Guy Boulanger (1926-2020)

Décès d'un oblat, prêtre-ouvrier au Chili et au Québec

Le père Guy Boulanger, un missionnaire oblat qui travaillera en usine au Chili et au Québec, est décédé le dimanche 15 novembre 2020 à l'âge de 94 ans.
Le père Guy Boulanger, un missionnaire oblat qui travaillera en usine au Chili et au Québec, est décédé le dimanche 15 novembre 2020 à l'âge de 94 ans.   (Courtoisie)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-11-22 14:10 || Québec Québec

«Guy Boulanger a consacré sa vie au service des travailleurs dans une perspective de transformation sociale inspirée des valeurs de l'Évangile. La route d'Emmaüs représente très bien l'approche missionnaire envisagée où ceux qui faisaient route avec lui ne l'ont pas reconnu avant qu'il ne pose le geste fraternel de la fraction du pain.»

Ces mots apparaissent au dos d'un livre consacré aux défis qu'a relevés au Chili un groupe de prêtres-ouvriers mis sur pied par le père Guy Boulanger, un missionnaire oblat décédé le dimanche 15 novembre 2020 à l'âge de 94 ans.

«Fidèle aux orientations de Vatican II et de Medellín, Guy Boulanger tire les conséquences logiques de l'ouverture au monde d'une Église qui se veut solidaire des peines et des angoisses des hommes de ce temps. D'un commun accord, ses camarades et lui choisissent d'exercer leur ministère à partir de l'option pour les pauvres qui ne doit être ni désincarnée, ni charitable», ajoute le théologien Yves Carrier dans son livre Théologie pratique de libération au Chili de Salvador Allende, Une expérience d’insertion en milieu ouvrier (L’Harmattan, 2013).

«Guy Boulanger était un grand pédagogue», raconte Yves Carrier. «Un pédagogue dans le sens évangélique, car il voyait le potentiel de chaque individu et l'amenait à se dépasser. Il a même écrit une méthode pédagogique pour que les jeunes découvrent par eux-mêmes comment orienter leur vie et y donner du sens», ajoute Yves Carrier qui rappelle que Guy Boulanger, revenu au Québec, a participé à la fondation du Centre Jacques-Cartier, un organisme-jeunesse, du Carrefour de pastorale en monde ouvrier (CAPMO), et du groupe d'entraide internationale Spirale qui organise des stages de solidarité au Nicaragua.

Malgré ses réalisations, «c'était un homme très humble», ajoute Yves Carrier, aujourd’hui le coordonnateur du CAPMO (devenu le Carrefour d'animation et de participation pour un monde ouvert).

«Ce n'était pas une vedette, on ne le retrouvait pas sur les tribunes et il n'écrivait pas dans les journaux. Il travaillait en usine, il voulait se mêler à la masse et il prenait la défense des travailleurs. Il ne disait pas qu'il était prêtre. Mais les gens le devinaient assez rapidement.»

Ordonné prêtre en septembre 1952, Guy Boulanger fut missionnaire et prêtre-ouvrier au Chili de 1954 à 1973. Il quitta ce pays, tout juste «une semaine après le coup d'État du général Pinochet», raconte Yves Carrier. «Il y avait des descentes des militaires dans les résidences des prêtres-ouvriers, dont la sienne.» Des leaders syndicalistes et des prêtres, rappelle-t-il, ont été incarcérés et assassinés après le renversement du gouvernement de Salvador Allende par les militaires.

Le missionnaire oblat revient dans la région de Saint-Jérôme et travaille dans une usine de fabrication de panneaux de contreplaqué. «Après cinq années, il a dû cesser à cause de maux de dos». Il décide de retourner au Sud, au Nicaragua plus précisément. Il y resta jusqu'en 1985.

Guy Boulanger s'est toujours engagé auprès de la Jeunesse ouvrière catholique, la JOC, un organisme lancé en Belgique mais présent au Québec grâce à l'oblat Henri Roy. «Il a débuté avec la JOC dès sa jeunesse. Jusqu'à l'âge de 90 ans, il sera actif», ajoute Yves Carrier qui raconte avoir accompagné Guy Boulanger lors d'un voyage au Chili en 2010. «Les jeunes de la JOC qu'il a connus dans les années 1960, dorénavant des retraités, lui ont organisé toute une fête.»

«Il ne parlait pas beaucoup de Jésus, mais Guy Boulanger voyait l'essence divine dans chaque personne», reconnaît son biographe.

***

 

 

du même auteur

L'ancien président de Développement et Paix, Jean-Denis Lampron, estime que l'organisme a manqué de transparence dans le processus de révision de ses partenaires.
2021-02-26 10:49 || Canada Canada

«Cela ne tient pas la route», disent deux ex-dirigeants de Développement et Paix

Développement et Paix ne conservera des liens de partenariats qu'avec le tiers des organismes qui ont été soupçonnés, depuis mars 2018, de ne pas respecter l'enseignement social et moral de l'Église catholique, ont annoncé l'organisme et les évêques canadiens le 25 février.
2021-02-25 18:18 || Canada Canada

Développement et Paix expurge près de 40% des partenaires examinés

Alors que débute sa campagne de financement annuelle, Développement et Paix refuse de rendre public le rapport final de l'enquête qu'il a menée, durant trois années, sur le quart de ses partenaires.
2021-02-23 16:11 || Canada Canada

Révision des partenaires de Développement et Paix: le rapport restera confidentiel

articles récents

Beate Gilles, une théologienne de 50 ans, devient la première femme à diriger le secrétariat des évêques. Son mandat débutera le 1er juillet 2021. Son élection survient alors que l'Église allemande est à nouveau plongée dans la tourmente sur la question des abus sexuels.
2021-02-26 16:33 || Monde Monde

Une femme élue secrétaire générale des évêques allemands

L'ancien président de Développement et Paix, Jean-Denis Lampron, estime que l'organisme a manqué de transparence dans le processus de révision de ses partenaires.
2021-02-26 10:49 || Canada Canada

«Cela ne tient pas la route», disent deux ex-dirigeants de Développement et Paix

Développement et Paix ne conservera des liens de partenariats qu'avec le tiers des organismes qui ont été soupçonnés, depuis mars 2018, de ne pas respecter l'enseignement social et moral de l'Église catholique, ont annoncé l'organisme et les évêques canadiens le 25 février.
2021-02-25 18:18 || Canada Canada

Développement et Paix expurge près de 40% des partenaires examinés