Allégations d'inconduite sexuelle

Des vidéos de Jean-Paul Lachance refont surface

Jean-Paul Lachance (gauche) interrogé sur son travail de missionnaire en Haïti par l'abbé Claude Sauvageau dans une vidéo réalisée en 2011.
Jean-Paul Lachance (gauche) interrogé sur son travail de missionnaire en Haïti par l'abbé Claude Sauvageau dans une vidéo réalisée en 2011.   (Image tirée de YouTube)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2017-02-28 16:40 || Québec Québec

Des vidéos sur Jean-Paul Lachance, le missionnaire laïc rattaché à l’Institut séculier Pie X qui s’est enlevé la vie en février 2014 après le dépôt d’accusations à caractère sexuel contre lui, se sont mises à circuler à nouveau ces derniers jours dans les réseaux ecclésiaux.

Ces trois vidéos, toutes réalisées en décembre 2011 par l'abbé Yves Rancourt, un prêtre de Saint-Georges-de-Beauce, racontent l'engagement missionnaire en Haïti de Jean-Paul Lachance.

Le nom de cet infirmier, décédé il y a trois ans, a refait surface il y a une semaine lorsque des médias de Québec ont rapporté que son neveu, André Lachance, demandait à l'Institut séculier Pie X de lui verser un important dédommagement financier. Le plaignant allègue que cet institut religieux, dont faisait partie son oncle Jean-Paul Lachance, a fermé les yeux sur les abus que le missionnaire lui aurait fait subir.

Dans sa demande introductive d'instance – la première étape en vue d’un procès au civil –, le plaignant affirme également que le cardinal Lacroix, lui aussi membre de l’institut, aurait été mis au courant de la situation et qu’il aurait demandé au neveu de pardonner à son oncle. Le cardinal a vivement réfuté ces allégations la semaine dernière.

Trois vidéos

Dans une première vidéo de 14 minutes, déposée sur YouTube, Jean-Paul Lachance raconte d'abord son histoire personnelle.

«Dès l'âge de six ans, je voulais devenir missionnaire en Afrique», confie-t-il à l'intervieweur Claude Sauvageau, un prêtre de la région de Lanaudière. Ce dernier explique ensuite que le missionnaire est membre de l’Institut séculier Pie X, un groupe auquel appartient aussi l'archevêque de Québec, Mgr Gérald Lacroix (au moment de cette entrevue, Mgr Lacroix portait le titre d'archevêque de Québec; ce n'est qu'en 2014 qu'il devint cardinal).

«Je suis entré un an avant lui», dit Jean-Paul Lachance. «J'ai vécu avec lui. J'ai eu une expérience en Colombie de six mois avec lui.» Il présente les objectifs de l'institut religieux auquel il appartient et raconte son cheminement. Il mentionne qu'après ce stage missionnaire, il a fait part à ses supérieurs de son désir de retourner travailler auprès des pauvres, en pays de mission. C'est en 1996 que son vœu fut exaucé et qu'il partit en Haïti.

«Quinze belles années déjà», dit Jean-Paul Lachance au moment de son entrevue réalisée en décembre 2011 sur la terrasse d'une résidence de Port-au-Prince. Derrière le missionnaire et l'intervieweur, on voit un vaste camp de tentes où s'entassent des victimes du tremblement de terre qui a détruit une bonne partie du pays en janvier 2010. «C'était un terrain de soccer auparavant. Les gens vivent comme ils peuvent, ils espèrent trouver un jour un logement», dit Jean-Paul Lachance, jetant un œil au-dessus de son épaule.

Pendant l’entrevue, il parle de sa foi et son expérience lors du séisme.

L’abbé Sauvageau reste admiratif de M. Lachance

Joint à son domicile, l'abbé Claude Sauvageau confirme que le missionnaire qu'il a interviewé en décembre 2011 est bien le Jean-Paul Lachance qui a été nommé la semaine dernière dans le document remis à la Cour supérieure du Québec.

Il explique qu'il a été fortement impressionné par le travail que réalisait chaque jour ce missionnaire, devenu son ami. «C'est un héros», dit-il, rappelant qu'il l'a accompagné, tout comme le réalisateur des vidéos, l'abbé Yves Rancourt, lorsqu'il se rendait à son travail auprès des malades recueillis au mouroir de sœurs de Mère Teresa à Port-au-Prince.

