Dimanche à Montréal

Des policiers interrompent un service religieux de 13 personnes

Le culte de l'Église des Nations Unies pour Christ-Jésus, située rue Briand, dans le Sud-Ouest de Montréal, a été arrêté par les policiers le dimanche 29 novembre.
Le culte de l'Église des Nations Unies pour Christ-Jésus, située rue Briand, dans le Sud-Ouest de Montréal, a été arrêté par les policiers le dimanche 29 novembre.   (Capture d'écran Facebook)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-12-02 09:28 || Québec Québec

«Dimanche, nous étions treize personnes dans l'église. En plein service, des policiers sont intervenus et ils ont mis tous les gens dehors.» Vingt-quatre heures après ces événements, la voix du pasteur Toussaint Roger Mpemudgir est toujours tremblante. «Je n'arrive pas à manger tellement je suis bouleversé», ajoute le pasteur pentecôtiste montréalais, originaire de la République démocratique du Congo.

«Évidemment, j'ai réagi. J'ai dit qu'on avait le droit d'être 25 personnes», explique le pasteur de l'Église des Nations Unies pour Christ-Jésus, une église situé rue Briand, dans le Sud-Ouest de Montréal. «Le policier a répondu: Non, ici, c'est zone rouge».

Il explique que le culte du dimanche 29 décembre a débuté à 11 h 30. «Tout allait bien», dit-il.

«À 12 h 40, les policiers entrent. C'était un temps de louange, on chantait. Les policiers disent qu'on n'a pas le droit de faire nos services ici.» En fait, résume le pasteur, aucun service religieux ne peut plus être tenu en zone rouge, aurait expliqué le policier Stéphane Senécal. «Depuis quand?», a demandé le pasteur. «Cela fait deux semaines», a répondu le policier. «Vous devez sortir ou je vous donne des contraventions.» Tous les gens ont alors quitté, confirme le pasteur Toussaint Roger Mpemudgir.

Lundi, au Service de police de la Vile de Montréal (SPVM), l'agent responsable des relations avec les médias s'étonnait de ne pas avoir reçu d'informations sur cet événement de la veille. Darren Martin McMahon-Payette confirme toutefois que les services religieux accueillant un maximum de 25 personnes sont toujours permis en zone rouge. Cette règle n'a jamais été modifiée depuis son annonce, le 28 septembre 2020, par le premier ministre François Legault.

Mardi, en après-midi, le chargé de communication McMahon-Payette «confirme qu’il y a eu une intervention des policiers dimanche dernier», après qu'une plainte pour rassemblement ait été faite auprès du poste de police local. Il ajoute que «le commandant du poste de quartier concerné a été mis au fait de cet événement et va communiquer avec le pasteur pour faire le point avec lui». Informé de cette réponse, le pasteur indique qu'on vient de lui annoncer la venue du commandant Jean-Marc Schanzenbach, mercredi, vers 13 h.

Le pasteur reconnaît que le bâtiment qui abrite son église ne ressemble pas à une église conventionnelle avec son clocher ou ses vitraux. Il s'agit d'un bâtiment commercial que l'Église des Nations Unies pour Christ-Jésus occupe depuis 2017. Les deux policiers qui sont intervenus auraient-ils pensé interrompre un rassemblement privé ou encore un spectacle musical? Il est vrai que les gens chantaient lors de leur arrivée. «Pourtant, le nom de notre Église est bien écrit à l'avant», réplique le pasteur. De plus, fait-il remarquer, le policier qui a pris la parole a bien précisé que les services religieux étaient interdits en zone rouge.

Le pasteur Toussaint Roger Mpemudgir se dit heureux de cette rencontre avec le commandant Schanzenbach.  «Nos gens vont savoir s'ils peuvent venir dimanche prochain à l'église».

***

 

 

du même auteur

Alors que débute sa campagne de financement annuelle, Développement et Paix refuse de rendre public le rapport final de l'enquête qu'il a menée, durant trois années, sur le quart de ses partenaires.
2021-02-23 16:11 || Canada Canada

Révision des partenaires de Développement et Paix: le rapport restera confidentiel

«Il est inacceptable que des rassemblements soient autorisés dans des salles de cinéma pour un maximum de 250 personnes, alors que les lieux de culte sont limités à 10 personnes dans les zones rouges», martèle la Table interreligieuse de concertation dans un nouveau communiqué.
2021-02-23 07:42 || Québec Québec

Lieux de culte: au tour de la Table de réclamer la capacité de 30 %

Le cardinal Lacroix demande aux catholiques de ne pas «demeurer silencieux devant les décisions prises par les autorités» et les encourage à «faire connaître leurs préoccupations et leurs questionnements aux élus qui les représentent et aux personnes responsables».
2021-02-22 14:12 || Québec Québec

Lieux de culte: nouvelles pressions catholiques sur le gouvernement

articles récents

Alors que débute sa campagne de financement annuelle, Développement et Paix refuse de rendre public le rapport final de l'enquête qu'il a menée, durant trois années, sur le quart de ses partenaires.
2021-02-23 16:11 || Canada Canada

Révision des partenaires de Développement et Paix: le rapport restera confidentiel

«Avec moi, c'est tolérance zéro», déclare l'archevêque de Montréal, Christian Lépine. «Si quelqu'un a été coupable d'abus sexuels contre des mineurs, il ne pourra plus exercer de ministère pour le reste de sa vie.»
2021-02-19 13:52 || Québec Québec

«Avec moi, c'est tolérance zéro», réitère Mgr Lépine

Ce mercredi, dès que les cendres auront été bénites par un prêtre, les paroissiens de ce diocèse du Nord de l'Ontario seront invités à rapporter dans leurs demeures un petit contenant de cendres bénites.
2021-02-17 14:15 || Canada Canada

Mercredi des Cendres: un diocèse distribue des «kits maison»