Grâce à Bibliothèque et Archives nationales du Québec

La revue Maintenant revit en ligne

Hélène Pelletier-Baillargeon.
Hélène Pelletier-Baillargeon.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2017-04-21 09:10 || Québec Québec

«C'est une bien belle nouvelle que vous m'apprenez aujourd'hui. C'est un beau cadeau», dit l'auteure et journaliste Hélène Pelletier-Baillargeon, les yeux rivés sur un ordinateur déposé au milieu de la table.

À l'écran défilent les couvertures de plusieurs numéros de la revue Maintenant, une publication, disparue en 1974, à laquelle elle a collaboré durant douze années et qu'elle a même dirigée.

La troisième et dernière directrice de la revue - après les dominicains Henri-Marie Bradet et Vincent Harvey - découvre ce matin-là, dans la salle à manger de sa résidence, que Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) vient tout juste de terminer la numérisation de tous les numéros de Maintenant.

BAnQ rend ainsi disponibles, dans sa collection numérique et en consultation gratuite, 5000 pages d'articles et d'analyses sur l'Église et la société québécoise des années 1960 et 1970, soit 141 numéros publiés entre 1962 à 1974 et trois numéros hors-série publiés en 1975 et insérés dans le journal indépendantiste Le Jour.

«J'estime que cette revue, publiée au moment de la Révolution tranquille et du concile Vatican II, a eu une influence remarquable à son époque. Pourtant, on n'en parle pas», se désole Hélène Pelletier-Baillargeon. «Aujourd'hui, on a des colloques sur la Révolution tranquille. Mais on ne parle jamais de Maintenant

Que BAnQ offre dorénavant, en consultation gratuite, tous les exemplaires de cette revue, voilà une nouvelle qui réjouit la biographe d'Olivar Asselin (2001), de Marie-Gérin Lajoie (1985) et de Simonne Monet-Chartrand (1993).

Elle rappelle que la revue tirait à 10 000 exemplaires. «On calculait que chaque numéro était lu par au moins trois personnes». Pour elle, pas de doute, dans les années 1960 et jusqu'au milieu des années 1970, «les décideurs lisaient Maintenant».

Quant aux intellectuels, c'est aussi dans cette revue qu'ils écrivaient. «Nous n'avions pas de difficulté à obtenir des articles» raconte Hélène Pelletier-Baillargeon, qui pointe les noms du sociologue Guy Rocher et du syndicaliste et auteur Pierre Vadeboncoeur sur la couverture d'exemplaires de la revue déposés en pile près d'elle. «Des gens connus, des gens dont la pensée était recherchée.»

«Intellectuels, militants, journalistes, hommes politiques ou théologiens» ont écrit dans les pages de la revue, recrutés «dans une famille d’esprit caractérisée davantage par la recherche de valeurs éthiques et humanistes, chrétiennes ou non, que par celles de nouvelles théories ou de nouvelles pratiques politiques», rappelle Hélène Pelletier-Baillargeon dans l'éditorial qu'elle signe dans le tout dernier numéro.

En parcourant le sommaire de cette ultime édition (le numéro 141 de décembre 1974), on redécouvrira des textes de Fernand Dumont, de Jacques Grand'Maison et de Pierre Foglia (oui, c'est le chroniqueur de La Presse qui offre le Portrait d'un colonisé sportif par lui-même).

Parmi les membres du comité de rédaction de la revue, entre 1971 et 1974, on distingue les noms de Michèle Lalonde, Louis O'Neill, Daniel Pinard, André D'Allemagne et Jacques-Yvan Morin, des intellectuels et des politiciens qui marqueront les débats des décennies suivantes. Il suffit de lancer leurs noms dans le moteur de recherche qui accompagne les numéros de Maintenant numérisés par BAnQ pour relire aujourd'hui leurs contributions.

 

du même auteur

Une manifestation de solidarité avec la Première Nation des Wet'suwet'en à Toronto le 15 février 2020.
2020-02-20 19:05 || Canada Canada

Wet'suwet'en: des leaders chrétiens réclament un règlement pacifique

Le gouvernement fédéral demande un délai supplémentaire de quatre mois afin de répondre adéquatement à une décision de la Cour supérieure du Québec sur l’aide médicale à mourir.
2020-02-18 10:09 || Canada Canada

Aide médicale à mourir: Ottawa demande un délai de quatre mois

Annabel Loyola et Thérèse Payer autour d'une représentation de Jeanne Mance. La religieuse Thérèse Payer, promotrice de la cause de Jeanne Mance, est décédée à la Maison des Hospitalières de Saint-Joseph, le 6 février 2020.
2020-02-13 17:19 || Québec Québec

Décès de la promotrice de la cause de Jeanne Mance

articles récents

Jean-Guy Dubuc.
2019-09-12 09:18 || Québec Québec

«Pour s'insérer dans sa culture propre, il faut de l'information régionale»

Line Richer, responsable des communications et de la médiation culturelle au Musée Marguerite-Bourgeoys.
2019-09-11 05:00 || Québec Québec

Première édition des Bouquinistes de Bonsecours

Le porte-clef en laiton indique le numéro de la chambre occupée par le cardinal Jorge Mario Bergoglio lors du conclave de 2013.
2019-08-21 16:12 || Vatican Vatican

La chambre du cardinal Bergoglio