Communion anglicane

La Conférence de Lambeth est reportée d'une année

 L'archevêque de Cantorbéry et primat d'Angleterre, Justin Welby, agit aussi comme leader spirituel de la Communion anglicane. Il est ici photographié en 2014 à Londres.
L'archevêque de Cantorbéry et primat d'Angleterre, Justin Welby, agit aussi comme leader spirituel de la Communion anglicane. Il est ici photographié en 2014 à Londres.   (CNS photo/Neil Hall, Reuters)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-03-25 15:04 || Monde Monde

En raison de la COVID-19, la Conférence de Lambeth, la rencontre de tous les évêques de la communion anglicane tenue habituellement tous les dix ans, n'aura pas lieu à l'été 2020. «J'ai pris la difficile décision de reporter la Conférence de Lamberth à l'été 2021», a écrit Justin Welby, primat de l'Église anglicane et archevêque de Cantorbéry, dans une lettre qu'il a acheminée à tous les évêques le lundi 23 mars 2020.

«Nous savons que la conférence est un événement très important pour les évêques anglicans. Pour autant, alors que la pandémie progresse chaque jour un peu plus, nous sommes confrontés à de plus en plus de difficultés organisationnelles auxquelles nous devons répondre», a-t-il ajouté.

En temps de crise, écrit le chef de l'Église d'Angleterre, «un évêque est comme un berger qui doit protéger son troupeau face à l’attaque du loup. Il doit se tenir aux côtés de son troupeau. L’aimer. Partager sa souffrance.»

Dans leurs diocèses, les évêques sont appelés à jouer «rôle pastoral essentiel». Tous doivent prendre soin les uns des autres et «chacun d’entre vous doit prendre soin, en tant qu’évêque, de ceux qui lui sont confiés».

Le 10 mars, l'Église anglicane annonçait que 1200 personnes s'étaient déjà inscrites à la Conférence de Lambeth, dont 673 évêques et 521 conjoints ou conjointes. Cette rencontre internationale devait se tenir du 22 juillet au 2 août à l'Université du Kent à Cantorbéry.

L'évêque de Montréal, Mgr Mary Irwin-Gibson, ainsi que son époux Mark Gibson devaient participer à cette rencontre. Mais elle estime que son report dans un an était la «décision qu'il fallait prendre».

«On ne sait pas où on en sera en juillet 2020. Et franchement, ces jours-ci, ce n'est pas bon moment pour envisager la tenue d'une rencontre internationale dans les prochains mois. La priorité, c'est de prendre soin de nos gens, chez nous», a confié Mgr Irwin-Gibson quelques heures après avoir reçu la lettre du primat de l'Église anglicane.

Élue évêque de Montréal en 2015, Mgr Irwin-Gibson aurait participé pour la première fois à la Conférence de Lambeth. La précédente rencontre, la 14e depuis 1867, a eu lieu en 2008.

«Dans l'Église anglicane, chaque évêque est autonome et responsable de son propre diocèse», explique-t-elle. «La Conférence de Lambeth n'est donc pas un rassemblement législati. Mais c'est une occasion, pour les évêques, de mieux se connaître et aussi de se reconnaître en tant que Communion anglicane.»

Participera-t-elle l'an prochain à la 15e Conférence de Lambeth. «Sans doute. Je ne suis pas encore trop âgée, je serai encore évêque», lance-t-elle en riant. Elle explique que des évêques, plus âgés, avaient déjà annoncé qu'ils prendraient leur retraite après la rencontre de l'été 2020. «Ils vont peut-être revoir leurs plans», dit-elle.

Mgr Bruce Myers, 13e évêque anglican de Québec, a participé à la Conférence de Lambeth en 2008. Mais il n'était pas évêque à ce moment. «J'y ai participé comme membre du personnel. J'étais prêtre à l'époque et je ne m'attendais certainement pas à participer à la prochaine rencontre à titre d'évêque. On ne sait jamais ce que la vie ou le Bon Dieu nous réserve», lance-t-il en entrevue téléphonique.

Lui aussi estime que reporter cette rencontre, à laquelle plus de mille personnes sont attendues, est une décision «difficile, mais sage dans les circonstances». Il est convaincu que «Mgr Welby et son équipe n'ont pas pris cette décision à la légère. La préoccupation majeure du monde, y compris le monde anglican, c'est aujourd'hui la COVID-19.»

Mgr Myers a apprécié que, dans la lettre du primat de l'Église anglicane, il ait été mentionné que les évêques doivent «être de bons bergers», d'abord au service «des gens qui souffrent».

En raison de la situation mondiale, Mgr Myers anticipait cette décision. «Ce n'est pas une surprise», convient-il. «Certains pensent que nous sommes seulement au début de la crise. Personne ne sait quand on va en sortir. Alors, c'est mieux de reporter cela à l'année prochaine.»

L'évêque de Québec confie qu'il n'avait pas encore acheté ses billets. Participera-t-il à la rencontre de juillet 2021? «On verra. C'est le Bon Dieu qui sait», lance-t-il. «Personne n'avait imaginé, il y a six semaines à peine, qu'on annulerait cette rencontre, que toutes nos églises seraient fermées et que tout le Québec serait sur pause durant trois semaines.»

«Si la situation revient à la normale, j'ai bien l'intention d'y être présent.»

Pour cet évêque élu en 2017, «il est très important, pour tous les évêques de la Communion anglicane, de participer à la Conférence de Lambeth». C'est «une chance unique» de rencontrer tous les autres évêques anglicans du monde, de participer à des discussions, à des études bibliques et à la prière commune.

«C'est aussi une occasion de discernement sur le présent et l'avenir de la mission de la Communion anglicane», dit l'évêque de Québec.

***

 

 

du même auteur

Cent membres de la communauté juive orthodoxe Tosh de Boisbriand ont subi un test de dépistage de la COVID-19. Quarante résultats ont été reçus et près de la moitié sont posititifs, viennent d'annoncer les responsables de cette communauté.
2020-03-29 20:51 || Québec Québec

La communauté juive orthodoxe Tosh mise en quarantaine

En octobre 2019, quelque 200 membres du Réseau des Églises vertes étaient réunis pour une grande rencontre nationale au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap.
2020-03-29 09:49 || Québec Québec

Protéger l'environnement un geste à la fois

L'évêque André Gazaille photographié lors de l'assemblée plénière de la conférence épiscopale canadienne en 2016. «Nous avons pris cette option rationnelle afin de participer à l’effort de toute la société pour lutter contre la pandémie», a dit Mgr Gazaille.
2020-03-27 09:08 || Québec Québec

Mises à pied «massives» au diocèse de Nicolet

articles récents

Mariette Tremblay, première victime de la COVID-19 au Québec, décédée la semaine dernière.
2020-03-26 11:24 || Québec Québec

«Ma prière va aux familles», dit l'évêque de Joliette

Dans un contexte où les mesures de confinement se resserrent et que seuls les services essentiels sont autorisés à fonctionner, les diocèses catholiques de la province ont commencé à procéder à des mises à pied temporaires, en optant pour des approches différentes.
2020-03-25 16:36 || Québec Québec

Mises à pied: approches variées pour les diocèses québécois

En temps de crise, l'Église diocésaine doit «demeurer prophétique», estime Mgr Claude Hamelin. Elle ne doit surtout pas mettre à pied son personnel, croit-il.
2020-03-24 11:50 || Québec Québec

«Quand la crise sera finie, que dirons-nous de notre Église diocésaine?»