Jean-Guy Dubuc, prêtre et éditorialiste

«Pour s'insérer dans sa culture propre, il faut de l'information régionale»

Jean-Guy Dubuc.
Jean-Guy Dubuc.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-09-12 09:18 || Québec Québec

Animateur à la télévision, journaliste, éditorialiste et éditeur, Jean-Guy Dubuc est aussi, depuis 62 ans, prêtre. Il discute, le temps d’un café, de la situation des journaux, de la place de l’information religieuse dans les médias et de l’état de santé de l’Église catholique au Québec.

Présence: Vous avez été journaliste puis éditorialiste à La Presse. Vous avez été éditeur à La Voix de l'Est de Granby et à La Tribune de Sherbrooke. Aujourd'hui, les médias d'ici, y compris les journaux où vous avez travaillé, vivent des moments difficiles. Quelle est votre réaction devant cette crise qu'affrontent les médias?

Jean-Guy Dubuc: Cela m'inquiète, bien évidemment. Et franchement, au moment où l'on se parle, je ne vois pas comment les journaux vont s'en sortir. Mais ce dont je suis convaincu, c'est de la nécessité de l'information régionale.

Quand je vivais à Granby, je voyais bien que les gens voulaient savoir ce qui se passe autour d'eux. Ce n'est pas La Presse, Le Devoir ou The Gazette qui va leur donner ces informations.

Pour s'insérer dans sa culture propre, il faut de l'information régionale. Et si on veut porter un jugement sur notre situation et notre société, il faut être bien renseignés. Qui a dit quoi, quand, comment et pourquoi. La presse régionale répond à ces questions.

On dit qu'aujourd'hui que les gens ne sont plus intéressés à acheter un journal ou à payer pour de l'information. Je n'en suis pas convaincu. Quand j'étais à La Voix de l'Est, notre tirage était de 32 000 copies. On en était très heureux. À ce que j'entends, le tirage serait aujourd'hui de 34 000. On a encore besoin de savoir, de se sentir en relation avec les autres.

C'est vrai que pour une génération plus jeune que la mienne, les médias sociaux sont importants. Alors battons-nous contre les médias sociaux. On n'a pas à écouter la parole de n'importe qui disant n'importe quoi. On a besoin de gens qui savent faire de l'information complète, bien installés dans la recherche de la vérité.

Depuis un bon moment déjà, il n'y a plus de chroniqueurs spécialisés en information religieuse dans les quotidiens québécois. Plus tôt cette année, on a appris la fin de l'émission Second Regard. Comment réagissez-vous à cette absence du fait religieux dans les médias?

Je trouve cela extrêmement regrettable. Et je suis outré que Radio-Canada ait fait sauter Second Regard. C'était une émission qui traitait des valeurs. Pas toujours spirituelles ou religieuses, diront certains. Mais j'ai toujours trouvé qu'Alain Crevier faisait du bon travail pour nous amener à réfléchir.

Après l'Expo 67, j'ai eu une émission à Télé-Métropole [aujourd'hui TVA] où j'invitais des gens de divers horizons. Le titre de l'émission était Quel est votre dieu? - avec un «d» minuscule. Qu'est-ce qui vous attire? Qu'est-ce qui oriente votre vie? Dans quoi vous engagez-vous? On a encore besoin d'émissions qui nous obligent à la réflexion.

Du côté de l'information religieuse dans les médias, c'est le vide. On manque d'audace, me semble-t-il. La seule audace que je vois ici, et que je lis fidèlement, c'est Présence.

Vous être prêtre depuis 62 ans. Vous étiez à Rome lors du concile Vatican II et vous avez débuté à La Presse comme chroniqueur religieux. Quel est le bilan de santé de l'Église du Québec?

J'ai de la difficulté à répondre à cette question car je ne connais pas bien la situation actuelle à l'intérieur des divers diocèses québécois.

Mais ce que je vois chez nous, à Montréal, m'attriste. Toutes ces églises qui ont été fermées... Et le petit nombre de catholiques pour qui l'Église continue d'être une référence... Faut dire que les scandales de pédophilie n'ont pas aidé. Mais des scandales, il y en a toujours eu dans l'Église. C'est d'ailleurs ce que j'ai dit, pas plus tard que la semaine dernière, durant mon homélie dans la paroisse de North Hatley.

D'où viendra le nouveau souffle de l'Église? Peut-être d'Afrique, d'Amérique latine. Longtemps, on y a envoyé des missionnaires. Ce sera peut-être eux qui viendront rallumer la flamme.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

 

du même auteur

Un second recours collectif intenté contre les Frères du Sacré-Cœur du Québec pourra aller de l'avant.
2019-12-06 09:24 || Québec Québec

Un 2e recours collectif autorisé contre les Frères du Sacré-Cœur

La rencontre du Conseil national de Développement et Paix, la plus haute instance décisionnelle de l'organisme, se tenait dans cet édifice du boulevard René-Lévesque du 29 novembre au 1er décembre.
2019-12-06 00:00 || Canada Canada

Rencontre cruciale de Développement et Paix: le flou persiste

Le collectif de féministes chrétiennes L'Autre Parole, l'Association des religieuses pour les droits des femmes et les Jésuites du Canada ont aussi fustigé la direction de l'organisme Développement et Paix pour avoir remis au groupe haïtien Fanm Deside (photo) un ultimatum.
2019-12-02 13:54 || Canada Canada

Salve de critiques contre Développement et Paix

articles récents

Line Richer, responsable des communications et de la médiation culturelle au Musée Marguerite-Bourgeoys.
2019-09-11 05:00 || Québec Québec

Première édition des Bouquinistes de Bonsecours

Le porte-clef en laiton indique le numéro de la chambre occupée par le cardinal Jorge Mario Bergoglio lors du conclave de 2013.
2019-08-21 16:12 || Vatican Vatican

La chambre du cardinal Bergoglio

L'endroit, connu aujourd'hui sous le nom de la Maison Saint-Gabriel, musée et site historique, est toujours administré par les membres de la congrégation que Marguerite Bourgeoys a fondée.
2019-08-20 09:34 || Québec Québec

445 000 $ pour le 400e de Marguerite Bourgeoys