Werenfried van Straaten (1913-2003)

Le fondateur de l'Aide à l'Église en détresse accusé d'agression sexuelle

L'organisation caritative internationale catholique Aide à l'Église en détresse (AED) a déclaré qu'elle trouvait «très plausible» l'affirmation d'une ancienne employée selon laquelle le père Werenfried van Straaten, son fondateur, l'avait agressée sexuellement dans les années 1970.
L'organisation caritative internationale catholique Aide à l'Église en détresse (AED) a déclaré qu'elle trouvait «très plausible» l'affirmation d'une ancienne employée selon laquelle le père Werenfried van Straaten, son fondateur, l'avait agressée sexuellement dans les années 1970.   (CNS photo courtoisie Aide à l'Église en détresse)
2021-02-13 09:00 || Monde Monde

L'organisation caritative internationale catholique Aide à l'Église en détresse (AED) a déclaré qu'elle trouvait «très plausible» l'affirmation d'une ancienne employée selon laquelle le père Werenfried van Straaten, son fondateur, l'avait agressée sexuellement dans les années 1970.

L'organisation caritative, qui soutient les chrétiens souffrant de persécution ou d'extrême pauvreté, a confirmé que la victime a présenté cette allégation en 2010.

«La direction de l’œuvre de charité a pris l’accusation très au sérieux, a cherché à entrer immédiatement en contact avec la personne concernée et l’a écoutée lors d’un entretien personnel. Son témoignage a semblé crédible», a expliqué l'Aide à l'Église en détresse dans une déclaration publiée après que Christ und Welt, un supplément du journal Die Zeit, ait rapporté que l'AED avait versé à la femme 16 000 euros (24 600 $).

L’AED a déclaré que l'argent était «une compensation financière à la personne concernée afin de souligner sa volonté de reconnaitre sa souffrance et de tenter d’en atténuer les conséquences pour elle».

Le père van Straaten, un religieux hollandais de l'ordre des prémontrés, est mort en 2003 à l'âge de 90 ans après des décennies consacrées à aider les chrétiens persécutés, notamment d’Europe de l'Est.

La victime «a clairement exprimé le souhait que l'accusation soit traitée de manière confidentielle», a indiqué l’AED, tout en admettant que le groupe espérait «éviter de nuire à la réputation de l'organisation caritative» et d’«interférer avec le travail des projets» que l’organisme appuie dans différents pays.

Christ und Welt a déclaré que l'agression présumée avait eu lieu lors d'un voyage en Italie en 1973. Le père van Straaten avait alors 60 ans à l'époque et la jeune femme faisait partie de la délégation qui voyageait avec lui.

Réaction de l'Aide à l'Église en détresse - Canada

«C'est n'est vraiment pas un moment agréable à vivre, non seulement pour notre organisation, mais aussi pour toutes ces personnes qui ont été inspirées par le père van Straaten», lâche d’abord Marie-Claude Lalonde, la directrice nationale de l'Aide à l'Église en détresse - Canada.

Questionnée sur les accusations qui viennent d'éclabousser le fondateur de l'AED, elle indique condamner totalement «le comportement dont il est accusé».

«Perpétrer tels abus, c'est carrément inacceptable», déclare madame Lalonde. «L'Aide à l'Église en détresse condamne toutes les formes d'abus, de quelques nature soient-ils. Et étant une femme, je condamne fermement les abus de nature sexuelle.»

Marie-Claude Lalonde dit qu’elle a «appris l'histoire le 29 janvier». Lors d'une rencontre, tenue en visioconférence, les dirigeants du bureau-chef de l'AED ont révélé aux responsables des 23 organismes nationaux les faits reprochés au père van Straaten. «Je peux dire qu'il y a eu un long moment de silence. Tout le monde était sous le choc.»

«On a décidé d'agir en toute transparence», dit la directrice d'AED-Canada qui invite les donateurs et donatrices à lire un document de type «Questions/Réponses» qui a rapidement été inséré dans le site Web international de l'AED.

Dans ce document, on assure que «le père van Straaten n'a fait l’objet d'aucune autre accusation d’agression sexuelle».

En poste à l’AED-Canada depuis l’an 2000, Marie-Claude Lalonde a rencontré quelques fois le fondateur, avant son décès en 2003. «C’était un homme charismatique mais il était alors très malade.» Le chanoine prémontré a dirigé l’AED durant 55 ans.

Avec la collaboration de François Gloutnay, Présence.

***

 

 

du même auteur

Beate Gilles, une théologienne de 50 ans, devient la première femme à diriger le secrétariat des évêques. Son mandat débutera le 1er juillet 2021. Son élection survient alors que l'Église allemande est à nouveau plongée dans la tourmente sur la question des abus sexuels.
2021-02-26 16:33 || Monde Monde

Une femme élue secrétaire générale des évêques allemands

Le 9 février, un juge fédéral de Brooklyn a bloqué définitivement les limites de capacité de l'État de New York pour le culte dans les synagogues orthodoxes dans les zones où le taux de propagation de la COVID-19 est élevé.
2021-02-12 16:06 || Monde Monde

Lieux de culte: la Cour bloque les limites dans l'État de New York

Le plaignant, Darren Liptrot, dit avoir été abusé sexuellement alors qu'il fréquentait le Vancouver College de 1980 à 1985. L'autre école était celle de St. Thomas More. Les allégations n'ont pas été prouvées devant les tribunaux.
2021-02-09 12:02 || Canada Canada

Demande de recours collectif contre les Christian Brothers à Vancouver

articles récents

Beate Gilles, une théologienne de 50 ans, devient la première femme à diriger le secrétariat des évêques. Son mandat débutera le 1er juillet 2021. Son élection survient alors que l'Église allemande est à nouveau plongée dans la tourmente sur la question des abus sexuels.
2021-02-26 16:33 || Monde Monde

Une femme élue secrétaire générale des évêques allemands

L'ancien président de Développement et Paix, Jean-Denis Lampron, estime que l'organisme a manqué de transparence dans le processus de révision de ses partenaires.
2021-02-26 10:49 || Canada Canada

«Cela ne tient pas la route», disent deux ex-dirigeants de Développement et Paix

Développement et Paix ne conservera des liens de partenariats qu'avec le tiers des organismes qui ont été soupçonnés, depuis mars 2018, de ne pas respecter l'enseignement social et moral de l'Église catholique, ont annoncé l'organisme et les évêques canadiens le 25 février.
2021-02-25 18:18 || Canada Canada

Développement et Paix expurge près de 40% des partenaires examinés