Rencontre

Yves Duteil, le résistant vulnérable

Yves Duteil était de passage à Montréal le 11 septembre 2017.
Yves Duteil était de passage à Montréal le 11 septembre 2017.   (Présence/Yves Casgrain)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2017-09-14 11:15 || Québec Québec

S’assoir une heure et demie avec l’auteur de Prendre un enfant par la main c’est comme prendre un café avec un ami de longue date. Les arbres du parc Lafontaine évoquent soudainement ceux du parc Monceau, à Paris. Au gré des questions, l’artiste se livre tout entier. Dans son regard où se côtoient douceur et fragilité se lit pourtant la force tranquille du militant et du résistant.

L’auteur-compositeur Yves Duteil était de passage au Québec pour présenter son livre Et si la clé était ailleurs? (Médiaspaul, 2017). Un ouvrage qui pose la question de l’attitude à adopter face aux multiples obstacles qui se dressent devant l’humanité. Yves Duteil a quant à lui décidé de revêtir une armure fissurée qui laisse passer sa propre lumière intérieure et celle de ceux qu’il croise dans son quotidien. Avec pour seules armes la délicatesse, la tendresse, la prière, la bienveillance, la douceur, l’espérance et le silence.

«Chacune de ces notions pourrait être qualifiée de granola, de quétaine. C’est d’ailleurs contre cette perception que j’ai eu à me battre toute ma vie. Sauf que le temps, je dirais, impose le respect. J’ai l’impression que mon chemin, c’est de conquérir le respect par rapport à cet ensemble de choses qui constituent un essentiel, nos essentiels, et que nous avons tendance à oublier parce que cela est un murmure qui est recouvert par le tumulte du quotidien.»

«La beauté, la bienveillance, le silence sont des notions que l’humanité a tendance à oublier, à perdre, à négliger, mais qui sont tellement importantes. Malgré moi, j’en suis un peu devenu le militant et le résistant. Je me sens aujourd’hui comme un résistant parce que j’ai le sentiment de défendre quelque chose d’un peu particulier, qui est hors des sentiers battus.»

À l’écoute des intuitions qui naissent en lui grâce au silence et à la méditation, Yves Duteil plonge au cœur des tempêtes provoquées par l’absence de repères. Il en nourrit une intense réflexion sur le monde qui l’entoure.

«Je trouve que nous sommes à un tournant pour l’humanité. En fait, nous sommes dans une ère assez étrange où tout ce qui était la base de nos valeurs, de nos repères, s’est effondré. L’écologie menace de s’effondrer comme se sont effondrées les Tours jumelles. C’est la même chose pour la politique, la spiritualité, les religions. Toutes les aiguilles s’affolent! Les repères sont étrangement absents.»

La dictature du numérique

Selon Yves Duteil le développement des technologies de l’information pourrait faciliter le vivre ensemble, mais il n’en est rien. «Tous ces écrans, tous ces réseaux qui nous relient au savoir devraient nous rendre plus sages, plus clairvoyants. Or, ce qui manque le plus à notre civilisation, c’est la clairvoyance et la bienveillance.»

Yves Duteil, qui accueille avec joie les avancées techniques, s’inquiète néanmoins du fait que son développement se réalise sans trop de conscience. «Lorsque vous lisez les ouvrages de science-fiction, curieusement ils se rejoignent tous sur un point: ils décrivent tous une situation de dictature. Or, nous sommes déjà dans la dictature du numérique. Le développement de l’intelligence artificielle va toujours plus vite, plus loin. De là à ce qu’elle en vienne à nous considérer comme son principal adversaire, il n’y a pas loin.»

Yves Duteil espère néanmoins qu’en cette matière ainsi qu’en celle de l’écologie, l’humanité puisse un jour avoir un éclair de clairvoyance. «Je garde espoir qu’il y ait un jour une sorte de communauté de sages constituée à la fois de scientifiques, d’experts et d’humanistes qui penseront planète au lieu de penser industrie, économie, finance.»

La «crise du regard»

Dans l’esprit de l’auteur-compositeur, «penser planète», c’est également accueillir les migrants qui affluent de partout. Pour lui, «toute vulnérabilité appelle une protection». Or, dans le cas des demandeurs d’asile qui frappent à la porte de l’Europe, cette loi est bafouée.

«On les rejette à la mer sous le prétexte qu’on les considère comme de potentiels terroristes, alors qu’ils en sont les premières victimes. C’est une très grave crise, car c’est une crise du regard. C’est terrible cet amalgame entre musulmans et terroristes!»

Touché en plein cœur par ce drame, Yves Duteil a composé Respect, une chanson qui sera incluse dans l’album du même nom prévu pour janvier 2018 et dont il partage un extrait en pleine entrevue.

Respect
C’est l’inconnu qui vous regarde
Et qui prie pour que Dieu vous garde
Comme un cœur qui battrait pour deux
Un ami qui vous suit des yeux

Respect
C’est la voix de nos différences
Nos peaux nos races et nos croyances
Qui se réchauffent au même feu
En regardant vers d’autres cieux

Respect
Dans nos paroles et dans nos gestes
C’est l’ultime recours qui reste
À celui qui a tout quitté
Pour cesser d’être un étranger

Yves Duteil, ce résistant, avoue «souffrir d’un surcroît de sensibilité qui est encombrant» et qui le rend vulnérable. «J’ai essayé d’apprendre à rester vulnérable, parce que je crois que c’est la clef de cette sensibilité, de cette bienveillance, de l’ouverture aux autres.»

Yves Duteil, ce résistant vulnérable, ne cesse de convier au changement en vue d’un monde meilleur. «Au lieu d’être un passant, devenir un passeur», souffle-t-il avant de prendre la route vers d’autres rencontres.

Mis à jour à 11 h 35 le 14 septembre 2017

 

du même auteur

Selon le père Henri Boulad, le pape François fait fausse route en encourageant l'immigration.
2017-11-27 10:49 || Monde Monde

Dialogue islamo-chrétien: «50 ans d'échec»

L’essayiste et ancien journaliste français Jean-Claude Guillebaud photographié lors de son passage au Québec le 31 octobre 2017.
2017-11-14 20:05 || Monde Monde

«On est arrivé à faire de la laïcité une forme d’athéisme»

L'archiduc Rudolf et l’archiduchesse Marie-Hélène d’Autriche ont donné une conférence sur la famille lors de leur passage à Montréal le 14 octobre.
2017-11-10 12:14 || Québec Québec

Quand foi, famille et politique se rencontrent

articles récents

En quelques mois, le Québécois Samuel Plante est devenu un incontournable du Web chrétien francophone.
2017-12-08 11:10 || Québec Québec

Sam’Parle, le youtubeur qui parle de Jésus à la sauce québécoise

Le rabbin Yacov Weil veut offrir à l'ensemble de la population l'occasion d'en apprendre davantage sur la culture juive.
2017-11-10 15:24 || Québec Québec

Lancement à Québec d’un projet-pilote axé sur la culture juive

Leonard Cohen lors d'un concert au Danemark en 2013.
2017-10-23 10:02 || Québec Québec

Leonard Cohen et la Bible