Décision de l'ombudsman de Radio-Canada

Missionnaire tué: Joël Le Bigot réprimandé par l'ombudsman

En déclarant, que ce meurtre était «la bonne nouvelle de la semaine», l'animateur Joël Le Bigot s'est permis des réflexions «malheureuses, déplorables, disgracieuses ou de mauvais goût», estime Guy Gendron, l'ombudsman de la Société Radio-Canada, au sujet de la mort du missionnaire John Chau (photo)
En déclarant, que ce meurtre était «la bonne nouvelle de la semaine», l'animateur Joël Le Bigot s'est permis des réflexions «malheureuses, déplorables, disgracieuses ou de mauvais goût», estime Guy Gendron, l'ombudsman de la Société Radio-Canada, au sujet de la mort du missionnaire John Chau (photo)   (Photo tirée d'Instagram)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-02-27 13:36 || Québec Québec

En novembre 2018, l’animateur d'une émission radiophonique s'est réjoui publiquement de la mort violente de John Chau, un missionnaire américain qui voulait convertir les membres d'une tribu de l'île de North Sentinel.

En déclarant, au début de l'émission Samedi et rien d'autre que cet assassinat était «la bonne nouvelle de la semaine», l'animateur Joël Le Bigot s'est permis des réflexions «malheureuses, déplorables, disgracieuses ou de mauvais goût», estime Guy Gendron, l'ombudsman de la Société Radio-Canada.

«Les paroles prononcées par M. Joël Le Bigot, l’animateur de Samedi et rien d’autre, le 24 novembre 2018, à propos de l’assassinat d’un missionnaire chrétien sur une île de l’océan Indien, ont enfreint la règle des Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada en matière de propos choquants», écrit Guy Gendron dans une décision rendue publique le 26 février 2019.

C'est un auditeur de l'émission, Normand Bédard, qui a alerté les autorités de Radio-Canada. Dans une lettre acheminée quelques jours après l'émission, il déplore que l'animateur se soit «malicieusement réjoui du meurtre d’un missionnaire chrétien».

«On s’est tout de même moqué et réjoui de la mort d’un homme», note le plaignant.

«Il n’y a ici rien de moins que de la haine dirigée contre un groupe particulier d’êtres humains. Et la réjouissance de Joël Le Bigot était tellement acerbe qu’on peut l’associer à un appel à la violence envers ceux qui ne partagent pas son athéisme. Radio-Canada laisse aller les insultes de Joël Le Bigot depuis 40 ans. Laissera-t-elle aller l’exhortation à la haine?»

Le 21 décembre, des responsables de la radio de Radio-Canada ont d'abord reconnu que «les propos de Joël Le Bigot étaient maladroits, voire déplacés». Mais, ajoutaient-ils, «nous n’y voyons aucune malice, encore moins un appel à la violence».

Mais trois semaines avant la réception de cette note, l'animateur s'est moqué du plaignant, un «pauvre petit garçon». Normand Bédard a alerté de nouveau les autorités de Radio-Canada.

«Je le répète, votre animateur s’est moqué de la mort d’un homme, et cette mort violente l’a clairement réjoui, c’était même sa 'bonne nouvelle de la semaine'! Et vous me dites qu’il n’y a pas de malice là-dedans! D’autre part, je ne vois pas la pertinence de votre courriel, car vous ne m’offrez aucune excuse ou explication pour ses moqueries du 1er décembre à mon endroit», écrit-il.

De larges extraits des lettres ou des courriels rédigées par Radio-Canada et le plaignant font partie de la décision (10 pages) de l'ombudsman Guy Gendron, tout comme la transcription intégrale des propos de l'animateur.

En révisant tous les faits, l'ombudsman en conclut que «la satisfaction manifestée par M. Le Bigot devant la mort violente du missionnaire n’était pas essentielle pour bien rendre compte de ce qui s’était produit».

«Il ne m’apparaît pas non plus que les valeurs généralement partagées par la société québécoise ou canadienne soient compatibles avec la réjouissance devant la mort d’un être humain, fut-il missionnaire et imprudent.»

Il est toutefois exagéré d'y voir une «exhortation à la haine» contre «un groupe particulier».

«Aussi blessantes qu’elles puissent être, les remarques de l’animateur sur un missionnaire assassiné par une tribu autochtone à l’autre bout du monde ne peuvent pas être considérées comme un appel à la violence envers les chrétiens d’ici», argumente M. Gendron.

Quand aux moqueries de Joël Le Bigot envers le plaignant, elles contreviennent «à la disposition des Normes et pratiques journalistiques, qui exhorte tous les artisans de Radio-Canada à agir de façon responsable», ajoute l'ombudsman de Radio-Canada.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Un second recours collectif intenté contre les Frères du Sacré-Cœur du Québec pourra aller de l'avant.
2019-12-06 09:24 || Québec Québec

Un 2e recours collectif autorisé contre les Frères du Sacré-Cœur

La rencontre du Conseil national de Développement et Paix, la plus haute instance décisionnelle de l'organisme, se tenait dans cet édifice du boulevard René-Lévesque du 29 novembre au 1er décembre.
2019-12-06 00:00 || Canada Canada

Rencontre cruciale de Développement et Paix: le flou persiste

Le collectif de féministes chrétiennes L'Autre Parole, l'Association des religieuses pour les droits des femmes et les Jésuites du Canada ont aussi fustigé la direction de l'organisme Développement et Paix pour avoir remis au groupe haïtien Fanm Deside (photo) un ultimatum.
2019-12-02 13:54 || Canada Canada

Salve de critiques contre Développement et Paix

articles récents

Jean-Guy Dubuc.
2019-09-12 09:18 || Québec Québec

«Pour s'insérer dans sa culture propre, il faut de l'information régionale»

Line Richer, responsable des communications et de la médiation culturelle au Musée Marguerite-Bourgeoys.
2019-09-11 05:00 || Québec Québec

Première édition des Bouquinistes de Bonsecours

Le porte-clef en laiton indique le numéro de la chambre occupée par le cardinal Jorge Mario Bergoglio lors du conclave de 2013.
2019-08-21 16:12 || Vatican Vatican

La chambre du cardinal Bergoglio