Départ de David Leduc

Démission surprise du DG de Développement et Paix

  • David Leduc.
  • Jean-Denis Lampron (photo) a confirmé à Présence la démission du directeur général David Leduc.
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2016-06-20 10:08 || Canada Canada

Moins d'un an après son arrivée à la tête de Développement et Paix, le Montréalais David Leduc vient de remettre sa démission.

«Oui, David est parti», a confirmé lundi matin Jean-Denis Lampron, le président de cet organisme de coopération internationale fondé par les évêques catholiques du Canada il y a près de 50 ans. «Développement et Paix est à la recherche d'un nouveau directeur général.»

Depuis vendredi, les membres du conseil national, la plus haute instance de Développement et Paix, étaient réunis à Montréal. David Leduc ne s'est pas présenté, vendredi et samedi, à cette rencontre tenue trois fois par année. Dimanche matin, explique Ryan Worms, un directeur de Développement et Paix, il a remis sa démission par voie électronique.

Nommé en juillet 2015, David Leduc a été engagé pour un mandat de cinq années à la barre de Développement et Paix. Il était auparavant directeur des opérations pour le Réseau international d’action communautaire de l’Université McGill (RIAC), un centre de formation qui travaille auprès d’organismes de Jordanie, de Palestine et d’Israël. Il succédait à Michael Casey, qui avait quitté l'organisme en mars 2015, après deux mandats de cinq années.

Ce départ précipité n'aura pas de conséquences néfastes pour l'organisme, estime Jean-Denis Lampron, un homme d'affaires et un diacre qui a été élu président de Développement et Paix à la fin de 2015. «On n'avait pas de directeur général il y a un an. On a fait un bout de chemin avec David. Là, on en a plus. Mais l'organisme file bon train et on a de beaux projets qui nous occupent, comme notre 50e anniversaire et le prochain Forum social mondial».

«Dans toutes les organisations, c'est l'équipe qui est importante. Et à Développement et Paix, l'équipe est là. Ces gens se parlent continuellement. Ils savent où ils s'en vont. Dans ces conditions, quand quelqu'un débarque du train, on ne s'en aperçoit pas car l'équipe est soudée, habituée à travailler ensemble», a ajouté Jean-Denis Lampron.

«On sentait que ça se mijotait», ajoute le président. «Dimanche matin, cela a été confirmé officiellement aux membres du conseil national.»

Malgré des tentatives répétées au cours de la fin de semaine, il n'a pas été possible de parler à David Leduc.

Selon nos informations, l'organisme devrait annoncer officiellement son départ lundi après-midi.

**Mise à jour 12 h 11**

L'organisme a officialisé le départ de M. Leduc en milieu de journée lundi. M. Leduc a «exprimé sa fierté d’avoir eu la chance de diriger un des organismes les plus importants et respectés dans le domaine de la solidarité internationale au Canada», indique le communiqué de l'organisme.

C'est Marc Brochu, directeur des Services administratifs, qui assumera les fonctions de directeur général intérimaire.

 

du même auteur

Le ministre de la Santé et des Services sociaux se dit «très sensible aux arguments» qu'il a entendus depuis qu'il a édicté, dimanche, que le nombre de personnes que peuvent dorénavant accueillir les lieux de culte du Québec étaient de 50 et même 25.
2020-09-24 18:13 || Québec Québec

Lieux de culte: le gouvernement prend note de la grogne

L'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal.
2020-09-24 16:42 || Québec Québec

Pas de messes à l'Oratoire Saint-Joseph cette fin de semaine

Le curé de l'église Saint-Joachim de Pointe-Claire, l'abbé Alain Roy, préfère annuler des messes plutôt que de refuser la 26e personne qui souhaiterait entrer.
2020-09-23 15:07 || Québec Québec

Limité à 25 personnes, un curé préfère annuler des messes

articles récents

Le curé de l'église Saint-Joachim de Pointe-Claire, l'abbé Alain Roy, préfère annuler des messes plutôt que de refuser la 26e personne qui souhaiterait entrer.
2020-09-23 15:07 || Québec Québec

Limité à 25 personnes, un curé préfère annuler des messes

L'église Saint-Laurent sur l'île d'Orléans. Au moment où la province connait une multiplication des cas de COVID-19 et que certaines fermetures ciblées sont évoquées, les lieux de culte doivent-ils craindre de devoir fermer à nouveau leurs portes?
2020-09-18 17:18 || Québec Québec

Reconfinement: bon espoir de voir les lieux de culte y échapper

Des hommes prient dans une mosquée de New Delhi le 1er mai 2020.
2020-09-18 09:53 || Monde Monde

Les minorités religieuses, boucs émissaires de la crise sanitaire