Lettre de la CECC aux membres de la coalition œcuménique

*EXCLUSIF* Les causes du retrait de la CECC de KAIROS se précisent

Mgr Douglas Crosby, président de la Conférence des évêques catholiques du Canada.
Mgr Douglas Crosby, président de la Conférence des évêques catholiques du Canada.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2016-10-17 20:49 || Canada Canada

Ce fut une décision difficile à prendre mais «nous sommes certains que vous n’en êtes pas autrement surpris». Dans une lettre de deux pages envoyée le vendredi 7 octobre aux chefs des principales Églises canadiennes, la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), explique les raisons qui ont entraîné son départ de la coalition œcuménique KAIROS.

C'est le mercredi 12 octobre que la CECC a annoncé dans un bref communiqué qu'elle quittait KAIROS, un organisme qu'elle a contribué à fonder en 2001.

Mais contrairement à une pratique répandue chez elle, la conférence épiscopale ne souhaitait pas rendre publique la lettre que son président, Mgr Douglas Crosby, a remise aux chefs des autres Églises chrétiennes ainsi qu'aux dirigeants d'institutions membres de Kairos.

Cette lettre, que l'agence de presse Présence a obtenue et dont l'authenticité a été confirmée, indique qu'«à plusieurs reprises au cours des dernières années, les représentants de notre Conférence auprès de KAIROS ont exprimé nos préoccupations quant à divers aspects des structures, des politiques, des stratégies et du fonctionnement de KAIROS».

Six Églises font partie de KAIROS dont l'Église anglicane du Canada, l'Église Unie du Canada et l'Église presbytérienne au Canada. Cinq organismes chrétiens en font aussi partie. C'est le cas de Développement et Paix, de la Conférence religieuse canadienne, du Fonds du primat pour le secours et le développement mondial, du Comité central mennonite et, jusqu'à vendredi dernier, de la CECC.

«Notre Conférence a déjà eu l’occasion de souligner aux représentants des autres Églises, comme aussi à KAIROS, les difficultés qu’elle a connues en tant que membre du fait de l’incompatibilité de KAIROS avec notre nature, nos structures et notre rôle d’assemblée nationale des évêques catholiques latins et orientaux du Canada», ajoute Mgr Crosby, évêque de Hamilton.

Trois irritants

La CECC nomme ensuite trois difficultés qui ont entraîné son retrait de KAIROS.

Elle note «l’importance capitale qu’accorde KAIROS aux projets, au plaidoyer et à l’action immédiate sans prêter ce que nous estimons être une attention suffisante à la recherche d’une intelligence commune des principes bibliques et théologiques sous-jacents».

Elle regrette ensuite «une approche du "consensus" qui aboutit souvent à une décision à la majorité des voix, ce qui diffère foncièrement de notre façon de comprendre l’œcuménisme, car il faudrait à notre avis prendre pleinement en compte les préoccupations de chacune des Églises impliquées».

Enfin, la CECC déplore «l’absence d’un mécanisme qui permettrait à un membre de ne pas s’associer à certains projets de KAIROS».

Mgr Crosby rappelle aux Églises chrétiennes et aux institutions membres de KAIROS que «malheureusement, des années d’efforts de la part de notre Conférence et des représentants de KAIROS n’ont pas permis de surmonter ces difficultés de manière significative».

Les évêques disent qu'ils ont «fini par comprendre que ces difficultés sont en grande partie inévitables vu la nature de KAIROS, dont les membres formulent de grandes orientations et des politiques d’ensemble alors que la programmation est confiée au personnel».

«Cette façon de travailler est sans doute valable, mais elle ne correspond pas au type de supervision et de consultation qu’exigent des évêques catholiques engagés dans une initiative œcuménique donnée», affirment-ils.

À la fin de sa lettre du 7 octobre, Mgr Crosby déplore que KAIROS soit «devenu, au niveau institutionnel et sur le plan juridique, le projet d’une Église particulière». Le nom de cette Église n'est pas mentionné, mais tous les destinataires de la missive savent que c'est l'Église Unie du Canada qui est visée. Cette Église partage son numéro de charité avec KAIROS. «Même si cette approche est peut-être la seule possible en l’occurrence, elle nous semble difficilement conciliable avec l’idée que nous nous faisons de l’œcuménisme», concluent les évêques canadiens.

L'avenir

«Notre décision n’affecte aucunement l’engagement de notre Église et celui de notre Conférence pour l’œcuménisme, la justice sociale et la collaboration interecclésiale», précisent-ils toutefois. «La CECC continue d’accorder une grande valeur au travail œcuménique sur des initiatives de justice et de paix en accord avec les principes fondamentaux de l’œcuménisme».

La conférence épiscopale se réjouit enfin du fait que «les catholiques continueront d’être représentés officiellement à KAIROS de diverses façons». Développement et Paix a déjà indiqué qu'il entendait demeurer membre de la coalition, tandis que la Conférence religieuse canadienne veut consulter ses membres à ce sujet.

«Nous espérons qu’il y ait à l’avenir non seulement un échange soutenu d’information entre KAIROS et notre Conférence, mais une collaboration au cas par cas sur des projets précis», écrit Mgr Douglas Crosby, le président de la CECC.

 

du même auteur

À gauche, Mgr Thomas Dowd. Photo prise lors de l'ordination épiscopale de Mgr Alain Faubert, nouvel évêque auxiliaire à Montréal, le 15 juin 2016.
2020-10-22 07:52 || Canada Canada

Un nouvel évêque pour Sault-Sainte-Marie

Arrêté en 2019 par le Service de police de Laval pour des gestes à caractère sexuel, le père Henri Paradis, a reconnu, au mois de septembre, sa culpabilité à deux chefs d’agression sexuelle et d’attentat à la pudeur.
2020-10-20 15:26 || Québec Québec

Le père Henri Paradis condamné à huit mois de détention à domicile

Trois ans après le début de cette enquête commandée par les évêques canadiens, on saura quels partenaires de Développement et Paix pourront de nouveau recevoir un financement annuel de la part des catholiques canadiens.
2020-10-20 08:37 || Canada Canada

Les conclusions du rapport final dévoilées en novembre

articles récents

À gauche, Mgr Thomas Dowd. Photo prise lors de l'ordination épiscopale de Mgr Alain Faubert, nouvel évêque auxiliaire à Montréal, le 15 juin 2016.
2020-10-22 07:52 || Canada Canada

Un nouvel évêque pour Sault-Sainte-Marie

Le pape François lors de son audience générale du 21 octobre 2020 au Vatican.
2020-10-21 13:38 || Vatican Vatican

Propos du pape sur le mariage gai: nouveauté ou continuité?

Trois ans après le début de cette enquête commandée par les évêques canadiens, on saura quels partenaires de Développement et Paix pourront de nouveau recevoir un financement annuel de la part des catholiques canadiens.
2020-10-20 08:37 || Canada Canada

Les conclusions du rapport final dévoilées en novembre