«Je coupe les cheveux toute la journée, la barbe, les ongles. Je donne des massages. J'accompagne les malades qui vont mourir», explique l'infirmier et missionnaire Jean-Paul Lachance dans une seconde vidéo réalisée elle aussi en décembre 2011.

Dans une troisième vidéo, déposée sur YouTube le 26 décembre 2011, Claude Sauvageau interviewe Yves Rancourt et recueille ses impressions au moment où prend fin son séjour haïtien de deux semaines auprès du missionnaire laïc membre de l'Institut séculier Pie X.

Les abbés Rancourt et Sauvageau ont visité Jean-Paul Lachance peu de temps avant son décès. «C'est nous, Yves et moi, qui lui avons donné le sacrement des malades», rappelle Claude Sauvageau. Il n'a pu se rendre aux funérailles de son ami.

Jean-Paul Lachance est décédé le 27 février 2014, soit six jours après avoir été arrêté et accusé d'attentat à la pudeur. Il était âge de 58 ans. Ses funérailles ont eu lieu le samedi 8 mars dans l'église du sanctuaire diocésain de Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus de Québec. L'avis de décès indiquait que «la famille Lachance et les membres de l’Institut séculier Pie X» seraient présents afin de recevoir les condoléances des amis du missionnaire laïc.

Deux des vidéos sur YouTube, d'abord déposées en décembre 2011, n'ont plus la même adresse d'origine. Elles ont toutefois obtenu une nouvelle adresse le 31 décembre 2014, soit dix mois après le décès de Jean-Paul Lachance.

Six mois en Colombie

Dans une des vidéos, le missionnaire laïc dit avoir missionné durant six mois avec son confrère Gérald Lacroix, devenu archevêque puis cardinal.

En juin 2016, le cardinal Lacroix a prononcé un témoignage devant quelque 300 personnes réunies dans un hôtel de Montréal lors de l'annuel Déjeuner fraternité et prière organisé par un groupe de gens d'affaires. Durant quarante-cinq minutes, il a raconté les moments-clés de sa vie. Un premier voyage en Colombie le touchera profondément et l'incitera à envisager la prêtrise, a-t-il confié lors de son témoignage.

«En 1981, je demande à mon patron un congé sans solde de six mois pour aller en Colombie.» Il accompagna un infirmier laïc, membre comme lui de l'Institut séculier Pie X, dans ce pays d'Amérique latine, a-t-il précisé aux convives.

Cette semaine, l’archidiocèse de Québec a indiqué que cet infirmier laïc n’était pas Jean-Paul Lachance. Le directeur des communications de l’archidiocèse de Québec, Jasmin Lemieux-Levebvre, a cependant confirmé que les propos de M. Lachance sont véridiques et que les deux hommes ont bien été en Colombie ensemble, mais n’a pas été en mesure de préciser à quel moment.

Aucune des allégations contre Jean-Paul Lachance n’a été démontrée devant une cour.

 

du même auteur

Le porte-clef en laiton indique le numéro de la chambre occupée par le cardinal Jorge Mario Bergoglio lors du conclave de 2013.
2019-08-21 16:12 || Vatican Vatican

La chambre du cardinal Bergoglio

Anne Godbout, directrice générale et fondatrice de Spiritours
2019-08-21 11:18 || Québec Québec

La fondatrice de Spiritours signe un guide sur les voyages spirituels

Le sort des six quotidiens du Groupe Capitales Médias, acculés à la faillite et désormais à la recherche de nouveaux propriétaires, inquiète des responsables religieux du Québec.
2019-08-20 11:04 || Québec Québec

Journalisme: préoccupations dans les milieux religieux

articles récents

Le pape est accueilli par un autochtone au Coliseo Regional Madre de Dios à Puerto Maldonado, au Pérou, le 19 janvier 2018.
2019-08-15 16:00 || Monde Monde

Le pape explique sa démarche pour l'Amazonie dans une entrevue

Le père Alain Ambeault est le nouveau directeur général de la Conférence religieuse canadienne
2019-08-14 19:15 || Canada Canada

«Le sens profond de l'engagement à la vie consacrée doit renaître»

Les évêques du Canada estiment qu'ils sont les gardiens ou les intendants des sommes versées chaque année par les catholiques à l'organisme Développement et Paix. Une telle affirmation fait toutefois sourciller un expert.
2019-08-07 11:00 || Canada Canada

Les évêques peuvent-ils retenir les dons versés à Développement et Paix?