Abus sexuels

Grave crise de confiance au sein de l'archidiocèse de Cologne

Le cardinal Rainer Maria Woelki, archevêque de Cologne (Allemagne), célébrant une messe à la cathédrale le 2 février 2021. Il est confronté à de nombreuses critiques internes sur sa manière de gérer le dossier des abus sexuels.
Le cardinal Rainer Maria Woelki, archevêque de Cologne (Allemagne), célébrant une messe à la cathédrale le 2 février 2021. Il est confronté à de nombreuses critiques internes sur sa manière de gérer le dossier des abus sexuels.   (CNS photo/Harald Oppitz, KNA)
2021-02-05 12:31 || Monde Monde

L'archidiocèse de Cologne, qui compte le plus grand nombre de membres dans le monde germanophone avec près de 2 millions de catholiques, s’enfonce dans une crise de confiance.

L'agence de presse catholique allemande KNA rapporte que les conseils paroissiaux, les prêtres et plus récemment le conseil diocésain ont critiqué le cardinal Rainer Maria Woelki pour sa façon de mener une enquête sur les abus. La férocité de leurs critiques est inhabituelle.

Tim Kurzbach, président du conseil archidiocésain, a déclaré fin janvier que le cardinal Woelki avait «échoué en tant qu'autorité morale» et ne confronte pas le problème. En signe de protestation, le conseil, composé de représentants élus des laïcs catholiques, a déclaré qu'il suspendait sa coopération sur les réformes diocésaines.

C'est une mesure rare, prise malgré l'engagement du cardinal à mener une enquête rigoureuse.

Fin 2018, le cardinal a chargé un cabinet d'avocats munichois d'examiner la manière dont la direction de l'archidiocèse traitait les cas de violence sexuelle. Après que des professeurs de droit supplémentaires aient été consultés sur le rapport achevé et aient déclaré en octobre qu'il contenait des «lacunes méthodologiques», l'archevêque a annulé sa coopération avec le cabinet d'avocats et a commandé un nouveau rapport à l'avocat pénal de Cologne, Björn Gercke. Il doit présenter ses conclusions le 18 mars, et le cardinal Woelki semble avoir l'intention d'écarter les critiques d'ici là.

Entre-temps, de plus en plus de personnes quittent l'Église de Cologne et les protestations s'intensifient, rapporte la KNA. Les dix représentants du conseil diocésain au sein de l'organe consultatif le plus élevé de l'archevêque, le conseil pastoral archidiocésain – qui comprend des religieux ainsi que des laïcs – ne sont plus prêts à discuter de la fusion prévue des paroisses et bloquent un processus qui a déjà un potentiel de conflit important. Le cardinal Woelki veut fusionner les quelque 500 paroisses, pour la plupart plus petites, en 50 à 60 grandes paroisses. Les paroissiens ont longtemps critiqué la réforme structurelle prévue, et maintenant l'indignation est aggravée par le traitement des cas d'abus.

Le conseil laïque de l'archidiocèse a exigé la publication du rapport de Munich. En outre, ses représentants souhaitent que les anciens et actuels membres de la direction du diocèse fassent connaître leurs manquements à leurs devoirs dans le traitement des cas d'abus, indépendamment de tout rapport d'expert.

Le doyen de la ville de Cologne, Mgr Robert Kleine, soutient également cette demande. Ceux qui savent que leurs actions font actuellement l'objet d'une enquête devraient admettre leurs erreurs maintenant, a-t-il dit. Au minimum, des conséquences doivent être prises immédiatement après la présentation du rapport, a ajouté Mgr Kleine.

«En tout cas, nous ne pouvons pas attendre après le 18 mars pour que cela soit discuté dans quelque cercle que ce soit», a-t-il dit.

Colère

Deux groupes de prêtres catholiques ont écrit des lettres de colère au cardinal Woelki, a rapporté l’agence KNA. Dans l'une d'elles, 34 prêtres se sont plaints du fait que de plus en plus de croyants prenaient leurs distances avec l'Église en raison de l'incapacité de faire face abus. La loyauté des catholiques envers l'Église a été mise à rude épreuve, met en garde la lettre. Vingt autres ecclésiastiques ont exprimé des sentiments similaires dans une lettre séparée, et plusieurs évêques d'autres diocèses ont également exprimé des critiques. En décembre, l'évêque Georg Bätzing, président de la conférence des évêques allemands, a déclaré: «Il n'est pas bon que cela ait maintenant conduit à une véritable catastrophe et que cela déteigne sur nous tous.»

