Son «manifeste» vu comme une critique envers le pontificat de François

Le coup de poing doctrinal du cardinal Muller

Le «manifeste» du cardinal Gerhard Muller est vu par plusieurs comme une critique envers le pontificat de François.
Le «manifeste» du cardinal Gerhard Muller est vu par plusieurs comme une critique envers le pontificat de François.   (CNS photo/Paul Haring)
2019-02-12 17:35 || Monde Monde

Garder le silence sur les vérités de la foi catholique ou enseigner le contraire est une forme de tromperie religieuse qui provient de l'Antéchrist, a déclaré le cardinal Gerhard Muller.

Le but de l'Église et de ses membres, a-t-il dit, est d'amener les gens à Jésus, de sorte que tous les catholiques, mais surtout les prêtres et les évêques, «ont la responsabilité de rappeler ces vérités fondamentales» et de renforcer la foi «en professant la vérité, qui est Jésus Christ lui-même».

Le théologien allemand, qui a dirigé la Congrégation pour la doctrine de la Foi de 2012 à 2017, a écrit ce qu'il a appelé un «Manifeste de la foi». Le manifeste de cinq pages a été publié sur plusieurs sites d'informations catholiques le 8 février.

«Face à la confusion croissante autour de la doctrine de la foi, de nombreux évêques, prêtres, religieux et laïcs de l'Église catholique m'ont demandé de rendre public un témoignage sur la véracité de la révélation», a-t-il écrit.

Bien que le cardinal Muller n'ait pas mentionné le pape François dans son document, de nombreuses personnes y voient un défi au pape. Par exemple, LifesiteNews, l’un des organes qui a publié le texte à l’origine, l’a qualifié de «quasi-correction du pontificat du pape François».

Le cardinal Kasper ne ménage pas son confrère

Mais un autre théologien allemand et responsable du Vatican à la retraite, le cardinal Walter Kasper, a critiqué le document, le décrivant comme «non pas comme un manifeste de foi, mais plutôt comme un manifeste de conviction théologique privée qui ne peut être universellement contraignant».

Le cardinal Kasper, qui a présidé le Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens de 2001 à 2010, a déclaré que le document contenait des «déclarations radicales» et «de nombreuses expressions de foi que tous les catholiques fidèles», tant luthériens que catholiques, «affirment de tout cœur».

«Dans d'autres endroits, il y a des déclarations radicales qui ne peuvent pas rester dans leur forme actuelle ... par exemple, quand on dit que ‘la conscience des fidèles n'est pas suffisamment formée’. Cette phrase généralisée est dommageable pour beaucoup de croyants. Et que diront-ils quand ils penseront aux prêtres accusés d’abus? La conscience de ces prêtres est-elle bien formée? Qu'est-ce que les victimes, par-dessus tout, sont censées ressentir lorsqu'une phrase comme ‘le prêtre dirige l'œuvre du salut sur la terre’ est écrite de manière totalement non précise. La juste distinction est ce qui fait un théologien», a déclaré le cardinal Kasper.

Le cardinal Kasper a comparé le manifeste du cardinal Muller aux écrits de Martin Luther.

«J'étais totalement consterné lorsque, vers la fin du manifeste, je lisais la ‘fraude de l'Antéchrist’. Cela rappelle presque littéralement l'argumentation de Martin Luther. Ce dernier a également beaucoup critiqué l'Église», a déclaré le cardinal Kasper. «Y a-t-il un émule de Luther derrière ce manifeste? Celui qui préconise une réforme dans l'Église, mais qui veut outrepasser le pape et s'opposer à lui? Je ne veux pas y croire. Cela ne ferait que créer confusion et fragmentation.»

S'appuyer sur le catéchisme

Dans son document, le cardinal Muller a déclaré que Jean-Paul II a souligné que «le Catéchisme de l'Église catholique est une norme sûre pour enseigner la foi», mais que cet enseignement a été mis à l'épreuve par ce que le pape Benoît XVI a appelé la «dictature de relativisme».

Citant abondamment le catéchisme, le cardinal Muller a résumé cinq clés de la doctrine catholique: la croyance en la Trinité, la nature et l'autorité de l'Église, la présence du Christ dans les sacrements, la «vérité libératrice» de la loi morale et la réalité de l'enfer et la promesse de la vie éternelle.

«Beaucoup se demandent aujourd'hui quel but a encore l'Église dans son existence, alors même que les évêques préfèrent être des politiciens plutôt que de proclamer l'Évangile en tant qu’enseignants de la foi», a-t-il écrit.

«Le rôle de l'Église ne doit pas être dilué par des banalités, mais sa place doit être abordée», a-t-il écrit dans son résumé de la nature immortelle de l'âme et du jugement que devra subir chaque personne immédiatement après sa mort.

