Présidente du Comité ad hoc sur les femmes dans l'Église (1982-1984)

Décès de la théologienne Élisabeth J. Lacelle

La théologienne Élisabeth J. Lacelle est décédée le samedi 1er octobre 2016.
La théologienne Élisabeth J. Lacelle est décédée le samedi 1er octobre 2016.   (Courtoisie - Université Saint-Paul)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2016-10-05 15:34 || Canada Canada

La théologienne Élisabeth Jeannine Lacelle est décédée le samedi 1er octobre à l'âge de 86 ans. La professeure a dirigé de 1987 à 1992 le département des Sciences religieuses de l’Université d’Ottawa et y a fondé le Centre canadien de recherche sur les femmes et les religions. Elle a aussi enseigné à l’Université Saint-Paul et au Collège universitaire dominicain d'Ottawa.

Première femme théologienne diplômée de la Faculté de théologie de l’Université Saint-Paul, Élisabeth J. Lacelle a participé aux travaux du Comité ad hoc sur les femmes dans l’Église mis sur pied en 1982 par la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC). «On m’a confié la tâche de le présider», a-t-elle rappelé en 2014, à l'occasion du 30e anniversaire du dépôt du rapport du comité. «Cela n’allait pas de soi – et ne va pas encore de soi – qu’un membre de l’Église, laïc et femme, préside un comité mandaté par la CECC.»

Les douze recommandations du comité ad hoc avaient suscité la controverse lorsqu'elles ont été présentées aux évêques canadiens. «Une intervention in absentia de l’archevêque et cardinal de Toronto, Emmet Carter», accusait les auteurs - deux évêques et une majorité de femmes, religieuses ou laïques - de présenter «un rapport faussé sur la situation des femmes dans l’Église avec l’intention de semer la division», avait-elle rappelé.

Ce n'était «rien de moins qu’un procès d’intention», a déploré la théologienne, en 2014, dans ce texte-bilan toujours disponible sur le site Web du réseau Femmes et Ministères*, un regroupement dont elle a été cofondatrice.

«Malgré des interventions de quatre évêques pour que la parole soit donnée à la présidente devant de telles allégations, le président d’assemblée passa outre. Des évêques qui, la veille, s’étaient montrés favorables au rapport et aux recommandations en général sinon dans tous les détails, ont fait volte-face. Les membres du comité ont vécu directement ce que représente l’exclusion d’un débat dont elles étaient les premières concernées, les accusations remettant tous leurs travaux en question», conclut-elle.

Parmi les membres de ce comité ad hoc présidé par la professeure Lacelle, on trouvait la religieuse Rita Beauchamp, nommée vicaire épiscopale par Mgr Robert Lebel, évêque de Valleyfield, en 1981. Cette religieuse est décédée vendredi, la veille même du décès d'Élisabeth J. Lacelle.

Critique envers le pape François

«C'est un choc pour moi d'apprendre le décès d'Élisabeth», confie Pierrette Daviau, professeure titulaire à la retraite de l'Université Saint-Paul. «J'ai mangé avec elle fin juin et elle me paraissait bien en forme, encore très vive et toujours préoccupée par la place des femmes dans l'Église et dans la société.»

«On a souvent travaillé ensemble», ajoute Pierrette Daviau, membre de la congrégation des Filles de la sagesse. «Nos derniers échanges ont porté sur la position du pape François devant la situation des femmes dans l'Église. Certains jugent cela très positif. On était toutes deux plutôt critiques. On trouvait que ce n'était pas une position très favorable pour l'ensemble des femmes.»

Les funérailles de la théologienne Élisabeth J. Lacelle auront lieu à l’église Saint-Jean-Baptiste d'Ottawa (96, avenue Empress) le lundi 10 octobre à 10h.

L'avis de décès invite les gens à verser des dons à la Fondation Catherine-de-Sienne du Collège universitaire dominicain ou encore à l'Université Saint-Paul qui a institué le Fonds de dotation Élisabeth J. Lacelle afin de remettre des bourses à des femmes inscrites à un programme ou voulant s’inscrire à un programme de cette université.

*Note: Élisabeth J. Lacelle, Difficile réconciliation évangélique – Un rendez-vous manqué, décembre 2014. Site Web de Femmes et Ministères.

 

du même auteur

Le commandant de police Jean-Marc Schanzenbach est allé présenter des excuses au pasteur pentecôtiste Toussaint Roger Mpemudgir et à une fidèle de l'Église des Nations Unies pour Christ-Jésus le mercredi 2 décembre.
2020-12-03 21:08 || Québec Québec

Culte interrompu: un commandant du SPVM présente ses excuses

Le culte de l'Église des Nations Unies pour Christ-Jésus, située rue Briand, dans le Sud-Ouest de Montréal, a été arrêté par les policiers le dimanche 29 novembre.
2020-12-02 09:28 || Québec Québec

Des policiers interrompent un service religieux de 13 personnes

L’avocat Alain Arsenault, qui défend plusieurs victimes de prêtres et de religieux, n’hésite pas à dire combien il est impressionné par l’ampleur et le contenu du rapport que la juge à la retraite Pepita G. Capriolo a rédigé à la demande de l'archevêque de Montréal sur les nombreuses défaillances de
2020-12-01 11:55 || Québec Québec

«On vient d'établir la nouvelle norme», dit l'avocat Alain Arsenault

articles récents

Le culte de l'Église des Nations Unies pour Christ-Jésus, située rue Briand, dans le Sud-Ouest de Montréal, a été arrêté par les policiers le dimanche 29 novembre.
2020-12-02 09:28 || Québec Québec

Des policiers interrompent un service religieux de 13 personnes

Incapable de résoudre les problèmes de son diocèse et de relever les défis qui s'y sont présentés depuis son arrivée il y a deux ans, Mgr Robert Bourgon, l'évêque de Hearst-Moosonee, a offert au pape François de démissionner de son poste.
2020-11-30 15:36 || Canada Canada

Démission de l'évêque de Hearst-Moosonee

Le chancelier de l'archidiocèse de Montréal, Mgr François Sarrazin, dont le nom est mentionné plusieurs fois dans le rapport Capriolo, a remis sa démission le 19 novembre 2020 pour des raisons de santé.
2020-11-30 11:32 || Québec Québec

Figure-clé du rapport Capriolo, le chancelier démissionne pour «des raisons de santé»