En vigueur le 22 septembre

Lieux de culte : la double vaccination désormais exigée au Nouveau-Brunswick

L'évêque de Bathurst, Mgr Daniel Jodoin, dit que l'annonce des autorités provinciales a « causé toute une surprise » aux leaders religieux.
L'évêque de Bathurst, Mgr Daniel Jodoin, dit que l'annonce des autorités provinciales a « causé toute une surprise » aux leaders religieux.   (Archives)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2021-09-21 15:10 || Canada Canada

Les autorités de trois des quatre diocèses catholiques du Nouveau-Brunswick exigeront, dès le mercredi 22 septembre, que leurs fidèles soient doublement vaccinés s'ils veulent participer à tout « rassemblement à l'intérieur de nos églises, de nos presbytères ou de centres communautaires sous notre supervision ».

Cette exigence vaut pour toutes les célébrations religieuses, y compris les mariages et les funérailles, « les réunions paroissiales et pastorales, les réunions de catéchèse, les assemblées de gestion, les conférences, les ateliers, les réunions fraternelles et sociales, les bingos et les parties de cartes », précise une consigne émise tant par l'archidiocèse de Moncton que par le diocèse d'Edmundston et déposée sur leur site Web respectif le vendredi 17 septembre 2021.

L'archevêque de Moncton, Mgr Valéry Vienneau, y explique que Dorothy Shephard, la ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, a rencontré des leaders religieux de la province après que le premier ministre Blaine Higgs ait annoncé de nouvelles règles afin d'« accroître les taux de vaccination et ralentir la propagation de la COVID-19 ».

« La ministre nous a clairement expliqué qu’elle n’exige pas le port du masque, le gel ou la distanciation dans nos rassemblements. Cela demeure toujours à la discrétion des personnes. Ce qu’elle veut, ce sont des rassemblements de personnes pleinement vaccinées », écrit Mgr Vienneau dans la lettre qu'il a remise aux prêtres et aux responsables paroissiaux de son archidiocèse.

« C’est à la fois la condition pour que les gens rassemblés soient en sécurité entre eux et une incitation aux non vaccinés à se faire vacciner. »

Dès le 21 septembre, des bénévoles seront « aux portes de chaque église pour demander aux fidèles une preuve de vaccination complète et inscrire leurs noms sur une liste comme étant des personnes pleinement vaccinées ».

Dans sa note, qui a été reproduite intégralement par le diocèse d'Edmundston, Mgr Vienneau indique qu'on a précisément demandé à la ministre Shephard si « une personne non vaccinée ou ayant reçu une seule dose » peut participer à une célébration ou à une réunion « à l'intérieur de nos établissements ».

« La ministre a répondu "non" à moins d’avoir une preuve d’exemption, ce qui est rare », a écrit l'archevêque.

Les consignes émises par les deux diocèses néo-brunswickois se terminent par une requête identique.

« Nous vous demandons de mettre en place cette nouvelle mesure dans chacun de vos milieux. Non seulement, pour respecter la demande gouvernementale mais surtout pour contribuer à l’arrêt de la propagation du virus au sein de notre population. »

« Il ne faudrait pas qu’un de nos lieux de culte soit déclaré un lieu d’éclosion à cause d’une négligence de notre part. La ministre de la Santé compte sur notre coopération. »

Les autorités de la Santé publique indiquent que 77,8 % des gens du Nouveau-Brunswick admissibles sont pleinement vaccinés contre la COVID-19, alors que 86,5 % ont reçu leur première dose du vaccin.

Diocèse de Bathurst

Le diocèse de Bathurst, sur son site Web, ne mentionne pas s’il va demander aux paroisses de respecter les nouvelles règles édictées par le gouvernement du Nouveau-Brunswick.

« On a manqué de temps pour insérer les consignes dans notre site. Mais, je vous rassure, on a distribué le même mot d'ordre à nos paroisses », confirme Mgr Daniel Jodoin, joint par téléphone. « C'est le même texte. On l'a écrit ensemble ».

L'évêque de Bathurst mentionne que l'annonce des autorités provinciales a néanmoins « causé toute une surprise » aux leaders religieux. « On ne s'attendait pas à cela d'autant plus que, dans les autres provinces du Canada, les lieux de culte sont tous exemptés. »

C'est la ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick qui a demandé à rencontrer les leaders religieux, quelques heures à peine après l'annonce du premier ministre Higgs. Lors de cette rencontre, « on a pu poser toutes nos questions et on a demandé plein de précisions à la ministre ».

« Mais comme Église, on n'a pas le choix de suivre la loi. Il n'en demeure pas moins que nous avons aussi une mission, celle d'accepter tout le monde. C'est un soin pastoral que nous devons aussi assumer », ont pris soin d'indiquer les leaders religieux à la ministre.

Mgr Jodoin pense aussi que des familles et des personnes dévouées, « qui ne sont pas vaccinées pour mille raisons», vont souffrir à cause de ces nouvelles consignes. « Ce sera un drame pour elles ».

