Voyage aux États-Unis

Les premières minutes de la visite du pape

Le pape François et le président américain Barack Obama le 22 septembre 2015.
Le pape François et le président américain Barack Obama le 22 septembre 2015.   (CNS/Paul Haring)
2015-09-23 14:55 || Monde Monde

Le pape François est arrivé aux États-Unis en fin d’après-midi, ce 22 septembre, donnant ainsi le coup d’envoi à sa visite apostolique dans ce pays.

Son avion, un appareil du transporteur Alitalia, s'est posé à la base militaire d’Andrews, non loin de Washington, à 15 h 51 (heure normale de l’Est), soit neuf minutes avant l’heure prévue.

Dans les minutes qui ont précédé et suivi l’atterrissage de cet appareil, un groupe de catholiques a d’abord récité un chapelet, puis entonné avec enthousiasme la chanson suivante : « Nous aimons, François; oui, nous l’aimons; Nous aimons François; Et vous? ». D’autres chansons improvisées ont ensuite été entendues dans cette foule bigarrée, dont l’une allait comme suit: « Ho, ho, hé, hé; bienvenue aux États-Unis! », suivi d’un « Fran-cis-co! » bien senti.

Le président Barack Obama, sa femme Michelle et leurs deux filles Sasha et Malia étaient prêts à accueillir le pape à sa sortie de l'avion qui arborait les drapeaux du Saint-Siège et des États-Unis.

Une délégation d’évêques américains était aussi présente sur le tarmac. L'archevêque de Washington, le cardinal Donald W. Wuerl, en faisait partie. La base militaire d’Andrews située sur le territoire de de l'archidiocèse.

D’autres membres de l’épiscopat étaient également présents, dont Joseph E. Kurtz, archevêque de Louisville (Kentucky) et président de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, le cardinal Daniel N. DiNardo, archevêque de Galveston-Houston (Texas) et vice-président de la Conférence épiscopale, le cardinal à la retraite Theodore E. McCarrick, ancien archevêque de Washington, Mgr William E. Lori, évêque de Baltimore et ancien évêque auxiliaire de Washington et Mgr Timothy P. Broglio, du diocèse militaire des États-Unis, dont les bureaux se trouvent aussi à Washington.

Des personnalités politiques étaient aussi présentes: Larry Hogan, gouverneur du Maryland, Terry McAuliffe, gouverneur de la Virginie et Muriel Bowser, mairesse de Washington, DC. Tous trois sont catholiques.

Le vice-président Joe Biden a également accueilli le pape.
 
Lorsque l’avion s’est immobilisé, la passerelle a été positionnée près de la porte de l’appareil. Un tapis rouge a ensuite été déployé. Quinze minutes après l’atterrissage, la porte s'est ouverte.

À 16 h 06, le pape François est apparu, sous les applaudissements nourris et les hourras de son comité d’accueil, qui se dirigea alors vers la passerelle de l’avion. À la différence du président cubain, qui était monté pour rejoindre le pontife à la porte de son avion, le président Obama et sa famille ont patiemment attendu au sol le pape Francois.

Le vent a fait virevolter les vêtements du pape. À l’extrémité du tapis rouge, le pape a rencontré des écoliers catholiques qui lui ont offert un bouquet de fleurs.

Aucun discours n’a été prononcé pour souligner l’arrivée du pape en sol américain. De tels discours n’étaient pas prévus au programme. Le pape Francois et le président Obama ont cependant bavardé de manière amicale, dès qu’ils furent hors d’atteinte des micros des journalistes. Tous deux affichaient un sourire chaleureux.

Escortés par des agents des Services secrets américains, le pape et le président se sont rendus dans un salon de la base militaire d’Andrews, où ils ont poursuivi leur discussion.

Huit minutes après le début de leur tête-à-tête, le président Obama et le pape Francois ont quitté les lieux. Le pape a reçu une ovation digne d’une rock star de la part des badauds qui s’étaient agglutinés aux abords du tarmac. François s’est alors assis sur la banquette arrière d’une Fiat 500L de couleur noire et dont la plaque d’immatriculation est « SCV1 » — SCV étant l’acronyme italien employé pour désigner la Cité-État du Vatican. Le pape a alors ouvert la fenêtre du véhicule et souri à la foule en liesse. La voiture a alors accéléré et a rejoint l’immense Chevrolet Suburban noir qui l’avait précédée. Rien n’a pu tempérer l’enthousiasme de cette foule, laquelle a continué d’applaudir le pape à tout rompre. De son siège, Francois saluait de la main.

Le président Obama est demeuré sur le tarmac jusqu’à ce que la voiture du pape se soit fondue dans l’horizon. Il a alors serré la main des évêques qui s’étaient déplacés pour accueillir le pape François.

 

 

du même auteur

Un groupe de pèlerins de la région d'Ottawa souligne le 145e anniversaire de son pèlerinage annuel à Sainte-Anne-de-Beaupré lors d'un pique-nique dans les jardins de la Fraternité Saint-Alphonse, à Beauport.
2019-08-13 12:01 || Canada Canada

Photo du jour - 13 août 2019

Photo prise sur le USS Abraham Lincoln dans la mer d'Arabie le 3 juin 2019.
2019-06-21 11:40 || Monde Monde

Photo du jour - 21 juin 2019

Lettre ouverte de l'auteur Jacques Gauthier en réaction à l'adoption de la loi 21 sur la laïcité.
2019-06-19 10:38 || Québec Québec || 8 Commentaire(s)

Laïcité au Québec, et après?

articles récents

Le jésuite canadien Michael Czerny sera créé cardinal le 5 octobre au Vatican.
2019-09-17 19:02 || Canada Canada

Michael Czerny, une vie à côtoyer la pauvreté

«Je prie pour qu'il n'y ait pas de schisme, mais je n'ai pas peur», a déclaré le pape François à des journalistes rentrant d'Afrique à Rome avec lui le 10 septembre.
2019-09-17 14:24 || Monde Monde

Une fixation idéologique peut mener à un schisme, estime le pape

Le pape François a célébré une messe près d'Antananarivo, à Madagascar, le 8 septembre 2019.
2019-09-10 09:56 || Monde Monde

Le pape célèbre une messe devant un million de personnes à Madagascar