Journées mondiales de la jeunesse de 2016

Les diocèses polonais en mode préparation pour les JMJ

Agnieszka Styczen et Marta Styrkowiec accueilleront des jeunes pour les JMJ en juillet 2016.
Agnieszka Styczen et Marta Styrkowiec accueilleront des jeunes pour les JMJ en juillet 2016.   (CNS photo/Nancy Wiechec)
2015-11-16 10:42 || Monde Monde

Jeune diplômée en médecine âgée de 27 ans, Agnieszka Styczen est une femme très occupée. Elle passe néanmoins tous ses temps libres à l’évêché de Lublin, où elle travaille bénévolement à l’organisation des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ).

Agnieszka Styczen consacre ses énergies à la semaine d’immersion culturelle en sol polonais qui sera offerte aux jeunes pèlerins qui participeront aux JMJ de Cracovie, en juillet prochain. Les 42 diocèses du pays — hormis celui de Cracovie — devront mettre l’épaule à la roue afin d’héberger des pèlerins provenant de tous les coins de la planète.

Une semaine d’immersion culturelle

Cette semaine d’immersion est destinée aux pèlerins originaires de pays parfois lointains. Elle permet à ceux-ci de mieux connaître le pays hôte, sa culture, ses jeunes gens et son Église locale.

Le diocèse de Lublin accueillera plus de 7000 jeunes originaires de la Belgique, de la France, du Brésil et de plusieurs autres pays latino-américains.

«Nous tâchons d’être fin prêts, de manière à mieux connaître leur culture, leur mode de vie, leur attitude à l’égard du monde moderne», affirme Agnieszka Styczen. Cela dit, note-t-elle, l’objectif de cet événement est d’abord et avant tout de permettre aux jeunes catholiques de tisser des liens de fraternité.

Une démarche spirituelle

«Nos attentes sont fondamentalement spirituelles», dit-elle. «Nous allons partager avec eux notre foi, et la joie que nous procure l’enseignement de Jésus Christ.»

Selon Agnieszka Styczen, les jeunes polonais veulent incarner en paroles et en actes la joie de l’Évangile. Et faire ressentir cette joie aux centaines de milliers de personnes qui convergeront vers leur pays à l’occasion des Journées mondiales de la jeunesse.

«Le message que nous voulons communiquer à nos visiteurs, c’est qu’il n’y a rien de plus important que la foi en Jésus Christ. Surtout dans le monde moderne et sécularisé qui est le nôtre», dit-elle.

La population de Lublin est massivement catholique: plus de 90% d’entre eux se réclament du catholicisme. Or, selon Agnieszka Styczen, il est de plus en plus difficile pour les jeunes polonais d’exprimer publiquement leur foi et de faire rayonner celle-ci dans leur vie personnelle.

Le diocèse de Lublin se prépare

On ne chôme pas au diocèse de Lublin. Les préparatifs vont bon train afin de faire la promotion des Journées mondiales de la jeunesse dans le pays hôte. Divers festivals et évènements publics ont été organisés à Lublin afin d’attirer l’attention des habitants et de discuter eux des JMJ.

«Ces bains de foule nous permettent de faire rayonner nos idées et notre foi. Cela nous permet de parler de l’Église mais aussi de la façon dont nous entrevoyons la vie et l’avenir», dit-elle.

Les pèlerins qui arriveront à Lublin en amont des JMJ découvriront une ville très, très jeune. Lublin est une ville universitaire : elle héberge cinq universités, dont l’Université catholique Jean-Paul II. Durant l’année scolaire, les étudiants forment le tiers de la population de la ville.

Lublin est la plus grande ville dans l’est de la Pologne. Véritable joyau historique, cette ville fut pendant 700 ans un carrefour commercial et culturel incontournable.

