réunir grâce à une plateforme de vidéoconférence. «Chaque fraternité va rendre hommage à un frère défunt. Ensuite, on va prier ensemble.»

Méconnaissance des communautés

La semaine dernière, le frère Cinq-Mars a pu effectuer une première visite aux cinq confrères encore hébergés à l’infirmerie de Laval – un d’entre eux est décédé depuis.

«J'ai demandé au préalable l'autorisation de les visiter.» Mais cela n’a pas été facile à obtenir, raconte-t-il. Il a dû convaincre les autorités du CISSS de Laval, qui supervisent la résidence depuis le début de l’éclosion de la COVID-19, qu’il était bel et bien un proche aidant de chacun de ces cinq hommes sans en être un parent direct.

Aujourd’hui, le monde de la santé ne comprend pas bien le type de relation que les membres d’une communauté religieuse ont entre eux, explique le président de la CRC.

«Cette relation, nous, on l’a choisie pour la vie et elle nous rend responsables les uns des autres. Mais elle n'est pas reconnue. Elle n'est plus reconnue, devrais-je dire.»

C’est peut-être ce qui explique pourquoi les congrégations religieuses estiment avoir été oubliées par les autorités depuis le début de cette crise sanitaire. «La société civile ne reconnaît pas nos maisons comme de véritables milieux de vie. Nous ne sommes ni des colocataires, ni des voisins. Mais on partage des espaces communs et on mange ensemble. Cela ressemble beaucoup à un milieu familial», mais sans être une famille selon les définitions des autorités civiles.

La Résidence De La Salle

Les autorités de la Santé publique mettent à jour une liste des milieux de vie qui sont sous surveillance en raison du grand nombre de personnes infectées ou décédées entre leurs murs. Dans la longue liste du 20 mai 2020, on indique que 25 personnes sont décédées de la COVID-19 à la Résidence De La Salle.

«Il faut malheureusement corriger ce nombre», dit le frère Florent Gaudreault, le supérieur provincial des Frères des écoles chrétiennes du district du Canada francophone, la congrégation qui a bâti cette infirmerie en 1968. Ce sont maintenant 28 religieux qui sont décédés de la COVID-19 depuis le 15 avril.

Outre les sept capucins, huit frères de sa congrégation y sont aussi décédés, précise le frère Gaudreault. Les Pères Montfortains ont perdu quatre membres, les Frères de Saint-Gabriel, cinq, et la Congrégation de la Fraternité sacerdotale, trois. Enfin, un prêtre de l’archidiocèse de Montréal, y est aussi décédé.

Selon le tableau gouvernemental des milieux de vie, seuls huit résidents seraient encore infectés à la Résidence De La Salle. Parmi eux, il y a trois capucins, confirme le frère Louis Cinq-Mars, deux en guérison et un encore fièvreux. «La situation, depuis quelques jours, semble revenir à la normale», ajoute le frère Florent Gaudreault.

***

 

 

 

du même auteur

Les portes closes de l'église Saint-Roch, à Québec. Les catholiques du Québec devront être prêts à rouvrir les portes de leurs églises et à reprendre le cours de leurs activités liturgiques, dit l'Assemblée des évêques catholiques du Québec.
2020-05-25 14:21 || Québec Québec

Peut-être pas toutes les églises qui pourront rouvrir en même temps, dit l'AECQ

Le père Francis G. Morrisey, professeur émérite et ancien doyen de la Faculté de droit canonique de l'Université Saint-Paul, est décédé le 23 mai 2020 au Centre Élisabeth-Bruyère d'Ottawa. Il était âgé de 84 ans.
2020-05-25 09:35 || Canada Canada

Décès de l'oblat Francis G. Morrisey, canoniste de réputation mondiale

L'archevêque de Gatineau (photographié ici en 2014) en a assez de lire, sur les réseaux sociaux, ces reproches que l'on fait aux évêques ces temps-ci. Il a décidé de réagir sur sa page Facebook.
2020-05-20 14:48 || Québec Québec

«Patience et amour», répond Mgr Durocher à ceux pressés de rouvrir les églises

articles récents

À la toute fin de son point de presse quotidien sur la COVID-19, le premier ministre François Legault a évoqué brièvement les conditions de travail du personnel des congrégations religieuses.
2020-05-19 15:37 || Québec Québec

Besoins des congrégations religieuses: «On fait des analyses», dit François Legault

«On ne veut pas brûler les ponts, on veut être de bons citoyens, mais il y a des limites», dit Mgr Marc Pelchat, évêque auxiliaire à Québec. Les évêques pressent le gouvernement de considérer la réouverture des lieux de culte.
2020-05-08 17:28 || Québec Québec

Églises et déconfinement: «On est à veille de perdre patience»

Le premier ministre du Québec, François Legault.
2020-05-06 13:04 || Québec Québec

«Nous sommes bien au fait de la situation», dit François Legault