En Irlande, les prêtres âgés sont confrontés à la dépression et à l’isolement

Saint Patrice, patron des Irlandais.
Saint Patrice, patron des Irlandais.   (CNS photo/Gregory A. Shemitz, Long Island Catholic)
2016-11-21 12:00 || Monde Monde

En Irlande, les prêtres âgés sont de plus en plus en proie à la dépression et à des problèmes de santé mentale, prévient une influente association de clercs catholiques.

Dans un contexte où l’âge moyen des prêtres irlandais frôle les 70 ans et où plusieurs d’entre eux continuent de travailler alors qu’ils sont octogénaires, voire nonagénaires, des représentants de l’Association des prêtres catholiques a indiqué que de trouver une solution à leur bien-être sera un objectif principal de son assemblée générale qui s’ouvrait le 16 novembre.

Selon l’un des fondateurs de l’association, le père Brendan Hoban, le problème vient d’abord du manque de relève, ce qui met une pression sur les prêtres pour les inciter à travailler au-delà de l’âge de la retraite.

«Il n’y a pas si longtemps, les prêtres s’attendaient à prendre leur retraite à 75 ans, mais ce n’est plus le cas», a indiqué le clerc de 69 ans. «En raison de la crise des vocations, la plupart des prêtres sont encouragés à continuer de travailler. En fait, la retraire n’est plus une option. C’est presque comme si elle avait été abolie.»

Comme les prêtres sont moins nombreux, leur charge de travail a aussi augmenté.

«Si vous êtes jeune et en santé, dire quatre ou cinq messes par fin de semaine ne pose aucun problème. Mais c’est un défi si vous êtes plus vieux. De plus, il y a vingt ans, c’était facile d’avoir quelqu’un pour remplacer si un prêtre voulait prendre des vacances. C’est beaucoup plus difficile maintenant; il y aurait des prêtres qui ne prennent aucun jour de congé», a indiqué le père Hoban.

«Ces hommes ont connu une époque où il y avait plein de vocations et leurs églises étaient pleine lors des messes, alors il y a une perte d’estime [de soi]», a-t-il ajouté.

Auparavant, la plupart des presbytères avaient des ménagères qui faisaient la cuisine et le ménage. Des tâches qu’ils doivent désormais accomplir eux-mêmes.

«Ces prêtres sont ce que j’appelle une tribu perdue. Ils n’ont plus de qualité de vie: ils ont besoin que l’on s’intéresse à eux, car plusieurs sont dans une situation désespérante. Nous avons remarqué qu’il y a un fort degré de dépression dans le clergé et il y en a qui doivent se demander si on va juste les laisser mourir seuls dans leur maison», a dit le père Hoban.

Le père Seamus Ahearne, l’un des dirigeants de l’association, abonde dans le même sens.

Il craint que les prêtres ne doivent devoir se débrouiller seuls avec leur ministère et leurs problèmes de santé, sans système pour les appuyer. «Je ne suis pas certain d’avoir la solution, mais nous devons en trouver une», a-t-il dit.

L’association de prêtres qui compte 1000 membres a suggéré des réformes pour répondre à ce que plusieurs qualifient de crise des vocations, dont un assouplissement des règles sur le célibat, l’ordination d’hommes mariés, une invitation aux hommes qui ont quitté le sacerdoce pour se marier à revenir et l’ordination de femmes diacres.

Nick Bramhill, Catholic News Service

 

du même auteur

Alfred Kempski, un vétéran américain de la Seconde Guerre mondiale, assiste à une célébration religieuse le dimanche 10 novembre 2019 à la Long Island State Veterans Home, à Stony Brook, dans l'État de New York.
2019-11-12 08:46 || Monde Monde

Photo du jour - 12 novembre 2019

«Alors qu’elle prétend travailler à la sauvegarde de la culture québécoise comme société distincte, elle semble plutôt chercher des manières de l’uniformiser: test des valeurs, loi sur la laïcité, refus des signes religieux, même les cloches d’église sont devenues suspectes dans certains quartiers»,
2019-11-07 16:54 || Québec Québec || 4 Commentaire(s)

Le test des valeurs: le paradoxe d’une société distincte

L'évêque de Saint-Hyacinthe, Christian Rodembourg (à l'avant-plan), a été élu président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ) le 20 septembre 2019 pour un mandat de deux ans.
2019-09-20 16:02 || Québec Québec

Photo du jour - 20 septembre 2019

articles récents

Le collectif de féministes chrétiennes L'Autre Parole, l'Association des religieuses pour les droits des femmes et les Jésuites du Canada ont aussi fustigé la direction de l'organisme Développement et Paix pour avoir remis au groupe haïtien Fanm Deside (photo) un ultimatum.
2019-12-02 13:54 || Canada Canada

Salve de critiques contre Développement et Paix

Image pieuse d'Ovide Charlebois de 1936
2019-12-02 11:09 || Vatican Vatican

Le Québécois Ovide Charlebois déclaré «vénérable»

Les membres du Conseil national de Développement et Paix - la plus haute instance décisionnelle de l'organisme - savent déjà qu'à leur prochaine rencontre, qui débute le 29 novembre, les propositions qu'ils voteront auront un grand impact sur la structure démocratique de l'organisme qu'ils dirigent.
2019-11-28 08:29 || Canada Canada

Une rencontre sous tension pour Développement et Paix