Désavoué publiquement par deux évêques

L'abbé Michel Rodrigue rompt le silence

Désavoué par les évêques d'Amos et de Hearst-Moosonee au début du mois de septembre 2020, l'abbé Michel Rodrigue rompt le silence.
Désavoué par les évêques d'Amos et de Hearst-Moosonee au début du mois de septembre 2020, l'abbé Michel Rodrigue rompt le silence.   (Image tirée de YouTube)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-09-29 19:16 || Québec Québec

Désavoué par les évêques d'Amos et de Hearst-Moosonee au début du mois de septembre 2020, l'abbé Michel Rodrigue rompt le silence. Il promet d'être fidèle à l'enseignement de l'Église catholique et de collaborer avec les autorités religieuses.

C'est par une lettre «aux fidèles de bonne volonté», déposée le 23 septembre à la une du site Web de la Fraternité apostolique Saint Benoît-Joseph Labre, une communauté qu'il a fondée en 2011, que l'abbé Rodrigue a réagi aux deux notes d'avertissement que les évêques Gilles Lemay et Robert Bourgon ont successivement publiées à son encontre les 3 et 9 septembre.

Incardiné dans le diocèse ontarien de Hearst-Moosonee mais qui vit dorénavant dans le diocèse d’Amos, l'abbé Rodrigue a prêché des retraites en 2019 aux États-Unis où il a raconté les nombreuses visions qu'il a reçues et où il a émis plusieurs prophéties, souvent révélées, a-t-il avancé, par Dieu lui-même.

Ses longues homélies, toutes en anglais, sont diffusées par un site Web appelé Countdown to the Kingdom qui publie régulièrement les «révélations» que Dieu aurait transmises à des voyants de différents pays.

Dans ce site, l'abbé Rodrigue était présenté «comme l'Apôtre des derniers temps» et comme «un exorciste officiel de l'Église». On y mentionnait aussi que le prêtre «reçoit le soutien total de son évêque» et que «toutes ses visions sont soumises à l'approbation de son ordinaire local».

Ces affirmations ont incité les évêques Lemay et Bourgon à se dissocier publiquement de ce prêtre et à exprimer leur «désaveu total [de ses] messages et prophéties».

Dans une lettre de deux pages, l’abbé reconnaît aujourd'hui qu'une «confusion s'est glissée sur l'approbation par l'évêque à propos des messages» qu'il a dévoilés lors de son séjour en Californie. Les responsables du site Countdown to the Kingdom ont accepté, à sa demande, de «corriger cette confusion». Il indique aussi qu'il n'a jamais clamé être l'exorciste du diocèse d'Amos, ajoutant toutefois que, «chaque fois que j'ai eu à faire un ministère dans ce domaine, j'ai toujours demandé l'approbation de l'évêque».

La lettre de l'abbé Rodrigue ne fait aucunement mention des prophéties que les évêques Lemay et Bourgon lui reprochent. Il assure que l'enseignement qu'il donne est «basé sur les messages de la Vierge Marie approuvés par l'Église et en conformité avec le Catéchisme de l'Église catholique».

Dans les deux derniers paragraphes de sa lettre, il explique que la Fraternité apostolique qu'il a fondée «continue de grandir et d'accomplir la volonté du Père» puis il réitère sa «volonté de collaboration avec l'évêque, le magistère de l'Église et de maintenir un lien fraternel avec tous les gens des différents milieux d'ici, des États-Unis et des gens de par le monde qui nous supportent».

L'évêque d'Amos n'a pas souhaité commenter le contenu de la lettre qu'il a reçue ces derniers jours par la poste – et non par courrier électronique, un moyen de communication que l’abbé Rodrigue recommande à ses sympathisants de ne plus utiliser.

L'abbé n'a répondu à aucune de nos demandes d'entrevue. Le 15 septembre, Denise Lemieux, une membre de la Fraternité apostolique, avait indiqué que le prêtre «communiquera avec vous d'ici les deux prochaines semaines».

***

 

 

du même auteur

Arrêté en 2019 par le Service de police de Laval pour des gestes à caractère sexuel, le père Henri Paradis, a reconnu, au mois de septembre, sa culpabilité à deux chefs d’agression sexuelle et d’attentat à la pudeur.
2020-10-20 15:26 || Québec Québec

Le père Henri Paradis condamné à huit mois de détention à domicile

Trois ans après le début de cette enquête commandée par les évêques canadiens, on saura quels partenaires de Développement et Paix pourront de nouveau recevoir un financement annuel de la part des catholiques canadiens.
2020-10-20 08:37 || Canada Canada

Les conclusions du rapport final dévoilées en novembre

«Avec des bras fatigués, mais vaillants, des sœurs se sont mises à fabriquer des masques et des blouses pour du personnel infirmier», donne en exemple la Conférence religieuse canadienne.
2020-10-15 17:04 || Canada Canada

«Nous sortirons plus forts de la pandémie»

articles récents

Trois ans après le début de cette enquête commandée par les évêques canadiens, on saura quels partenaires de Développement et Paix pourront de nouveau recevoir un financement annuel de la part des catholiques canadiens.
2020-10-20 08:37 || Canada Canada

Les conclusions du rapport final dévoilées en novembre

Une manifestation contre le racisme le 7 juin 2020 à Montréal. «Actuellement, les Églises tentent de se débarrasser du privilège blanc et du racisme, mais elles ne sont pas encore arrivées à l’étape d’admettre qu’elles sont racistes», estime Michael Blair, secrétaire général de l’Église Unie.
2020-10-19 15:03 || Canada Canada

Les Églises invitées à reconnaître le racisme systémique en leur sein

Le racisme à l’égard des Autochtones au Canada est systémique, disent les Jésuites du Canada.
2020-10-13 22:54 || Canada Canada

«Le racisme et la discrimination à l’égard des Autochtones sont systémiques»