Directeur général du Musée de l'Holocauste Montréal

Les projets de Daniel Amar

Daniel Amar, nouveau directeur général du Musée de l’Holocauste Montréal.
Daniel Amar, nouveau directeur général du Musée de l’Holocauste Montréal.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-01-24 12:17 || Québec Québec

Le temps d'un café, Daniel Amar, le nouveau directeur général du Musée de l’Holocauste Montréal, discute des projets qu'il souhaite mener à terme. Il entend bien poursuivre le travail réalisé ces dernières années afin de faire du musée qu'il dirige «l’une des signatures de Montréal». Ex-directeur général de l’aile québécoise du Congrès juif canadien, conseiller de deux premiers ministres du Québec, Daniel Amar est entré officiellement en fonction le 3 janvier 2019.

Présence: Est-ce toujours pertinent d'avoir à Montréal, en 2019, un musée qui soit consacré à l'Holocauste?

Daniel Amar: Pertinent, oui. Et plus que jamais. Voyez l'actualité, voyez ce qui se passe dans le monde. Plus que jamais, nous devons sensibiliser et informer les jeunes, et aussi les moins jeunes, sur l'importance de lutter contre toutes les formes de discrimination, l'importance de militer pour la tolérance, pour le dialogue, pour le respect.

Nous nous adressons à tous les jeunes et à tout le monde, sans distinction de race, de couleur ou de religion. Tout le monde est concerné par ce message d'ouverture et de dialogue. Notre musée veut porter ce message: nous sommes tous différents, mais égaux.

Lors de votre engagement, on vous a confié un mandat majeur, celui d'un prochain déménagement pour le musée. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet?

Nous avons des ambitions. Des ambitions confirmées par le fait que notre musée est de plus en plus fréquenté. Nos espaces sont étroits, petits. On souhaite agrandir, doubler même la superficie pour la présentation de notre exposition permanente. On veut aussi offrir un centre de recherche et de documentation afin que des universitaires puissent y travailler et accéder à nos collections d'artéfacts et de témoignages.

Nous avons aussi l'ambition d'être, non pas dans un campus excentré, mais beaucoup plus proche du centre-ville afin de faire partie du circuit des musées. Cela nous permettra d'accroître la fréquentation du musée et sans doute d'enrichir l'offre culturelle de la Ville de Montréal au niveau touristique.

Plusieurs endroits sont à l'étude, tous dans la région du centre-ville. Nous en sommes aux études de préfaisabilité. Des décisions pourraient être prises bientôt, peut-être même d'ici un ou deux mois, à moins qu'aucun site ne soit retenu.

Un aspirant directeur général mentionne sans doute, lors de son entrevue d'embauche, des initiatives ou des projets qu'il aimerait bien réaliser s'il était choisi. Vous en aviez quelques-uns à proposer au comité de sélection?

J'ai partagé, dès mon arrivée, des projets avec mes collègues. En voici un: une mission à Auschwitz pour des jeunes Québécois, afin qu'ils puissent voir de visu les lieux. Ce serait une mission de mémoire.

En voici un autre: Amnon Weinstein, un luthier de Tel-Aviv, a consacré sa vie à restaurer des violons qui ont appartenu à des gens qui ont disparu durant la Shoah. Après leur restauration, il propose les violons lors de concerts afin de rendre hommage aux musiciens disparus. Nous aimerions qu'Amnon Weinstein puisse venir ici, avec cinq ou six violons, et qu'il les confie à des violonistes québécois. Ce concert, Les violons de la Shoah, rendrait hommage à ces musiciens et arracherait des sons à ces instruments afin d'exprimer la douleur vécue par leurs propriétaires.

Nous en sommes aux balbutiements dans nos contacts avec les orchestres de Montréal. Mais j'espère vraiment que ce projet puisse se réaliser.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Dans son rapport annuel qui détaille les nombreuses violations des droits humains dans le monde, Amnistie internationale évoque la loi québécoise sur la laïcité qui interdit des signes religieux dans certains contextes.
2021-04-15 16:39 || Monde Monde

Amnistie internationale critique la Loi sur la laïcité de l'État

Le vicaire général du diocèse de Saint-Jean-Longueuil connaît quelques-uns des sept religieux qui ont été enlevés le dimanche 11 avril à la Croix-des-Bouquets, en périphérie de Port-au-Prince, alors qu’ils se rendaient à l’installation du nouveau curé de la paroisse de Galette-Chambon dans la commun
2021-04-15 11:29 || Monde Monde

«C'est tous les jours que l'on kidnappe des gens en Haïti»

Simon Lepage-Fournier, en 2019, lors de la manifestation pour le climat à laquelle participait la militante Greta Thunberg.
2021-04-13 15:57 || Canada Canada

Après la crise, à nous de faire les bons choix, dit Simon Lepage-Fournier

articles récents

Davantage qu’une manière de s’enrichir, le concepteur a voulu rendre hommage à des moments clés de l’histoire du christianisme tout en ancrant son projet dans une réflexion plus large sur la place du loisir dans la tradition chrétienne.
2021-04-09 16:10 || Monde Monde

Des jeux de cartes chrétiens qui cartonnent sur Kickstarter

Le film d'horreur The Unholy, mettant en vedette Cricket Brown (photo), prend l'affiche Vendredi saint, le 2 avril 2021.
2021-04-01 17:54 || Monde Monde

Semaine sainte et marketing macabre

La pièce Judas de Marcel Pagnol est diffusée en radiothéâtre dans les prochaines semaines sur la plateforme Zoom. La jeune metteure en scène de Québec, Myriam Bourget, a dû l’adapter sous cette forme, en raison de la pandémie.
2021-02-26 15:57 || Québec Québec

Des comédiens de Québec présentent 'Judas', de Pagnol, en radiothéâtre