Abus sexuels

Ce que dit le rapport McCarrick du rôle du cardinal Ouellet

 Le cardinal Marc Ouellet. Photo prise en 2014.
Le cardinal Marc Ouellet. Photo prise en 2014.   (CNS photo/Paul Haring)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-11-11 00:00 || Vatican Vatican

Le nom du cardinal Marc Ouellet, ex-archevêque de Québec, apparaît pas moins de 81 fois dans le volumineux rapport que vient de rendre public le Vatican sur «la connaissance institutionnelle et le processus décisionnaire du Saint-Siège concernant l’ex-cardinal Theodore Edgar McCarrick (1930-2017)». Bien qu'il n'ait jamais été associé aux différentes nominations épiscopales du cardinal déchu, le cardinal Ouellet est toutefois intervenu, au cours des dix dernières années, dans cette affaire.

Ce n'est que depuis 2010 que le cardinal québécois, originaire de La Motte, dirige l'influente Congrégation pour les évêques. Il n'a donc pas participé aux premiers moments de la carrière épiscopale de l'évêque, archevêque puis cardinal McCarrick. Marc Ouellet n'était pas encore évêque lorsque le pape Paul VI a nommé Mgr McCarrick évêque auxiliaire à New York en 1977. Et, en 2006, lorsque le pape Benoît XVI a demandé au cardinal McCarrick de se retirer «spontanément» de son poste d'archevêque de Washington, le cardinal Ouellet était toujours l'archevêque de Québec.

Mais en octobre 2018, le cardinal Ouellet travaille à cette enquête. «J'espère comme beaucoup d'autres, par respect pour les victimes et par le souci de la justice, que cette enquête [... menée] aux États-Unis et à la Curie romaine nous offrira enfin une vision critique et complète des procédures et des circonstances de cette douloureuse affaire, afin que de tels événements ne se répètent pas dans l'avenir», écrit-il dans une lettre dont un extrait est inséré dès la quatrième page du rapport rendu public le 10 novembre par le Vatican.

Quelques paragraphes plus loin, le rapport de 461 pages révèle que c'est en 2012 que l'archevêque Vigano, alors nonce apostolique aux États-Unis, a informé le cardinal Ouellet qu'un prêtre américain (appelé «prêtre 3») accusait le cardinal McCarrick d'avoir eu des relations sexuelles avec lui dès 1991. «Le cardinal Ouellet a demandé à Mgr Vigano de prendre certaines mesures, y compris une enquête auprès de responsables diocésains spécifiques et du prêtre 3, pour déterminer si les allégations étaient crédibles», indique le rapport. Mgr Vigano n'a pas donné suite à cette demande, indique-ton. Conséquence: le cardinal retraité McCarrick est donc «demeuré actif, voyageant dans tout le pays et dans le monde entier».

En 2006, le pape Benoît XVI est informé des allégations contre l'archevêque émérite de Washington. Une enquête canonique n'est toutefois pas déclenchée, notent les auteurs du rapport sur l'affaire McCarrick. «Au lieu de cela, la décision a été prise de faire appel à la conscience et l'esprit ecclésial du cardinal McCarrick en lui indiquant qu'il devrait se faire discret et réduire au minimum les déplacements pour le bien de l'Église catholique.»

Durant les dix années qui ont suivi cette invitation à la discrétion, «ni le pape François (élu en 2013), ni le cardinal Pietro Parolin (secrétaire d'État), ni le cardinal Ouellet n'ont levé ou modifié les 'indications'» de 2006.  

À la page 13 du rapport, on précise qu'«avant 2018, le Saint-Père n'a jamais discuté du cardinal McCarrick avec le cardinal Ouellet, qui était le préfet du dicastère ayant la compétence principale en la matière, ou avec le pape émérite Benoît XVI émérite». Avant 2017, personne au Vatican - pas même le cardinal Ouellet, précise-t-on - n'aurait même remis au pape François des pièces de documentation sur cette affaire, dont des lettres anonymes reçues au début des années 1990, il y a trente ans, et les témoignages de deux jeunes prêtres, victimes du cardinal McCarrick.

L'archevêque Carlo Maria Vigano

Dans ce rapport rendu public aujourd'hui par le Vatican, il est souvent question (plus de 300 fois) de l'archevêque Carlo Maria Vigano, ex-nonce apostolique aux États-Unis, et de sa lettre du 22 août 2018 dans laquelle il déclare avoir informé le pape François dès juin 2013, soit trois mois après son élection, des allégations lancées contre le cardinal McCarrick. Parce qu'il a sciemment ignoré ces informations, «le pape François doit être le premier à donner l'exemple aux cardinaux et aux évêques qui ont couvert les abus du cardinal McCarrick», avait alors écrit l'ex-nonce apostolique. Tous, y compris le pape François, devaient immédiatement démissionner, avait-il exigé. Peu après la publication de cette lettre dans des journaux et blogues conservateurs, l'archevêque Vigano, disant craindre pour sa propre sécurité, annonçait qu'il entrait en clandestinité.

C'est le 19 octobre 2011 que le pape Benoît XVI a nommé l'archevêque Vigano nonce apostolique aux États-Unis. «Les instructions écrites fournies à l'archevêque Vigano par la Congrégation pour les évêques avant son arrivée à la nonciature de Washington, D.C., ne font aucune mention du cardinal McCarrick», indique le rapport du Vatican à la page 367. «Cependant, le cardinal Ouellet, qui est devenu préfet [de la Congrégation pour les évêques] à la fin du mois de juin 2010, se rappelle avoir dit à l'archevêque Vigano en personne que le cardinal McCarrick était censé de respecter certaines 'conditions et restrictions dues à certaines rumeurs autour de son comportement passé'.»

