Allemagne

Devant les failles de la gestion des abus, le cardinal Marx démissionne

Le cardinal allemand Reinhard Marx, 67 ans, de Munich et Freising, a présenté sa démission au pape François, déclarant que les évêques doivent commencer à accepter la responsabilité des échecs institutionnels de l'Église dans la gestion de la crise des abus sexuels commis par des clercs.
Le cardinal allemand Reinhard Marx, 67 ans, de Munich et Freising, a présenté sa démission au pape François, déclarant que les évêques doivent commencer à accepter la responsabilité des échecs institutionnels de l'Église dans la gestion de la crise des abus sexuels commis par des clercs.   (CNS photo/Cristian Gennari, KNA)
2021-06-04 11:49 || Monde Monde

Le cardinal allemand Reinhard Marx, 67 ans, de Munich et Freising, a présenté sa démission au pape François, déclarant que les évêques doivent commencer à accepter la responsabilité des échecs institutionnels de l'Église dans la gestion de la crise des abus sexuels commis par des clercs.

Le cardinal Marx a publié une déclaration le 4 juin et, avec la permission du pape, une copie de la lettre datée du 21 mai dans laquelle il déclarait au pape: «Il est important pour moi de partager la responsabilité de la catastrophe des abus sexuels perpétrés par des représentants de l'Église au cours des dernières décennies.»

Le pape François n'a pas immédiatement accepté la démission du cardinal. Dans sa déclaration, le cardinal a déclaré que le pape François lui a demandé de poursuivre son ministère d'archevêque «jusqu'à ce que sa décision soit prise».

Dans sa lettre au pape, le cardinal Marx a déclaré que «les enquêtes et les rapports des dix dernières années ont constamment montré qu'il y a eu de nombreuses défaillances personnelles et erreurs administratives» dans le traitement des allégations d'abus, «mais aussi des défaillances institutionnelles ou 'systémiques'».

Mais, a-t-il dit, «certains membres de l'Église refusent de croire qu'il y a une responsabilité partagée à cet égard et que l'Église en tant qu'institution est donc également à blâmer pour ce qui s'est passé».

Ces mêmes personnes, a ajouté le cardinal, «désapprouvent donc la discussion sur les réformes et le renouveau dans le contexte de la crise des abus sexuels».

Le cardinal Marx, qui est encore à plus de sept ans de l'âge normal de la retraite pour les évêques, est l'ancien président de la conférence épiscopale allemande et l'un des principaux promoteurs du processus de consultation, de prière et de discussion sur les réformes nécessaires au sein de l'Église allemande, le «chemin synodal». Ce processus est controversé en raison de certaines des idées débattues en rapport avec le pouvoir, la moralité sexuelle, la prêtrise et le rôle des femmes dans l'Église.

Le cardinal est également membre du conseil consultatif international des cardinaux du pape François et coordinateur du conseil du Vatican pour l'économie.

Dans sa déclaration du 4 juin, le cardinal Marx a déclaré que la crise des abus commis par des clercs exigeait de toute évidence une amélioration de la surveillance et des systèmes administratifs, mais qu'elle montrait surtout la nécessité d'une «forme renouvelée de l'Église et d'une nouvelle manière de vivre et de proclamer la foi aujourd'hui».

Enquêter sur la manière dont les allégations ont été traitées dans le passé et demander des comptes aux évêques qui n'ont pas agi rapidement et de manière appropriée est important, a déclaré le cardinal, mais ce n'est pas suffisant.

«En tant qu'évêque, j'ai une 'responsabilité institutionnelle' pour les actes de l'Église dans son ensemble, ainsi que pour ses problèmes institutionnels et ses échecs dans le passé», a-t-il écrit. «Et n'ai-je pas contribué à favoriser des formes négatives de cléricalisme par mon propre comportement et les fausses préoccupations concernant la réputation de l'Église?»

Avant tout, a-t-il dit, les dirigeants de l'Église doivent se demander si l'accent est vraiment mis sur les survivants et les autres personnes touchées par les abus sexuels.

«Avec ma démission, je tiens à préciser que je suis prêt à assumer personnellement la responsabilité non seulement des erreurs que j'ai pu commettre, mais aussi de l'Église en tant qu'institution que j'ai contribué à façonner et à modeler au cours des dernières décennies», a déclaré le cardinal.

Le cardinal Marx a déclaré aux journalistes, lors d'une conférence de presse tenue le 4 juin à sa résidence de Munich, qu'il pensait à renoncer à son poste depuis le début de l'année «puis pendant la période du carême, dans la prière et la méditation». Il a précisé que sa lettre au pape a été écrite pendant le temps de Pâques.

