Lutte contre les changements climatiques

COP21: les catholiques appellent à la mobilisation

Le président français François Hollande (avant-plan) accueille les chefs d'État et de gouvernement en France pour le sommet sur le climat.
Le président français François Hollande (avant-plan) accueille les chefs d'État et de gouvernement en France pour le sommet sur le climat.   (CNS photo/Jacky Naegelen, Reuters)
2015-12-01 13:55 || Monde Monde

Des centaines de milliers de personnes, originaires de près de 150 pays, ont demandé aux décideurs politiques mondiaux de passer de la parole aux actes. Ils souhaitent donc que la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques débouche sur un accord contraignant, capable de circonscrire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Entre le 30 novembre et le 11 décembre, les chefs d’État et de gouvernement de plus de 150 pays se réuniront au Bourget, en banlieue de Paris, afin de participer au Sommet COP21. De nombreuses organisations catholiques seront sur place afin de rappeler à l’élite politique mondiale l’importance de protéger la Terre et ses habitants contre les effets néfastes des changements climatiques. Rien ni personne — pas même des attentats terroristes — ne les aurait dissuadés d’être sur place pour assister à cet événement.

Les chefs religieux réunis à Saint-Denis

Le 28 novembre, un panel œcuménique de chefs religieux s’est réuni à Saint-Denis afin de déposer officiellement une pétition demandant aux leaders politiques d’agir en matière de lutte aux changements climatiques. Cette pétition a été signée par plus de 1, 8 million de personnes. Près de 800 000 de ces signatures ont été obtenues par le Mouvement catholique mondial pour le climat.

Présent lors de cet évènement, le cardinal brésilien Claudio Hummes a fait allusion à l’encyclique Laudato si' du pape François, de même qu’à une déclaration conjointe produite par une délégation d’évêques catholiques de partout sur Terre et demandant à ce que le Sommet de Paris soit l’occasion d’aboutir à une «entente équitable, contraignante et porteuse de changements profonds» en ce qui a trait à la lutte aux changements climatiques.

Également président du Réseau pan-amazonien des Églises, le cardinal Hummes a demandé à ce qu’on «réduise drastiquement les émissions de GES de manière à ce que les hausses de températures ne dépassent pas le dangereux seuil de 1.5° Celsius». «Conformément à ce nous avons mis de l’avant dans notre déclaration commune», ajoute-t-il, «mes confrères évêques et moi-même demandons à qu’on mette un terme à ‘l’ère des combustibles fossiles’ et qu’on se fixe un objectif pour la décarbonisation complète d’ici 2050».

«Nous demandons aussi à ce que les pays les plus fortunés aident les pays les plus pauvres à faire face aux conséquences des changements climatiques, par le biais d’une aide financière sérieuse», ajoute le cardinal Hummes.

Une manifestation sous haute surveillance

Une immense manifestation réunissant des dizaines de milliers de personnes devait avoir lieu à Paris, le 29 novembre. Or, au lendemain des attentats terroristes du 13 novembre, cette manifestation a été annulée. Des Parisiens et des militants écologistes originaires de partout sur Terre ont néanmoins organisé un événement plus modeste, quoique immensément symbolique, sur la place de la République. Centre névralgique des attentats du 13 novembre, cette place publique est sous haute surveillance policière. Or, c’est précisément là qu’a eu lieu la manifestation des militants écologistes. L’un après l’autre, ceux-ci ont déposé des souliers sur la place de la République afin que ceux-ci «marchent» et manifestent en leur nom. Cette manifestation a été déclarée illégale par la police, qui a dispersé la foule à l’aide de gaz lacrymogènes.

Rattaché au Conseil pontifical Justice et Paix, le jésuite Michael Czerny affirme qu’une paire de souliers appartenant au pape François et portant sa signature a été déposée sur la chaussée de la place de la République, lors de cette manifestation. Des chaussures appartenant au cardinal Hummes et au cardinal Peter Turkson (le président du Conseil pontifical Justice et Paix) ont aussi été déposées sur le bitume parisien.