Lors de leur semaine d’immersion dans le diocèse de Lublin, les pèlerins seront invités à participer à diverses visites guidées. L’un de ces circuits historiques  est consacré à la vie de Jean-Paul II : les pèlerins pourront notamment visiter la salle de classe où le célèbre pontife a jadis enseigné, dans l’université catholique qui porte désormais son nom. Ils pourront aussi visiter les joyaux architecturaux de la ville. On leur fera notamment visiter château royal et sa chapelle de la Sainte Trinité. Célèbre pour ses fresques, cette chapelle est un savant mélange d’architecture orientale et occidentale.

Des messes seront évidemment célébrées dans les paroisses locales. Les pèlerins seront également conviés à des ateliers de formation où ils pourront s’initier à la langue et à la culture polonaises. Des activités en plein-air complèteront cette semaine d’immersion.

Conformément au thème central de cette édition des JMJ — Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde  — les pèlerins seront invités à se mettre au service d’autrui. Ils feront donc un peu de travail caritatif auprès d’itinérants, de réfugiés, d’enfants pauvres, d’adultes dans le besoin et de personnes handicapées.

Cette semaine d’immersion prendra fin sur une note festive. Au terme d’une messe célébrée par l’archevêque de Lublin, Mgr Stanislaw Budzik, les pèlerins feront une procession dans les rues de la ville. Puis, ils prendront part à une fête folklorique.

Selon Agnieszka Styczen, ce sera là le point culminant de cette semaine d’immersion. «Rien n’a été laissé au hasard : nous voulons en mettre plein la vue à nos invités afin qu’ils conservent un souvenir impérissable de leur passage chez nous», dit-elle.

À ses yeux, les JMJ ne sont pas qu’une question d’âge : c’est d’abord une question d’état d’esprit. «L’âge des participants aux JMJ importe peu. L’essentiel, c’est l’âge de votre esprit. Quiconque y participe doit avoir la liberté de ressentir cet état d’esprit. Nous vous y invitons tous.»

Nancy Wiechec, Catholic News Service
Trad. et adap. Présence - information religieuse

 

du même auteur

Alfred Kempski, un vétéran américain de la Seconde Guerre mondiale, assiste à une célébration religieuse le dimanche 10 novembre 2019 à la Long Island State Veterans Home, à Stony Brook, dans l'État de New York.
2019-11-12 08:46 || Monde Monde

Photo du jour - 12 novembre 2019

«Alors qu’elle prétend travailler à la sauvegarde de la culture québécoise comme société distincte, elle semble plutôt chercher des manières de l’uniformiser: test des valeurs, loi sur la laïcité, refus des signes religieux, même les cloches d’église sont devenues suspectes dans certains quartiers»,
2019-11-07 16:54 || Québec Québec || 4 Commentaire(s)

Le test des valeurs: le paradoxe d’une société distincte

L'évêque de Saint-Hyacinthe, Christian Rodembourg (à l'avant-plan), a été élu président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ) le 20 septembre 2019 pour un mandat de deux ans.
2019-09-20 16:02 || Québec Québec

Photo du jour - 20 septembre 2019

articles récents

Il y a six mois, lorsque que le pape François a accepté, en raison de son âge, la démission de Paul Lortie comme évêque de Mont-Laurier, il a nommé Paul-André Durocher (photo) à titre d'administrateur apostolique. Il lui a aussi confié un mandat, celui «de faire une étude sur l’avenir du diocèse.
2020-01-17 12:45 || Québec Québec

Mont-Laurier: fusionner ou maintenir le diocèse?

Le nonce apostolique, Mgr Luigi Bonazzi (à gauche) salue le nouvel évêque de Saint-Jean-Longueuil, Mgr Claude Hamelin, le 10 janvier 2020.
2020-01-14 16:36 || Québec Québec

Claude Hamelin, un évêque «en amour» avec son diocèse

Le pape François rendant visite à Benoît XVI en décembre 2018.
2020-01-14 11:01 || Vatican Vatican

Célibat: Benoît XVI ne veut plus apparaître comme «co-auteur»