Entrevue avec le théologien François Nault

La paresse comme vertu

C'est en s'intéressant au concept de «paresse» que le théologien François Nault s'est penché sur notre rapport au temps et au travail.
C'est en s'intéressant au concept de «paresse» que le théologien François Nault s'est penché sur notre rapport au temps et au travail.   (Archives Présence/Philippe Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2019-06-21 16:27 || Québec Québec

Roum dum dum wa la dou c'est le temps des vacances, chantait Pierre Lalonde. Vite! Transport, chalet, voyage, roulotte, tente, réchaud, camping, rénos, pelouse, toiture, corvées. Le repos? On verra, s’il reste du temps…

«Il y a quelque années, je me disais: les vacances, il est temps que ça finisse, c’est épuisant!»

François Nault, professeur à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval, s’intéresse à notre rapport au temps. En 2016, son ouvrage L’Évangile de la paresse (Médiaspaul) bousculait avec humour certaines idées reçues sur le rapport au travail et au farniente dans la tradition chrétienne. Depuis, cet apôtre de la décélération ne cesse d’appeler la société à revoir ses priorités.

«Réfléchir sur la paresse permet de toucher à la centralité du travail dans nos vies. Celui-ci occupe une place exagérément importante», dit-il.

Il est renversé de constater que certains ont même honte de dire qu’ils prennent des vacances. Et que lorsqu’ils le font, ils gardent le contact avec le bureau, répondant à des messages ou faisant avancer des dossiers. «Les vacances et le travail se retrouvent assujettis au même rythme, celui de la domination d’une logique productiviste.»

Même l’aménagement du temps de travail, pour le rendre soi-disant flexible, a comme effet de «sauter les frontières et de permettre au travail de se faufiler dans toutes les secondes de notre existence».

Mais pourquoi notre culture accorde-t-elle autant d’importance à cette logique productiviste qui, enracinée dans le monde du travail, se distille dans toutes les facettes de notre vie ?

[...]

► LIRE LA SUITE DANS LE NUMÉRO DE JUIN 2019 DE PARABOLE ◄

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Sœur Jocelyne Huot, fondatrice du mouvement pour enfants les Brebis de Jésus, est décédée le 4 novembre à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec.
2019-11-07 16:08 || Québec Québec

Décès de la fondatrice des Brebis de Jésus

Devant la recomposition des pratiques de transmission de foi traditionnelles liées à l’enfance, une question s’impose: comment approcher aujourd’hui la spiritualité des enfants?
2019-11-01 14:41 || Québec Québec

Spiritualité des enfants: des balises dans une société en mutation

Jasmine Abran Johnson, lauréate du Prix Marie-Guyart de l'AMÉCO le 31 octobre, a reçu une médaille des mains de soeur Diane Gagnon.
2019-11-01 11:47 || Québec Québec

Le Prix Marie-Guyart décerné à Jasmine Johnson

articles récents

France Labelle, directrice générale et cofondatrice du Refuge des jeunes de Montréal.
2019-11-05 09:52 || Québec Québec

30 bougies pour le Refuge des jeunes de Montréal

Devant la recomposition des pratiques de transmission de foi traditionnelles liées à l’enfance, une question s’impose: comment approcher aujourd’hui la spiritualité des enfants?
2019-11-01 14:41 || Québec Québec

Spiritualité des enfants: des balises dans une société en mutation

Jasmine Abran Johnson, lauréate du Prix Marie-Guyart de l'AMÉCO le 31 octobre, a reçu une médaille des mains de soeur Diane Gagnon.
2019-11-01 11:47 || Québec Québec

Le Prix Marie-Guyart décerné à Jasmine Johnson