En janvier, un mouvement de protestation des femmes catholiques a lancé un appel au pape François et a demandé un visiteur apostolique «afin que vous puissiez vous faire une idée de la situation et que nous puissions chercher ensemble de nouvelles voies».

Les critiques ont été renforcées par un certain nombre d'incidents qui ont mis les dirigeants du diocèse sous un mauvais jour. Après qu'un prêtre ait demandé au cardinal Woelki de démissionner, l'archidiocèse l'a menacé de poursuites judiciaires, puis a retiré sa menace.

La décision de l'archevêché de bloquer la page d'accueil de l'aumônerie catholique pour étudiants de Cologne a également été critiquée parce que des membres de son personnel n'ont pas retiré une prise de position contenant de fortes critiques sur la morale sexuelle de l'Église.

Ensuite, l'évêque auxiliaire de Cologne Ansgar Puff a été critiqué pour avoir utilisé une citation mal choisie du chef de la propagande nazie Joseph Goebbels pour critiquer non seulement les fausses déclarations de l'ancien président américain Donald Trump, mais aussi les rapports répétés sur la «prétendue mauvaise conduite des évêques» – une remarque pour laquelle il s'est excusé par la suite.

Mgr Puff est le seul membre de la direction de l'archidiocèse à répondre encore aux questions des journalistes. S'adressant au radiodiffuseur public régional WDR, il a exclu que le cardinal démissionne. Cependant, sur le site médiatique du diocèse, domradio.de, il a exprimé sa compréhension pour les critiques et regretté les erreurs de communication ou «peut-être aussi dans la commande du rapport d'expertise».

Mgr Puff s'est dit convaincu que le cardinal Woelki s'engageait à enquêter sur les abus passés. Il a exhorté le public à attendre le nouveau rapport. Il a déclaré qu'il avait été interrogé par les deux cabinets d'avocats sur son temps à la tête du personnel, de mai 2012 à août 2013, et que Gercke, l'expert juridique nouvellement mandaté, avait été beaucoup plus précis dans ses questions de suivi.

La direction du diocèse s'est concentrée sur la tenue de discussions dans de petits cercles de personnes à l'approche de la publication du rapport, a déclaré Mgr Puff.

«Je sais aussi que le cardinal sort et rend visite à des prêtres», a-t-il déclaré. «Nous devrions nous parler beaucoup sans vouloir d'une manière ou d'une autre mettre l'autre côté.»

***

 

 

du même auteur

Interrogé par le Corriere della Sera, le pape retraité Benoît XVI, aujourd'hui âgé de 94 ans, affirme que la renonciation à la papauté était la bonne décision.
2021-03-02 14:50 || Vatican Vatican

Benoît XVI commente sa renonciation et le voyage de François en Irak

Beate Gilles, une théologienne de 50 ans, devient la première femme à diriger le secrétariat des évêques. Son mandat débutera le 1er juillet 2021. Son élection survient alors que l'Église allemande est à nouveau plongée dans la tourmente sur la question des abus sexuels.
2021-02-26 16:33 || Monde Monde

Une femme élue secrétaire générale des évêques allemands

L'organisation caritative internationale catholique Aide à l'Église en détresse (AED) a déclaré qu'elle trouvait «très plausible» l'affirmation d'une ancienne employée selon laquelle le père Werenfried van Straaten, son fondateur, l'avait agressée sexuellement dans les années 1970.
2021-02-13 09:00 || Monde Monde

Le fondateur de l'Aide à l'Église en détresse accusé d'agression sexuelle

articles récents

Interrogé par le Corriere della Sera, le pape retraité Benoît XVI, aujourd'hui âgé de 94 ans, affirme que la renonciation à la papauté était la bonne décision.
2021-03-02 14:50 || Vatican Vatican

Benoît XVI commente sa renonciation et le voyage de François en Irak

Beate Gilles, une théologienne de 50 ans, devient la première femme à diriger le secrétariat des évêques. Son mandat débutera le 1er juillet 2021. Son élection survient alors que l'Église allemande est à nouveau plongée dans la tourmente sur la question des abus sexuels.
2021-02-26 16:33 || Monde Monde

Une femme élue secrétaire générale des évêques allemands

L'ancien président de Développement et Paix, Jean-Denis Lampron, estime que l'organisme a manqué de transparence dans le processus de révision de ses partenaires.
2021-02-26 10:49 || Canada Canada

«Cela ne tient pas la route», disent deux ex-dirigeants de Développement et Paix