Le nonce Vigano aurait acheminé au cardinal Ouellet, dès le mois d'août 2012 une lettre rédigée par un prêtre (le prêtre 3) qui aurait été abusé par le cardinal McCarrick. La réponse du cardinal Ouellet fut rapide. Il demande au nonce d'enquêter sur cette affaire. Il termine sa lettre en lui demandant de faire preuve de discrétion.

«Même si les accusations [du prêtre 3] contre le cardinal McCarrick s'avéraient non fondées, si les faits étaient rendus publics, ils pourraient nuire au cardinal et à l'Église. Par conséquent, je demande que Votre Excellence ait une conversation avec le cardinal, lui présente cette nouvelle accusation portée contre lui, et lui réitère, pour son propre bien et pour le bien de l'Église, les précédentes indications de ce dicastère: mener une vie plus réservée de prière et ne pas accepter d'engagements, que ce soit aux États-Unis ou à l'étranger, sans l'autorisation préalable et explicite du Saint-Siège.» (page 384 du rapport du Vatican).

Ni le prêtre 3, ni les autorités du diocèse de Metuchen, au New Jersey, un diocèse qu'a dirigé Mgr McCarrick de 1982 to 1986, n'ont été contactées par le nonce Vigano.

Le rapport du Vatican indique aussi que le nonce américain n'a pas informé la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USBCC) des demandes du préfet de la Congrégation pour les évêques.

En raison des «informations incomplètes reçues de la part du nonce Vigano, le cardinal Ouellet, en tant que chef du dicastère ayant compétence principale sur la discipline des évêques, n'a pas jugé nécessaire d'aborder avec le pape François les questions relatives au cardinal McCarrick ou de fournir au pape tout mémorandum ou autres écrits le concernant», indique le rapport du Vatican à la page 399.

Le Canada n'est mentionné qu'une seule fois dans le rapport sur l'Affaire McCarrick. On indique que le cardinal Theodore Edgar McCarrick, alors archevêque de Washington, a participé aux Journées mondiales de la jeunesse, tenues à Toronto en 2002.

Nouvelles normes

En dévoilant le rapport sur l'affaire McCarrick, le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, a indiqué avoir pris la décision de le publier «en raison des blessures que l'affaire a causées aux victimes, à leurs familles, à l'Église des États-Unis, à l'Église universelle».

«Tout comme le pape, j'ai pu consulter moi aussi les témoignages des victimes sur lesquels se fonde le rapport et qui sont déposés dans les archives du Saint-Siège. Leur contribution a été fondamentale», admet-il. Dans le rapport rendu public ce matin, on déplore que plusieurs dirigeants religieux américains et même du Vatican les ont estimés peu crédibles.

Le cardinal Parolin indique qu'«au cours des deux dernières années, [le Vatican a] fait des avancées significatives pour assurer une plus grande attention à la protection des mineurs et des interventions plus efficaces pour éviter que certains choix faits par le passé puissent se répéter.»

Il mentionne notamment la publication, par le pape François, du motu proprio Vos estis lux mundi «qui prévoit la création de mécanismes stables pour recevoir des signalements d'abus et établit une procédure claire pour examiner les plaintes contre des évêques qui ont commis des crimes ou qui ont protégé les responsables des crimes».

Lors de la parution de ce motu proprio, le cardinal Marc Ouellet avait salué l'arrivée de ces normes qui «attribuent un nouveau rôle» aux évêques du monde entier ainsi qu'aux responsables des communautés religieuses. Ils sont dorénavant tenus «d’avertir les autorités compétentes du Vatican de toutes les formes présumées d’abus, y compris la possession, la distribution ou la création de pornographie juvénile», qu'elles soient commises par des prêtres, des évêques, ou même des cardinaux.

***

 

 

du même auteur

«La juge Capriolo a fait un excellent travail», estime le théologien Jean-Guy Nadeau, un spécialiste des abus sexuels dans l'Église et dans la société.
2020-11-26 16:01 || Québec Québec

Rapport Capriolo: «C'est profondément troublant»

La juge retraitée de la Cour supérieure du Québec, Pepita G. Capriolo, a dévoilé mercredi ce qu'elle a découvert durant l'enquête qu'elle a menée sur le traitement des plaintes reçues à propos de l'abbé Brian Boucher.
2020-11-26 11:29 || Québec Québec

Abus: ce que contient le rapport accablant pour l'Église de Montréal

L'avocat, auteur et militant Dominique Boisvert est décédé le 23 novembre 2020.
2020-11-25 17:47 || Québec Québec

Dominique Boisvert emporté par la maladie

articles récents

«La juge Capriolo a fait un excellent travail», estime le théologien Jean-Guy Nadeau, un spécialiste des abus sexuels dans l'Église et dans la société.
2020-11-26 16:01 || Québec Québec

Rapport Capriolo: «C'est profondément troublant»

La juge retraitée de la Cour supérieure du Québec, Pepita G. Capriolo, a dévoilé mercredi ce qu'elle a découvert durant l'enquête qu'elle a menée sur le traitement des plaintes reçues à propos de l'abbé Brian Boucher.
2020-11-26 11:29 || Québec Québec

Abus: ce que contient le rapport accablant pour l'Église de Montréal

L'ONG catholique canadienne Développement et Paix affirme aujourd'hui que le moratoire décrété contre 52 partenaires soupçonnés de ne pas respecter les positions morales du magistère romain ne visait en fait que l'argent récolté lors des campagnes du carême.
2020-11-24 19:37 || Canada Canada

Les 52 partenaires ont toujours reçu leur financement, révèle Développement et Paix