Directeur général du Musée de l'Holocauste Montréal

Les projets de Daniel Amar

Daniel Amar, nouveau directeur général du Musée de l’Holocauste Montréal.
Daniel Amar, nouveau directeur général du Musée de l’Holocauste Montréal.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-01-24 12:17 || Québec Québec

Le temps d'un café, Daniel Amar, le nouveau directeur général du Musée de l’Holocauste Montréal, discute des projets qu'il souhaite mener à terme. Il entend bien poursuivre le travail réalisé ces dernières années afin de faire du musée qu'il dirige «l’une des signatures de Montréal». Ex-directeur général de l’aile québécoise du Congrès juif canadien, conseiller de deux premiers ministres du Québec, Daniel Amar est entré officiellement en fonction le 3 janvier 2019.

Présence: Est-ce toujours pertinent d'avoir à Montréal, en 2019, un musée qui soit consacré à l'Holocauste?

Daniel Amar: Pertinent, oui. Et plus que jamais. Voyez l'actualité, voyez ce qui se passe dans le monde. Plus que jamais, nous devons sensibiliser et informer les jeunes, et aussi les moins jeunes, sur l'importance de lutter contre toutes les formes de discrimination, l'importance de militer pour la tolérance, pour le dialogue, pour le respect.

Nous nous adressons à tous les jeunes et à tout le monde, sans distinction de race, de couleur ou de religion. Tout le monde est concerné par ce message d'ouverture et de dialogue. Notre musée veut porter ce message: nous sommes tous différents, mais égaux.

Lors de votre engagement, on vous a confié un mandat majeur, celui d'un prochain déménagement pour le musée. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet?

Nous avons des ambitions. Des ambitions confirmées par le fait que notre musée est de plus en plus fréquenté. Nos espaces sont étroits, petits. On souhaite agrandir, doubler même la superficie pour la présentation de notre exposition permanente. On veut aussi offrir un centre de recherche et de documentation afin que des universitaires puissent y travailler et accéder à nos collections d'artéfacts et de témoignages.

Nous avons aussi l'ambition d'être, non pas dans un campus excentré, mais beaucoup plus proche du centre-ville afin de faire partie du circuit des musées. Cela nous permettra d'accroître la fréquentation du musée et sans doute d'enrichir l'offre culturelle de la Ville de Montréal au niveau touristique.

Plusieurs endroits sont à l'étude, tous dans la région du centre-ville. Nous en sommes aux études de préfaisabilité. Des décisions pourraient être prises bientôt, peut-être même d'ici un ou deux mois, à moins qu'aucun site ne soit retenu.

Un aspirant directeur général mentionne sans doute, lors de son entrevue d'embauche, des initiatives ou des projets qu'il aimerait bien réaliser s'il était choisi. Vous en aviez quelques-uns à proposer au comité de sélection?

J'ai partagé, dès mon arrivée, des projets avec mes collègues. En voici un: une mission à Auschwitz pour des jeunes Québécois, afin qu'ils puissent voir de visu les lieux. Ce serait une mission de mémoire.

En voici un autre: Amnon Weinstein, un luthier de Tel-Aviv, a consacré sa vie à restaurer des violons qui ont appartenu à des gens qui ont disparu durant la Shoah. Après leur restauration, il propose les violons lors de concerts afin de rendre hommage aux musiciens disparus. Nous aimerions qu'Amnon Weinstein puisse venir ici, avec cinq ou six violons, et qu'il les confie à des violonistes québécois. Ce concert, Les violons de la Shoah, rendrait hommage à ces musiciens et arracherait des sons à ces instruments afin d'exprimer la douleur vécue par leurs propriétaires.

Nous en sommes aux balbutiements dans nos contacts avec les orchestres de Montréal. Mais j'espère vraiment que ce projet puisse se réaliser.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Arrêté en 2019 par le Service de police de Laval pour des gestes à caractère sexuel, le père Henri Paradis, a reconnu, au mois de septembre, sa culpabilité à deux chefs d’agression sexuelle et d’attentat à la pudeur.
2020-10-20 15:26 || Québec Québec

Le père Henri Paradis condamné à huit mois de détention à domicile

Trois ans après le début de cette enquête commandée par les évêques canadiens, on saura quels partenaires de Développement et Paix pourront de nouveau recevoir un financement annuel de la part des catholiques canadiens.
2020-10-20 08:37 || Canada Canada

Les conclusions du rapport final dévoilées en novembre

«Avec des bras fatigués, mais vaillants, des sœurs se sont mises à fabriquer des masques et des blouses pour du personnel infirmier», donne en exemple la Conférence religieuse canadienne.
2020-10-15 17:04 || Canada Canada

«Nous sortirons plus forts de la pandémie»

articles récents

À gauche, le timbre pour Diwali. À droite, le timbre consacré à deux des plus importantes fêtes de l'islam.
2020-10-15 11:47 || Canada Canada

Postes Canada souligne la fête de Diwali

Grâce à une commande de peintures murales dans trois écoles catholiques de Red Deer, en Alberta, l'artiste autochtone Ryan Willert a pu trouver un chemin de guérison et de réconciliation avec la communauté catholique.
2020-09-29 11:21 || Canada Canada

La réconciliation en filigrane de murales scolaires en Alberta

Le père jésuite québécois Gaston Roberge, fondateur de l'institut Chitabrani de formation aux médias, à Kolkata (anciennement Calcutta) et spécialiste du cinéma et des médias, est décédé au collège Saint-Xavier de Kolkata le 26 août. Il avait 85 ans.
2020-08-31 12:02 || Monde Monde

Décès d’un jésuite québécois féru de cinéma indien