Sexe, mensonges et omissions

Le Vatican publie son rapport sur le dossier McCarrick

Un rapport du Vatican sur l'ancien cardinal de Washington, Theodore E. McCarrick, met en évidence des failles internes, épinglant au passage le rôle de Jean-Paul II dans cette affaire.
Un rapport du Vatican sur l'ancien cardinal de Washington, Theodore E. McCarrick, met en évidence des failles internes, épinglant au passage le rôle de Jean-Paul II dans cette affaire.   (CNS photo/Paolo Cocco, Reuters)
2020-11-10 11:53 || Vatican Vatican

Visé pendant des années par des rumeurs d'inconduite sexuelle, l’ancien cardinal aujourd’hui laïcisé Theodore E. McCarrick a réussi à gravir la hiérarchie catholique grâce à des contacts personnels, des démentis et le laxisme de fonctionnaires de l'Église pour signaler et enquêter sur les accusations, selon le résumé du rapport du Vatican dévoilé le 10 novembre.

En choisissant en 2000 l'archevêque de Newark, Theodore E. McCarrick, pour être archevêque de Washington et plus tard cardinal, Jean-Paul II a probablement négligé les rumeurs et les allégations sur les fautes sexuelles de McCarrick en raison d'une longue relation avec lui, de démentis de McCarrick et de l'expérience du pape avec les autorités communistes en Pologne qui portaient des accusations pour discréditer l'Église, selon le résumé.

Mais les rumeurs sur la conduite de McCarrick, en particulier le fait qu'il ait fait dormir de jeunes adultes et des séminaristes dans le même lit que lui lorsqu'il était évêque de Metuchen, dans le New Jersey, ont conduit le Vatican à décider qu'il serait «imprudent» de le promouvoir lors de la recherche de candidats pour devenir archevêque de Chicago en 1997, de New York en 1999-2000 et, initialement, de Washington en juillet 2000, selon le rapport.

Une heure avant la publication, le 10 novembre, du "Rapport sur la connaissance institutionnelle et le processus décisionnel du Saint-Siège concernant l'ancien cardinal Theodore Edgar McCarrick", les journalistes ont reçu un résumé de 14 pages du document, qui décrivait l'enquête de deux ans.

En juin 2018, le Vatican a suspendu le cardinal McCarrick de son ministère après qu'une enquête de l'archevêché de New York ait conclu à la crédibilité d'une accusation selon laquelle il aurait abusé sexuellement d'un adolescent. McCarrick a démissionné du Collège des cardinaux en juillet, et en février 2019, après un procès canonique qui l’a reconnu coupable de «sollicitation dans le sacrement de la confession et de péchés contre le sixième commandement avec des mineurs et des adultes, avec la circonstance aggravante de l'abus de pouvoir», le pape François l'a démis de ses fonctions sacerdotales.

En août 2018, l'archevêque Carlo Maria Vigano, ancien nonce aux États-Unis, a appelé le pape François à démissionner après avoir affirmé qu'il avait informé le pape François des abus de McCarrick en 2013 et que les hauts responsables du Vatican étaient au courant du comportement abusif de McCarrick depuis des années.

Cette affirmation a conduit le pape François à ouvrir une enquête sur la façon dont McCarrick a pu continuer à gravir les échelons de l'Église malgré les rumeurs répétées, les lettres anonymes, les allégations et même les règlements avec les victimes présumées.

Le résumé du rapport dit qu’aucun document ne soutient le récit de Vigano, de sa rencontre avec le pape François et les preuves de ce qu'il a dit sont fortement contestées.

Jusqu'à ce que les allégations d'abus sexuels sur des enfants soient présentées à l'archevêché de New York en 2017, François avait seulement entendu qu'il y avait eu des allégations et des rumeurs liées à une conduite immorale avec des adultes, survenues avant la nomination de McCarrick à Washington, précise le rapport.

«Estimant que les allégations avaient déjà été examinées et rejetées par le pape Jean-Paul II, et bien conscient que McCarrick était actif sous la papauté de Benoît XVI, le pape François n'a pas vu la nécessité de modifier l'approche qui avait été adoptée les années précédentes», indique-t-on.

