Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

L'oblat Alexis Joveneau aurait agressé des femmes autochtones

Le père oblat Alexis Joveneau dans une scène du documentaire de l'ONF 'Le goût de la farine', réalisé par Pierre Perrault en 1977.
Le père oblat Alexis Joveneau dans une scène du documentaire de l'ONF 'Le goût de la farine', réalisé par Pierre Perrault en 1977.   (Capture d'écran)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2017-11-29 11:17 || Québec Québec

Le missionnaire oblat Alexis Joveneau aurait agressé sexuellement des femmes et des jeunes filles de la communauté innue auprès de laquelle il a vécu durant près de quarante ans, de 1953 jusqu'à son décès en 1992.

Lors d'une audience tenue le 28 novembre au Centre communautaire de Maliotenam, les commissaires responsables de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées ont entendu les témoignages de femmes de la nation innue de la Basse-Côte-Nord qui ont accusé ce missionnaire originaire de Belgique, spécialiste de la langue innue, de les avoir agressées notamment lorsqu'il entendait leur confession ou visitait leur famille.

C'est un reportage de Radio-Canada, diffusé en soirée, qui a présenté ces témoignages entendus par les commissaires. Les audiences se poursuivront à Maliotenam jusqu'à vendredi. Soixante témoins ont demandé à être entendus par la commissaire en chef Marion Buller et les commissaires Michèle Audette, Brian Eyolfson et Qajaq Robinson.

«Les Oblats sont profondément préoccupés et affligés suite aux témoignages entendus à l’occasion de cette enquête et souhaitent que toute la lumière soit faite sur ces événements», a fait savoir, par communiqué, la direction des Missionnaires Oblats de Marie-Immaculée, une congrégation religieuse active auprès d'un grand nombre de communautés autochtones du Nord du Canada et du Québec.

Le nom du père Joveneau n'est jamais mentionné dans la déclaration émise mercredi matin par les Oblats.

«Les Oblats souhaitent ardemment que les membres de la communauté [autochtone] puissent témoigner librement pour retrouver la paix d’esprit», ont-ils ajouté. Ils mentionnent vouloir «collaborer pleinement à l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées» et ils «condamnent vigoureusement toute forme de violence physique ou psychologique».

Alexis Joveneau est décédé le 22 décembre 1992. Ses funérailles ont été célébrées six jours plus tard à l’église Notre-Dame-des-Indiens de La Romaine. «L'inhumation eut lieu dans le cimetière commun aux deux communautés chrétiennes de La Romaine», précise la notice nécrologique rédigée par sa congrégation au lendemain de son décès. Il a été enterré près de l'entrée du cimetière, entouré d'anciens chefs de la communauté innue.

 

du même auteur

Le frère Jean-Guy Roy, alors qu'il dirigeait la maison de production Auvidec.
2018-02-13 15:51 || Québec Québec

Les victimes réclament 16,2 M $

2018-02-13 12:01 || Québec Québec

Pas question de démissionner, disent les deux administrateurs

2018-02-12 15:09 || Québec Québec

L’indépendance d’un assureur au cœur d’une bisbille avec l’archidiocèse de Montréal

articles récents

Une célébration spéciale en l’honneur de Mme Samson (1923-1991) a officialisé le projet, le 8 février à l’église Saint-Sauveur de Québec.
2018-02-14 15:13 || Québec Québec

C'est parti pour le procès de béatification de Colette Samson

Mgr Lionel Gendron et Louis-Charles Fontaine, président d'assemblée de la fabrique de la paroisse Saint-Jean-l'Évangéliste.
2018-02-09 12:58 || Québec Québec

La cathédrale Saint-Jean-l'Évangéliste cédée à l'évêque diocésain

Mgr Raymond Poisson, Carole Garceau, économe au diocèse de Joliette, et Jean-Claude Mailhot lors du lancement de la campagne de financement de 2017.
2018-02-06 22:27 || Québec Québec

Une des victimes est liée au diocèse de Joliette