«Nous, on doit, à la fois, avoir une attitude pastorale d’ouverture et respecter la loi», reconnaît l'évêque de Bathurst. « Ce ne sera pas une tâche facile. »

Diocèse de Saint John

Dans une note intitulée Foire aux questions concernant les rassemblements de foi déposée aujourd'hui à la une du site du diocèse (anglophone) de Saint John, on précise que « non, le diocèse n'exige pas de preuve de vaccination pour assister à la messe ».

On indique par ailleurs que la ministre de la Santé, Dorothy Shephard, a plutôt « demandé aux chefs religieux de sonder leurs paroissiens » afin de déterminer quel pourcentage d'entre eux étaient adéquatement vaccinés. Ce sondage se déroulera en fin de semaine prochaine dans toutes les églises du diocèse.

Mgr Daniel Jodoin se déclare un peu surpris par cette annonce. À la lecture des consignes déposées dans le site Web du diocèse de Saint John, « certains pourraient se demander si on a participé à la même rencontre », dit l'évêque qui répète « qu'on n'a tout simplement pas le choix de respecter la loi ».

« On voulait des directives claires. La ministre a été très claire. C'est évident qu'on va parler éventuellement [à notre confrère] », dit Mgr Jodoin. « Les protestants et les anglicans », aussi présents à cette rencontre, « ont compris la même chose que nous ».

Masque dorénavant obligatoire

Après avoir indiqué aux leaders religieux que le port du masque, la distribution de gel désinfectant et la distanciation ne seraient plus nécessaires dans les rassemblements intérieurs qui accueillent des gens doublement vaccinés, les autorités sanitaires du Nouveau-Brunswick ont fait volte-face, le lundi 20 septembre, et ont décrété «que l’obligation de porter un masque dans les lieux publics intérieurs s’ajoute à la liste des règles déjà approuvées». Le communiqué diffusé par le cabinet du premier ministre indique aussi que les lieux de culte font partie des espaces publics touchés par cette nouvelle directive.

« Lors de notre rencontre avec la ministre, il n'a jamais été question du masque obligatoire », précise Mgr Daniel Jodoin. C'est pourquoi cette consigne n'est aucunement mentionnée dans la note des évêques de Moncton, Bathurst et Edmundston. « Dès cet après-midi, on envoie un mémo à toute nos paroisses pour  leur rappeler cette nouvelle règle », dit-il.
 

 

 

du même auteur

La religieuse Mariette Milot est décédée le lundi 4 octobre 2021 à l'âge de 87 ans.
2021-10-12 17:06 || Québec Québec

Décès de Mariette Milot (1934-2021)

Le cabinet Arsenault Dufresne Wee Avocats a déposé une demande d’autorisation afin d’intenter un recours contre les Frères de la Charité.
2021-10-05 18:46 || Québec Québec

Demande de recours contre les Frères de la Charité

Un crucifix dans la basilique Notre-Dame, à Nice, le 4 octobre 2021. En France, le nombre de victimes mineures d’agressions sexuelles commises par des prêtres, des diacres, des religieux ou des religieuses, s’établit à 216 000 personnes, sur la période allant de 1950 à 2020.
2021-10-05 10:45 || Monde Monde

Un rapport accablant pour l'Église de France

articles récents

La religieuse Mariette Milot est décédée le lundi 4 octobre 2021 à l'âge de 87 ans.
2021-10-12 17:06 || Québec Québec

Décès de Mariette Milot (1934-2021)

Le pape François dirige une réunion avec les représentants des conférences épiscopales du monde entier au Vatican, le 9 octobre 2021. Cette réunion a eu lieu alors que le Vatican lance le processus qui mènera à l'assemblée du Synode des évêques en 2023.
2021-10-12 14:23 || Vatican Vatican

Le synode, entre enthousiasme et lucidité

Une statue de la Vierge à l'Enfant dans l'église Saint-Martin, près de Nantes, en France, le 5 octobre 2021.
2021-10-05 11:35 || Vatican Vatican

Le pape se désole de «l’effroyable réalité» de l’ampleur des abus dans l’Église de France

 
 
 

À la une

En France, l'Église et le gouvernement s’affrontent sur la question de savoir si les prêtres devraient être tenus de signaler les abus commis sur des mineurs s'ils en ont eu connaissance lors du sacrement de la réconciliation.
2021-10-15 15:12 || Monde Monde

Secret de confession et primauté des lois françaises

La religieuse Mariette Milot est décédée le lundi 4 octobre 2021 à l'âge de 87 ans.
2021-10-12 17:06 || Québec Québec

Décès de Mariette Milot (1934-2021)

Le pape François dirige une réunion avec les représentants des conférences épiscopales du monde entier au Vatican, le 9 octobre 2021. Cette réunion a eu lieu alors que le Vatican lance le processus qui mènera à l'assemblée du Synode des évêques en 2023.
2021-10-12 14:23 || Vatican Vatican

Le synode, entre enthousiasme et lucidité