L'introduction du rapport indique qu'il est basé sur des documents trouvés au Vatican et à la nonciature apostolique aux États-Unis ainsi que sur des entretiens – «d'une durée allant de une à 30 heures» – avec plus de 90 témoins aux États-Unis, en Italie et ailleurs. Parmi eux figuraient des victimes, des cardinaux, des évêques et d'anciens séminaristes.

Dans une déclaration publiée avec le rapport, le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, a déclaré que les contributions des survivants étaient «fondamentales». L'introduction du rapport met en garde les survivants d'abus que certaines sections «pourraient s'avérer traumatisantes» et avertit que certaines parties du document sont «inappropriées pour les mineurs».

Il a également déclaré qu'au cours des deux années qu'il a fallu pour mener à bien l'enquête et rédiger le rapport, «nous avons fait des progrès significatifs pour garantir une plus grande attention à la protection des mineurs et des interventions plus efficaces afin d'éviter» la répétition des erreurs du passé.

Parmi ces mesures, il a souligné Vos estis lux mundi (Vous êtes la lumière du monde), le document de 2019 du pape François sur la promotion de la responsabilité des évêques et la définition de procédures pour traiter les accusations d'abus contre les évêques.

Selon le résumé, les décisions de Jean-Paul II de nommer McCarrick évêque de Metuchen en 1981 et archevêque de Newark en 1986 ont été basées sur «ses antécédents, ses compétences et ses réalisations». Au cours du processus de nomination, McCarrick a été largement salué comme un évêque pastoral, intelligent et zélé.

Le résumé indique également qu'à l'époque, aucune information crédible n'est apparue suggérant qu'il ait commis une quelconque faute.

Mais en octobre 1999, le cardinal John J. O'Connor de New York a écrit à l'archevêque Gabriel Montalvo, alors nonce aux États-Unis, pour résumer les allégations concernant McCarrick, alors archevêque de Newark. La lettre a été remise à Jean-Paul II, qui a demandé à Mgr Montalvo d'enquêter.

Le nonce l'a fait en écrivant à quatre évêques du New Jersey, stipule le résumé, sans nommer les évêques. Outre l'archidiocèse de Newark, le New Jersey ne compte que quatre autres diocèses: Camden, Metuchen, Paterson et Trenton.

«Ce que l'on sait maintenant, grâce à l'enquête entreprise pour la préparation du rapport, c'est que trois des quatre évêques américains ont fourni des informations inexactes et incomplètes au Saint-Siège concernant la conduite sexuelle de McCarrick avec de jeunes adultes», indique le résumé.

En réponse aux accusations du cardinal O'Connor, le rapport indique que McCarrick a écrit à l'actuel cardinal Stanislaw Dziwisz, secrétaire de Jean-Paul II: «Au cours des 70 années de ma vie, je n'ai jamais eu de relations sexuelles avec aucune personne, homme ou femme, jeune ou vieux, clerc ou laïc, et je n'ai jamais abusé d'une autre personne ni ne l'ai traitée avec irrespect.»

«Le démenti de McCarrick a été cru», dit le résumé, ajoutant qu'en raison de «la nature limitée de la propre enquête préalable du Saint-Siège, celui-ci n'avait jamais reçu de plainte directement d'une victime, adulte ou mineure, sur la conduite de McCarrick».

«Bien qu'il n'y ait pas de preuve directe», le résumé ajoutait, «il semble probable, d'après les informations obtenues, que l'expérience passée de Jean-Paul II en Pologne concernant l'utilisation d'allégations fallacieuses contre des évêques pour dégrader le statut de l'Église a joué un rôle dans sa volonté de croire les démentis de McCarrick».

En outre, McCarrick avait une relation avec le pape polonais depuis son époque en tant que cardinal de Cracovie. Le résumé indique que «la relation directe de McCarrick avec Jean-Paul II a probablement aussi eu un impact sur la prise de décision du pape».

Jean-Paul II a «personnellement pris la décision» de le nommer archevêque de Washington et cardinal, selon le résumé.

Le rapport a également conclu que le pape Benoît XVI, aujourd'hui à la retraite, n'a pas engagé de procédure canonique officielle contre McCarrick, ni même imposé de sanctions à son encontre, car il n'y avait aucune allégation crédible de maltraitance d'enfants; McCarrick a juré que les allégations étaient fausses; les allégations de mauvaise conduite avec des adultes étaient liées à des événements des années 1980; et il n'y avait aucune indication de mauvaise conduite récente.

