Une réfugiée, mère de trois enfants, témoigne de la persécution

«Nous ne pouvions plus vivre comme des êtres humains»

La Syrienne Mina Aro est arrivée au Canada le 28 décembre 2015.
La Syrienne Mina Aro est arrivée au Canada le 28 décembre 2015.   (Présence/Yves Casgrain)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2016-01-25 16:24 || Québec Québec

Lors de l’eucharistie de vendredi soir en faveur des chrétiens persécutés, Mina Aro a livré un témoignage empreint d’une grande dignité. Cette Syrienne, mère de trois enfants, vit au Québec depuis le 28 décembre dernier.

«Être ici, au Canada, est un rêve après avoir enduré tant de malheurs, tant de souffrances. Chaque jour, nous vivions dans la peur: peur de mourir, peur de perdre un enfant ou un proche. Plusieurs personnes sont mortes lors des bombardements. Parmi elles, un camarade de classe de ma fille qui n’avait que 12 ans. Cette guerre nous a pris par surprise. Nous avons tout perdu. Nous devions supporter le manque de nourriture et le froid. Nous ne pouvions plus vivre comme des êtres humains.»

Un dilemme moral

Malgré sa souffrance et celle de ses enfants, Mina a vécu un dilemme moral: rester pour aider les autres membres de sa famille ou partir pour protéger ses enfants.

«Je me suis  confiée au Seigneur. Il a répondu à toutes mes questions. Il a ouvert un chemin d’avenir pour moi et pour mes enfants. Mon plus beau cadeau de Noël, c’est d’avoir été accueillie par le Canada.»

Dans son témoignage, Mina a remercié Alessandra Santopadre, responsable de l’accueil des réfugiés du diocèse de Montréal, le père Pierangelo Paternieri, directeur de l’Office des communautés culturelles et rituelles du diocèse de Montréal, ainsi que sa paroisse d’adoption.

À la fin de son bref témoignage, Mme Aro a invité les fidèles à prier pour les chrétiens syriens victimes de la guerre et de la persécution.

«Je ne peux pas oublier ceux qui sont morts à cause de leur foi. Je vous demande également de prier pour les personnes qui sont demeurées en Syrie afin qu’elles continuent à garder leur foi en Dieu.»

 

du même auteur

Un cours en ligne offert dès le 12 octobre par l'Université de Montréal se penchera sur les liens entre guérison et religions au Québec.
2020-10-01 10:10 || Québec Québec

Guérison et religions au Québec: revisiter les idées reçues

Des hommes sont en deuil après un attentat islamiste à Kaboul, en Afghanistan, le 15 août 2018. L’Université de Montréal proposera cet automne un cours permettant de faire le point sur les enjeux actuels liés à l’islamisme qui insistera notamment sur le «début de la fin» du phénomène.
2020-08-21 17:13 || Québec Québec

L'UdeM propose un cours explorant «le début de la fin» de l'islamisme

L’abbé Jacques Dorélien est né en Haïti. Curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien à Montréal, l’abbé Dorélien est prêtre depuis 19 ans. Comme bien d’autres au Québec, il a été bouleversé par la mort de Georges Floyd.
2020-07-02 15:39 || Québec Québec

Le racisme vu par des clercs noirs du Québec

articles récents

Beate Gilles, une théologienne de 50 ans, devient la première femme à diriger le secrétariat des évêques. Son mandat débutera le 1er juillet 2021. Son élection survient alors que l'Église allemande est à nouveau plongée dans la tourmente sur la question des abus sexuels.
2021-02-26 16:33 || Monde Monde

Une femme élue secrétaire générale des évêques allemands

L'ancien président de Développement et Paix, Jean-Denis Lampron, estime que l'organisme a manqué de transparence dans le processus de révision de ses partenaires.
2021-02-26 10:49 || Canada Canada

«Cela ne tient pas la route», disent deux ex-dirigeants de Développement et Paix

Développement et Paix ne conservera des liens de partenariats qu'avec le tiers des organismes qui ont été soupçonnés, depuis mars 2018, de ne pas respecter l'enseignement social et moral de l'Église catholique, ont annoncé l'organisme et les évêques canadiens le 25 février.
2021-02-25 18:18 || Canada Canada

Développement et Paix expurge près de 40% des partenaires examinés