Enquête sur les partenaires de Développement et Paix

Développement et Paix et la CECC détaillent leurs intentions

Matériel promotionnel de la campagne Carême de partage, de Développement et Paix. L'ONG catholique et la conférence épiscopale canadienne procèdent à une révision des partenaires de l'organisme, alors que certains sont soupçonnés de ne pas respecter la morale catholique.
Matériel promotionnel de la campagne Carême de partage, de Développement et Paix. L'ONG catholique et la conférence épiscopale canadienne procèdent à une révision des partenaires de l'organisme, alors que certains sont soupçonnés de ne pas respecter la morale catholique.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-08-06 09:59 || Canada Canada

La Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) et Développement et Paix brisent légèrement le silence dont ils entourent l'enquête qu'ils mènent conjointement depuis deux ans sur une cinquantaine de partenaires de l'organisme de coopération internationale que des évêques soupçonnent de ne pas respecter l'enseignement social et moral de l'Église catholique.

«Nous continuons d'avoir des réunions et des discussions fréquentes avec la CECC pour faire avancer la revue [ndlr: révision des partenaires] en cours et qui se tire à sa fin. Alors que nous entrons dans les dernières étapes de ce processus, on nous a demandé de fournir quelques clarifications finales sur le travail de nos partenaires, ce que nous sommes en train de faire», a répondu Kelly Di Domenico, la directrice des communications de Développement et Paix.

Une semaine plus tôt, l'agence de presse Présence avait demandé à la CECC et à Développement et Paix de commenter le contenu d'une longue lettre envoyée par le jésuite Ismaël Moreno Coto (Padre Melo) du Honduras en réponse à un courriel, «important et confidentiel», reçu du secrétaire général de la conférence épiscopale canadienne, ainsi qu'à une lettre signée par un évêque et par la présidente de Développement et Paix.

Ni la CECC ni Développement et Paix n'avaient alors accepté de commenter cette lettre du Padre Melo. Les deux institutions ont aussi refusé d'indiquer combien de partenaires de Développement et Paix ont reçu durant l'été une demande de clarification sur leur travail, soit une lettre semblable à celle reçue par le père Moreno.

«Dans un esprit de dialogue, de collaboration et de discernement, nous souhaitons conclure le processus dans son intégralité avec nos homologues de la CECC avec discrétion et dans le respect des engagements que nous avons pris au début du processus de revue», ajoute la note reçue le 2 août de la part de Développement et Paix.

Réponse de la CECC

La veille, le jeudi 1er août 2019, la CECC a acheminé au journaliste de Présence une réponse que la conférence épiscopale venait de donner à l'hebdomadaire anglophone torontois The Catholic Register, qui avait aussi demandé à la conférence épiscopale de commenter le contenu de la lettre du Padre Melo.

La réponse de quatre paragraphes - rédigée en anglais - explique pourquoi les évêques ont lancé cette enquête sur les partenaires de Développement et Paix. On indique aussi quelle responsabilité exercent les évêques sur les sommes recueillies auprès des catholiques pratiquants lors de la campagne Carême de partage, la collecte annuelle de Développement et Paix dans toutes les églises.

L'objectif de cet examen conjoint est de «s'assurer que le travail de Développement et Paix et de ses partenaires internationaux directs respectent effectivement les principes et les valeurs des enseignements sociaux et éthiques catholiques», indique Lisa Gall, la coordonnatrice des communications de la conférence épiscopale.

«L'examen conjoint comprend une série d'étapes, dont des contacts avec les partenaires du Sud et l'évêque local afin d'obtenir des renseignements exacts.» L'examen comprend aussi «une réflexion, une contextualisation et une discussion approfondies afin d'établir tous les faits».

«Tout au long du processus, la CECC et Développement et Paix ont convenu que les conclusions ne seraient pas rendues publiques tant que l'examen approfondi et détaillé ne sera pas terminé», répète la CECC.

«Les deux organisations sont heureuses d'être récemment entrées dans la phase finale de cet examen conjoint», ajoute-t-on.

La CECC s'inquiète devant «la publication prématurée d'informations» (NDLR: par les médias). Cela risque «de miner le processus et les résultats de l'examen avant son achèvement et de jeter un éclairage erroné ou négatif sur les partenaires internationaux, sur Développement et Paix et sur la CECC».

Les dons des catholiques

La CECC explique ensuite les raisons ultimes de cette enquête sur les partenaires de Développement et Paix. Les donateurs ont le droit de savoir, estiment les évêques, à quoi servent les fonds qu'ils versent aux partenaires de Développement et Paix.

S'assurer que les partenaires de Développement et Paix respectent l'enseignement social et moral de l'Église catholique «demeure d'une importance particulière pour les évêques du Canada dans leur rôle d'intendants des fonds (stewards of the funds) recueillis dans les paroisses catholiques ou auprès des catholiques canadiens qui donnent généreusement pour soutenir le travail de Développement et Paix dans le Sud».

«Il est essentiel de souligner que les dons recueillis appartiennent en fin de compte aux donateurs eux-mêmes, qui s'attendent naturellement à apprendre comment l'argent qu'ils ont durement gagné sera utilisé par Développement et Paix et ses partenaires», estime aussi la conférence épiscopale.

«L'examen des partenariat n'est vu correctement que lorsqu'il est compris en termes de responsabilité fiduciaire. C'est ce type de reddition de comptes, de transparence et de responsabilité que les donateurs attendent de toute organisation comme Développement et Paix, fut-elle confessionnelle ou non», écrit encore la CECC dans sa réponse remise au Catholic Register et acheminée à Présence dans un «esprit de partage de l’information».

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Développement et Paix n'est toujours pas en mesure d'indiquer si les sommes de Carême de partage seront versées aux partenaires soupçonnés par des évêques de ne pas respecter l'enseignement moral et social de l'Église catholique.
2020-02-26 10:04 || Canada Canada

Des incertitudes planent sur la campagne Carême de partage

À l'apprôche du carême, plusieurs membres de Développement et Paix ont manifesté leur frustration, tandis que la direction garde le cap.
2020-02-26 06:41 || Canada Canada

Développement et Paix: membres frustrés, la direction garde le cap

Richard Gagnon serrant la main du pape François en décembre 2018.
2020-02-25 15:38 || Canada Canada

Les évêques canadiens se gardent de condamner Jean Vanier sans réserve

articles récents

Développement et Paix n'est toujours pas en mesure d'indiquer si les sommes de Carême de partage seront versées aux partenaires soupçonnés par des évêques de ne pas respecter l'enseignement moral et social de l'Église catholique.
2020-02-26 10:04 || Canada Canada

Des incertitudes planent sur la campagne Carême de partage

À l'apprôche du carême, plusieurs membres de Développement et Paix ont manifesté leur frustration, tandis que la direction garde le cap.
2020-02-26 06:41 || Canada Canada

Développement et Paix: membres frustrés, la direction garde le cap

Richard Gagnon serrant la main du pape François en décembre 2018.
2020-02-25 15:38 || Canada Canada

Les évêques canadiens se gardent de condamner Jean Vanier sans réserve