Cependant, après avoir initialement demandé à McCarrick de rester à Washington pendant deux ans après son 75e anniversaire en 2005, le résumé indique que de nouveaux détails liés aux allégations d'un prêtre concernant l'inconduite sexuelle de McCarrick sont apparus et le pape Benoît lui a demandé de se retirer en 2006.

À l'époque, le résumé indiquait que le cardinal Giovanni Battista Re, alors préfet de la Congrégation pour les évêques, avait déclaré à McCarrick qu'il devrait se faire discret et «minimiser les déplacements pour le bien de l'Église».

«Bien que l'approche du cardinal Re ait été approuvée par le pape Benoît XVI, les indications ne portaient pas l'imprimatur explicite du pape, n'étaient pas basées sur une conclusion factuelle que McCarrick avait réellement commis une faute et ne comprenaient pas d'interdiction de ministère public», a déclaré le résumé.

L'archevêque Vigano, alors qu'il travaillait au Secrétariat d'État du Vatican, a écrit des mémos en 2006 et 2008 «pour porter les questions relatives à McCarrick à l'attention des supérieurs», selon le résumé. Les mémos faisaient référence à des allégations et des rumeurs sur la «mauvaise conduite de McCarrick au cours des années 1980 et soulevaient la crainte qu'un scandale puisse en résulter étant donné que l'information avait déjà largement circulé».

L'archevêque, selon le rapport, a noté que «les allégations restaient non prouvées», mais il a suggéré d'ouvrir un processus canonique pour enquêter.

L'archevêque Vigano, qui a été nommé nonce aux États-Unis en 2011, a été «chargé» en 2012 de mener une enquête sur les allégations d'un prêtre qui a prétendu avoir été agressé sexuellement par McCarrick, selon le résumé.

L'archevêque Vigano, poursuit-il, «n'a pas pris ces mesures et ne s'est donc jamais mis en position de vérifier la crédibilité» des affirmations du prêtre.

Cindy Wooden

***

 

 

du même auteur

Le cardinal canadien Michael Czerny, sous-secrétaire de la Section des migrants et des réfugiés du Vatican, appelle à rejeter les excès de la théorie de la guerre juste.
2020-11-19 14:49 || Monde Monde

Un cardinal canadien appelle à rejeter les excès de la théorie de la «guerre juste»

L'archevêque Carlo Maria Vigano photographié à Baltimore en 2012. Le rapport détaillé du Vatican sur l’ancien cardinal de Washington, Theodore McCarrick, a révélé plusieurs détails cruciaux qui remettent en question le témoignage de 2018 de Mgr Vigano.
2020-11-17 16:05 || Vatican Vatican

Rapport McCarrick: Vigano dément malgré des omissions

Préparatifs pour l'Avent dans une résidence à Berlin, en Allemagne. En raison de la pandémie de COVID-19, les Églises luthérienne et catholique en Suisse et en Allemagne prévoient la célébration de services religieux de Noël à la maison.
2020-11-17 15:13 || Monde Monde

Des Églises se préparent pour un Noël à la maison

articles récents

«La juge Capriolo a fait un excellent travail», estime le théologien Jean-Guy Nadeau, un spécialiste des abus sexuels dans l'Église et dans la société.
2020-11-26 16:01 || Québec Québec

Rapport Capriolo: «C'est profondément troublant»

La juge retraitée de la Cour supérieure du Québec, Pepita G. Capriolo, a dévoilé mercredi ce qu'elle a découvert durant l'enquête qu'elle a menée sur le traitement des plaintes reçues à propos de l'abbé Brian Boucher.
2020-11-26 11:29 || Québec Québec

Abus: ce que contient le rapport accablant pour l'Église de Montréal

L'ONG catholique canadienne Développement et Paix affirme aujourd'hui que le moratoire décrété contre 52 partenaires soupçonnés de ne pas respecter les positions morales du magistère romain ne visait en fait que l'argent récolté lors des campagnes du carême.
2020-11-24 19:37 || Canada Canada

Les 52 partenaires ont toujours reçu leur financement, révèle Développement et Paix