«L'éternité de la punition de l'enfer est une réalité terrible», a-t-il écrit, et c'est le lieu où descendent les âmes de ceux qui meurent dans un état de péché mortel.

Pas d'ordination pour les femmes

S'exprimant au sujet des sacrements de l'Église, le cardinal a déclaré que la vérité révélée en Jésus était le point de référence, et non l'opinion «de la majorité ou de l'esprit des temps».

«La tâche du magistère de l'Église est de ‘préserver le peuple de Dieu des déviations et des défections’» afin qu'ils puissent professer «la vraie foi sans erreur», en particulier en ce qui concerne les sept sacrements de l'Église catholiques, a-t-il déclaré. «Toute personne consciente d'un péché grave doit recevoir le sacrement de la réconciliation avant de parvenir à la communion.»

Le cardinal Muller a déclaré que cela signifie que les personnes divorcées et civilement remariées, dont le mariage sacramentel est considéré comme valide devant Dieu, les chrétiens qui ne sont pas en pleine communion avec la foi catholique et ceux qui ne sont pas «convenablement disposés» ne doivent pas recevoir la communion.

C’est un autre domaine qui préoccupe le cardinal Kasper, affirmant qu’il ne trouve pas les arguments du cardinal Muller dans le catéchisme.

«J'ai vérifié deux fois et je n'ai pas trouvé cette déclaration», a déclaré le cardinal Kasper. «Le manifeste parle d'individus divorcés remariés dont le premier mariage ‘perdure devant Dieu’. Ainsi, cela suppose évidemment qu'il existe aussi des personnes dont le premier mariage ne perdure pas devant Dieu. Qui peut décider de cela et comment?»

Le cardinal Muller a déclaré qu'en matière d'ordination sacerdotale, il n'est pas possible d'ordonner des femmes.

«Insinuer que cette impossibilité est en quelque sorte une forme de discrimination à l'égard des femmes ne montre que le manque de compréhension de ce sacrement, qui ne concerne pas le pouvoir terrestre, mais la représentation du Christ, l'époux de l'Église», a-t-il écrit.

«Garder le silence sur ces vérités et sur les autres vérités de la foi» et enseigner aux gens ce qui est contraire à la foi «est la plus grande duperie contre laquelle le catéchisme met en garde avec vigueur», écrit-il.

Il conduit les gens à «une illusion religieuse» et constitue «la fraude de l'Antéchrist», qui cherche à tromper ceux qui sont perdus et ceux qui n'ont pas accepté l'amour de la vérité par lequel ils seraient sauvés.

Enfin, le cardinal cite la deuxième lettre de Paul à Timothée (4, 1-5): «Proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, toujours avec patience et souci d’instruire. Un temps viendra où les gens ne supporteront plus l’enseignement de la saine doctrine; mais, au gré de leurs caprices, ils iront se chercher une foule de maîtres pour calmer leur démangeaison d’entendre du nouveau. Ils refuseront d’entendre la vérité pour se tourner vers des récits mythologiques.»

Carol Glatz, avec la collaboration de Zita Ballinger Fletcher

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Le cardinal conservateur américain Raymond Burke prenait part à une rencontre pro-vie à Rome le 17 mai 2019.
2019-05-21 10:12 || Monde Monde

Limiter l'immigration musulmane est «responsable», selon un cardinal

Des manifestants protestent contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi par la Cour suprême le 31 octobre 2018 à Lahore, au Pakistan.
2019-05-15 10:29 || Canada Canada

Un homme affirme être au Canada pour tuer Asia Bibi

La décision d'autoriser les pèlerinages organisés, interdite par les évêques locaux en 1991 et confirmée par le Vatican en 1996, reconnaît la nécessité de fournir un accompagnement spirituel aux dizaines de milliers de catholiques qui se rendent à Medjugorje chaque année.
2019-05-13 15:58 || Monde Monde

Rome lève l'interdiction de pèlerinages organisés à Medjugorje

articles récents

Gilles Roberge, 56 ans, deviendra le 19 mai 2019 le premier prêtre ordonné dans le diocèse de Trois-Rivières depuis 2009.
2019-05-16 20:04 || Québec Québec

Trois-Rivières: une première ordination presbytérale en 10 ans

La décision d'autoriser les pèlerinages organisés, interdite par les évêques locaux en 1991 et confirmée par le Vatican en 1996, reconnaît la nécessité de fournir un accompagnement spirituel aux dizaines de milliers de catholiques qui se rendent à Medjugorje chaque année.
2019-05-13 15:58 || Monde Monde

Rome lève l'interdiction de pèlerinages organisés à Medjugorje

La basilique Saint-Pierre, à Rome. Le 9 mai, le pape François a révisé et clarifié les normes et procédures relatives à la responsabilisation des évêques et des supérieurs religieux en matière de prévention d'abus.
2019-05-10 16:31 || Monde Monde

Le pape clarifie les règles en matière d'abus