1928-2020

Décès du franciscain Pierre Bisaillon, militant de la non-violence

Le franciscain Pierre Bisaillon, un philosophe et un militant de la non-violence, est décédé le mardi 14 avril 2020 à Montréal, à l’âge de 92 ans.
Le franciscain Pierre Bisaillon, un philosophe et un militant de la non-violence, est décédé le mardi 14 avril 2020 à Montréal, à l’âge de 92 ans.   (Courtoisie - Les Franciscains du Canada)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-04-16 10:00 || Québec Québec

Le franciscain Pierre Bisaillon, un philosophe et un militant de la non-violence, est décédé le mardi 14 avril 2020 à Montréal, à l’âge de 92 ans.

Après des études en philosophie et en théologie, le religieux enseigna puis diriga l’Externat classique de Longueuil qui deviendra, en 1967, le collège Édouard-Montpetit. Il en fut le tout premier directeur général.

«Dans l’après-concile, Pierre Bisaillon a été très impliqué dans l’évolution de sa province franciscaine», indique aussi sa communauté. Il estimait que ses confrères et lui devaient s'insérer «dans la nouvelle société sécularisée et pluraliste qui s’installait rapidement au Québec».

Au milieu des années 1980, il devint un des membres fondateurs du Centre de ressources sur la non-violence (CRNV), un organisme d'abord établi dans la bibliothèque d'un couvent franciscain montréalais.

«Pierre a été un pilier du Centre», dit Normand Beaudet. «À l'époque, je venais de terminer mes études et lui avait déjà une grande expérience dans la gestion des organismes sans but lucratif. On a fondé le Centre en 1985», dit-il.

Normand Beaudet reconnaît que le franciscain aura été son mentor durant 25 ans.

«C'était la personne qui tenait en ordre tous les dossiers de l'organisme et qui s'assurait que tout était conforme. C'était une personne particulièrement méticuleuse dans son travail», dit celui qui est toujours engagé au CRNV à titre de coresponsable.

«Sa passion, au plan spirituel, c'était la sauvegarde de la Création et depuis très longtemps», confie Normand Beaudet. De la réflexion du philosophe et religieux est née La Pierre vivante, «une communauté de base franciscaine mixte» comprenant une douzaine de laïques et de religieux.

«C'est là que je l'ai rencontré pour la première fois. J'allais visiter mon frère Jean-François qui en faisait partie», dit Normand Beaudet. Pierre Vallières était aussi membre de cette communauté de base. L’ex-felquiste et le philosophe non-violent ont signé ensemble des textes dans la revue Idées et pratiques alternatives.

«Pierre voulait aussi que la non-violence, qu'il associait à saint François d'Assise, soit la pierre angulaire de l'engagement social de tout franciscain». Le franciscain a appuyé des actions de désobéissance civile, «notamment contre Revenu Canada et les impôts militaires».

Il raconte que le franciscain a participé aux débuts des Éditions Écosociété. «On a collaboré ensemble au tout premier ouvrage publié par cet éditeur», en 1993. Le livre était intitulé Pour un pays sans armée.

Ce franciscain était une personne toujours en train de réfléchir, en avance sur son temps, dit-il. «Aujourd'hui, les jeunes discutent des enjeux climatiques, des façons de sortir du pétrole et du combustible. Lui, il réfléchissait à cela dès le début des années 1980.»

Ses funérailles auront lieu plus tard, indique sa famille franciscaine, «après l'actuel confinement exigé par le ministère de la Santé».

***

 

 

du même auteur

Le culte de l'Église des Nations Unies pour Christ-Jésus, située rue Briand, dans le Sud-Ouest de Montréal, a été arrêté par les policiers le dimanche 29 novembre.
2020-12-02 09:28 || Québec Québec

Des policiers interrompent un service religieux de 13 personnes

L’avocat Alain Arsenault, qui défend plusieurs victimes de prêtres et de religieux, n’hésite pas à dire combien il est impressionné par l’ampleur et le contenu du rapport que la juge à la retraite Pepita G. Capriolo a rédigé à la demande de l'archevêque de Montréal sur les nombreuses défaillances de
2020-12-01 11:55 || Québec Québec

«On vient d'établir la nouvelle norme», dit l'avocat Alain Arsenault

Incapable de résoudre les problèmes de son diocèse et de relever les défis qui s'y sont présentés depuis son arrivée il y a deux ans, Mgr Robert Bourgon, l'évêque de Hearst-Moosonee, a offert au pape François de démissionner de son poste.
2020-11-30 15:36 || Canada Canada

Démission de l'évêque de Hearst-Moosonee

articles récents

Le culte de l'Église des Nations Unies pour Christ-Jésus, située rue Briand, dans le Sud-Ouest de Montréal, a été arrêté par les policiers le dimanche 29 novembre.
2020-12-02 09:28 || Québec Québec

Des policiers interrompent un service religieux de 13 personnes

Incapable de résoudre les problèmes de son diocèse et de relever les défis qui s'y sont présentés depuis son arrivée il y a deux ans, Mgr Robert Bourgon, l'évêque de Hearst-Moosonee, a offert au pape François de démissionner de son poste.
2020-11-30 15:36 || Canada Canada

Démission de l'évêque de Hearst-Moosonee

Le chancelier de l'archidiocèse de Montréal, Mgr François Sarrazin, dont le nom est mentionné plusieurs fois dans le rapport Capriolo, a remis sa démission le 19 novembre 2020 pour des raisons de santé.
2020-11-30 11:32 || Québec Québec

Figure-clé du rapport Capriolo, le chancelier démissionne pour «des raisons de santé»