«Chapitre des Nattes», à Québec

Les franciscains de l'Est et de l'Ouest préparent leur unification

Les frères des deux provinces franciscaines du Canada se réunissent à Québec du 23 au 26 avril.
Les frères des deux provinces franciscaines du Canada se réunissent à Québec du 23 au 26 avril.   (Courtoisie/Province franciscaine de l'Est du Canada)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2018-04-25 19:35 || Québec Québec

Les frères des deux provinces franciscaines du Canada se réunissent à Québec du 23 au 26 avril. À quelques mois de l’unification des deux provinces, c’est l’occasion pour les frères de mieux se connaître et de réfléchir ensemble à leur avenir.

«Il s’agit de porter un regard évaluatif sur nos pratiques actuelles, explique le frère Michel Boyer, vicaire provincial de la Province franciscaine de l’Est du Canada. Avons-nous des choses à laisser? Des présences nouvelles pour le monde d’aujourd’hui? Quelle pertinence pour une présence franciscaine dans nos milieux?»

La rencontre, qui a comme thème Revitalisation et évangélisation: va et rebâtis ma maison, se déroule au Centre de spiritualité des Ursulines à Loretteville. Elle porte le nom de «Chapitre des Nattes», en référence aux tapis de sol et au dénuement matériel de saint François d’Assise et de ses premiers compagnons. «Faut pas s’endormir par contre!, lance le frère Boyer. C’est vraiment une rencontre fraternelle, plutôt qu’un chapitre formel avec des élections et des décisions. L’essentiel ici, c’est la rencontre des frères.» Ils sont d’ailleurs une quarantaine à prendre part à l’événement.

Les conférenciers invités, le capucin David Couturier, doyen de l’Institut franciscain de l’Université St. Bonaventure dans l’État de New York, et le prêtre Jean-Philippe Auger, docteur en théologie spécialiste de la formation de disciples-missionnaires, sont venus parler de l’héritage de saint François d’Assise et de la mission aujourd’hui.

«Cela contribuera à la préparation des frères au Chapitre d’union, qui aura lieu du 21 au 25 octobre prochains à Edmonton», précise le frère Boyer. Ce chapitre d’union fera des deux provinces franciscaines canadiennes existantes, une seule et même entité. Pour l’occasion, le ministre général des franciscains, l’Américain Michael Perry, sera présent.

Penser la présence

On compte désormais environ 85 frères franciscains pour l’ensemble du Canada. Une trentaine se trouve dans l’Ouest canadien, tandis que la balance se trouve dans l’Est, essentiellement au Québec.

Pour la Province du Christ-Roi, dans l’Ouest, les frères se trouvent à Cochrane, près de Calgary, à Edmonton, à Vancouver, à Victoria et à Duncan (C.-B.).

Les Franciscains de l’Est du Canada, province Saint-Joseph, sont répartis en cinq fraternités, dont trois à Montréal, une à Lachute et une à Trois-Rivières.

«Deux choses qui nous habitent dans notre présence au monde: être auprès des chercheurs de Dieu et porter attention au monde des pauvres. Ce n’est pas nouveau en soi: à Trois-Rivières, Lachute, et Parc-Extension à Montréal, nous sommes déjà dans des lieux de pauvreté. Mais comment être présents un peu plus, là où nous sommes déjà présents?», indique Michel Boyer.

Selon lui, les frères franciscains cherchent à «prendre conscience» de la réalité «là où on a le cœur et les pieds» pour se concentrer sur le thème de fond qu’est la «mission». Ils s’inspirent, dit-il, des appels du pape François «à la proximité et à la sortie», qui s’inspire lui-même de l’œuvre et de la vie de François d’Assise.

«Saint François cultivait l’inclusion et pas l’exclusion. Il cultivait la dignité de chaque personne. Dans notre contexte économique, des violences et des fractures dans la société, de quel monde sommes-nous solidaires?», demande le vicaire provincial.

Le plus jeune frère franciscain au Canada a 32 ans. Les cas comme Michel Boyer, qui est devenu franciscain à l’âge de 21 ans et qui compte aujourd'hui plus de 50 ans de vie religieuse, se font rares. Les franciscains canadiens comptent aussi des frères originaires d’autres pays, dont l’Inde et les Philippines.

Mis à jour à 15 h 54 le samedi 28 avril 2018 : le conférencier Couturier est capucin.

 

du même auteur

Sans le dire explicitement, cette sortie publique de Mgr Lépine est une réaction au texte de La Presse intitulé «Dieu guérira ton cancer» publié le samedi 17 août.
2019-08-19 16:34 || Québec Québec

L’Église de Montréal se dissocie des pressions spirituelles exercées sur des personnes vulnérables

Construite entre 1882 et 1887 d’après les plans de David Ouellet, Notre-Dame-des-Neiges est emblématique par ses cinq clochers, un aménagement particulier pour une église québécoise.
2019-08-16 14:32 || Québec Québec

L'église emblématique de Trois-Pistoles classée patrimoniale

Le Cyclorama vers 1900, à l'époque des pèlerinages en bateau à Sainte-Anne-de-Beaupré.
2019-08-09 15:09 || Québec Québec || 3 Commentaire(s)

Cyclorama, mesure et démesure

articles récents

Le pape est accueilli par un autochtone au Coliseo Regional Madre de Dios à Puerto Maldonado, au Pérou, le 19 janvier 2018.
2019-08-15 16:00 || Monde Monde

Le pape explique sa démarche pour l'Amazonie dans une entrevue

Le père Alain Ambeault est le nouveau directeur général de la Conférence religieuse canadienne
2019-08-14 19:15 || Canada Canada

«Le sens profond de l'engagement à la vie consacrée doit renaître»

Les évêques du Canada estiment qu'ils sont les gardiens ou les intendants des sommes versées chaque année par les catholiques à l'organisme Développement et Paix. Une telle affirmation fait toutefois sourciller un expert.
2019-08-07 11:00 || Canada Canada

Les évêques peuvent-ils retenir les dons versés à Développement et Paix?