Il a expliqué qu'il avait consulté le pape François lors d'une audience le 21 mai au cours de laquelle il a lu la lettre au pontife. Peu de temps après, le pape lui a envoyé un courriel, a dit le cardinal Marx, et ensuite, lors d'un appel téléphonique, ils ont convenu que la lettre pourrait être rendue publique le 4 juin.

Expliquant comment sa décision a été prise, il a déclaré que l'année dernière, «j'ai organisé un service dans la cathédrale où nous demandions pardon aux victimes d'abus sexuels et où j'ai prononcé la phrase 'Nous avons échoué', et quand je suis rentré chez moi, je me suis demandé qui est ce 'nous'? N'ai-je pas aussi ma place là-bas?»

Il a poursuivi: «Il est facile de dire de telles paroles mais beaucoup plus difficile, et c'est pourquoi il a fallu quelques mois, pour déterminer avec vous-même ce que cela signifie pour vous personnellement.»

Le cardinal Marx a ajouté qu'il n'est pas fatigué de son travail. Il a plaidé pour le renouveau de l'Église et a déclaré que son service à l'Église ne se terminait pas avec sa démission, notant qu'il avait aimé être évêque et prêtre.

La décision du cardinal intervient avant la publication prévue cet été d'un rapport d'experts sur la manière dont les cas d'abus sexuels ont été traités dans l'archidiocèse de Munich et Freising.

Les premières réactions à l'annonce du cardinal ont montré un mélange de respect et de consternation, a rapporté l'agence de presse catholique allemande KNA.

L'évêque Georg Baetzing de Limburg, président de la conférence épiscopale allemande, a déclaré qu'il regrettait cette décision. Le cardinal Marx avait, selon lui, «accompli un travail révolutionnaire pour l'Église en Allemagne et dans le monde entier». Mgr Baetzing a décrit le cardinal comme «l'un des piliers de soutien» de la conférence, dont on continuera à avoir besoin.

Le président du Comité central des catholiques allemands, dirigé par des laïcs, a déclaré que ses membres étaient profondément secoués.

«Ce n'est pas le bon qui part», a déclaré Thomas Sternberg au journal régional Rheinische Post. Si le pape accepte la démission du cardinal, a-t-il ajouté, une personnalité importante du catholicisme allemand sera perdue.

Un représentant d'un groupe de victimes a exprimé son respect pour l'action du cardinal Marx.

Matthias Katsch, porte-parole de l'association de victimes «Eckiger Tisch» (Table non ronde), a déclaré à KNA que le cardinal «a compris que ceux qui ont créé ce désordre sont incapables de le nettoyer à nouveau». Katsch a déclaré avoir vu le cardinal Marx comme l'un des ecclésiastiques «qui était prêt à écouter».

Cindy Wooden

***

 

 

du même auteur

La plus haute cour d'appel d'Italie a statué que les classes des écoles publiques peuvent approuver la présence du crucifix parce qu'il ne constitue pas une discrimination à l'égard de quiconque.
2021-09-21 13:52 || Monde Monde

Oui au crucifix en classe, mais à certaines conditions, dit la cour

Les visiteurs, touristes et employés qui veulent entrer sur le territoire du Vatican devront, à partir du 1er octobre, présenter une preuve de vaccination, de guérison du coronavirus ou un test négatif à la COVID-19.
2021-09-21 10:17 || Vatican Vatican

Le Vatican exigera une preuve de vaccination ou un test négatif à la COVID-19

L'architecte Rocco Buttliere pose devant la maquette du Vatican qu'il exposait à Kenner, en Louisiane, à la mi-août 2021.
2021-09-17 14:53 || Monde Monde

Une stupéfiante maquette du Vatican en 67 000 briques LEGO

articles récents

Des chaussures, bottes et sandales déposées dans les marches de la basilique du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, à Trois-Rivières, en signe de solidarité avec les peuples autochtones après la découverte de sépultures d'enfants à proximité d'anciens pensionnats.
2021-09-24 16:10 || Canada Canada

Les évêques canadiens présentent des excuses officielles aux Autochtones

L'évêque de Bathurst, Mgr Daniel Jodoin, dit que l'annonce des autorités provinciales a « causé toute une surprise » aux leaders religieux.
2021-09-21 15:10 || Canada Canada

Lieux de culte : la double vaccination désormais exigée au Nouveau-Brunswick

Intronisation de nouveaux membres de la Garde suisse pontificale le 6 mai 2021. Le vaste projet de rénovation des casernes de la garde pourrait ouvrir la porte à l'arrivée des femmes.
2021-09-14 16:57 || Vatican Vatican

Bientôt des femmes dans la Garde suisse pontificale ?