La mobilisation des catholiques

Des manifestations en faveur de la lutte aux changements climatiques ont été organisées un peu partout sur la planète, de Séoul à Ottawa, et de New York à Sao Paulo. Dans certaines villes — c’est notamment le cas d’Oakland, en Californie — ces manifestations ont eu lieu une semaine avant le début officiel des travaux du Sommet COP21. Les 28 et 29 novembre, des militants écologistes se sont réunis à Nairobi, au Kenya. Ils ont planté des arbres de parc Uhuru, principal espace vert de la capitale kenyane.

À Washington, près de 500 personnes — dont plusieurs catholiques de la Virginie, du Maryland et du District of Columbia — ont participé à une manifestation devant la Maison Blanche. Certains manifestants catholiques étaient originaires de l’autre bout du pays. Nous avons rencontré un couple de paroissiens de Los Altos, en Californie; ils tenaient à participer à cette manifestation organisée par le Mouvement catholique mondial pour le climat. Plusieurs manifestants étaient munis de pancartes où l’on pouvait lire des extraits de Laudato si'.

À Ottawa, le 29 nombre, des dirigeants ecclésiastiques et des membres de Développement & Paix se sont joints à des militants écologistes et à des membres des Premières Nations, à l’occasion la Marche mondiale pour le climat. Lors de cette manifestation, l’archevêque de Gatineau, Mgr Paul-André Durocher, s’est adressé à la foule, avant de céder la parole au célèbre écologiste canadien David Suzuki.

À Londres, des centaines de militants de CAFOD, l’agence de développement international de l’Église catholique britannique, se sont joints à 50, 000 autres manifestants ayant affronté le froid et la pluie afin de défiler en faveur de la justice climatique. Cette manifestation a été précédée d’une cérémonie œcuménique dans la Synagogue de Westminster. Des chrétiens, des juifs, des musulmans et des bouddhistes ont alors réfléchi aux enjeux qui les unissent et se sont «engagés en faveur de la sauvegarde de la Création et de la lutte aux changements climatiques».

Catholic News Service
Trad. et adapt. Présence/Frédéric Barriault

 

du même auteur

Les Soeurs servantes du Saint-Coeur de Marie vendaient ces derniers jours le mobilier de leur maison provinciale située sur la rue des Casdades, à Beauport. Les religieuses, qui ont déjà quitté l'édifice, cherchent un promoteur à qui le vendre.
2018-12-12 15:08 || Québec Québec

Photo du jour - 12 décembre 2018

Le pape arrive le 29 novembre 2018 à la Convention internationale des recteurs et des travailleurs pastoraux des sanctuaires, à Rome. L'évêque à droite sur la photo est Pierre-Olivier Tremblay, évêque auxiliaire de Trois-Rivières et recteur du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap.
2018-12-03 15:53 || Vatican Vatican

Photo du jour - 3 décembre 2018

Lettre ouverte du bibliste Claude Lacaille sur la crise que traverse l'organisme Développement et Paix.
2018-11-20 11:15 || Canada Canada || 7 Commentaire(s)

Lettre ouverte : Développement et Paix emporté par un courant intégriste

articles récents

Guy Guindon est le 30e recteur de l'histoire du Grand Séminaire de Montréal.
2018-12-13 17:25 || Québec Québec

«'Es-tu un pédophile?': les séminaristes en ont ras-le-bol»

Le cardinal Angelo Becciu, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, a célébré la messe à Oran, en Algérie, en l'honneur des martyrs tués entre 1994 et 1996.
2018-12-10 13:59 || Monde Monde

Béatification des moines de Tibhirine

Mgr Lionel Gendron (centre) a rencontré le pape au Vatican le 6 décembre, en compagnie de Mgr Richard Gagnon (gauche), archevêque de Winnipeg, vice-président de la CECC, et de Mgr Frank Leo (droite), secrétaire général de la conférence épiscopale.
2018-12-10 09:45 || Canada Canada

Autochtones et abus sexuels marquent la rencontre avec le pape