Décision unanime du Collège des évêques

Pas de femmes évêques pour l’Église anglicane en Amérique du Nord

Le Collège des évêques de l'Église anglicane en Amérique du Nord s'est réuni du 5 au 7 septembre 2017 à Vancouver.
Le Collège des évêques de l'Église anglicane en Amérique du Nord s'est réuni du 5 au 7 septembre 2017 à Vancouver.   (Courtoisie Anglican Church in North America)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2017-09-08 16:52 || Monde Monde

Le Collège des évêques de l’Église anglicane en Amérique du Nord vient de décider à l’unanimité de ne pas autoriser l’ordination épiscopale des femmes en son sein.

Dans un communiqué publié le 7 septembre, le Collège explique sa décision qui survient au terme d’une réflexion de cinq ans sur la question, alors que les évêques de cette Église conservatrice, qui compte plusieurs membres qui ont quitté l’Église épiscopalienne aux États-Unis et l’Église anglicane du Canada, étaient réunis à Vancouver du 5 au 7 septembre.

Les évêques ont décidé «unanimement» que les femmes «ne seront pas consacrées évêque dans l’Église anglicane en Amérique du Nord».

En 2012, l’Église avait mis en place un groupe de travail pour faire le point sur la question du sacrement de l’ordre en apportant notamment des éclairages théologiques. Le rapport de 318 pages dévoilé plus tôt cette année se gardait de prendre position, indiquant que rien ne permettait de trancher clairement la question.

«Chaque évêque a partagé sa position personnelle au sujet de l’ordination des femmes et la position de son diocèse. Nous avons pris le temps de nous écouter les uns et autres et d’écouter le Seigneur. Les délibérations étaient franches et, parfois, poignantes et douloureuses», a expliqué le primat Foley Beach en guise de prologue au communiqué.

Le Collège a indiqué reconnaître qu’il existe «différents principes d’ecclésiologie et d’herméneutiques qui sont acceptables au sein de l’anglicanisme» et que ceux-ci peuvent mener à «des conclusions divergentes en ce qui concerne l’ordination des femmes à la prêtrise». Toutefois, a-t-il continué, «nous reconnaissons aussi que cette pratique est une innovation récente».

À ses yeux, les Écritures saintes n’apportent pas une justification suffisante à l’ordination des femmes. Cependant, les évêques ont reconnu que les diocèses peuvent, en vertu de leur autorité constitutionnelle, ordonner des femmes à la prêtrise.

Si le Collège avait pris position en faveur de l’ordination épiscopale des femmes, cela aurait enclenché un processus plus vaste afin de changer la Constitution de l’Église.

Pas dans la Communion anglicane

L’Église anglicane en Amérique du Nord a vu le jour en 2009, marquée par une rupture des grandes Églises nationales anglicanes pour le Canada et les États-Unis. La grande ouverture manifestée par ces dernières à l’égard de l’épiscopat féminin et des bénédictions d’unions homosexuelles avait alors accéléré la séparation.

Cette annonce survient alors que le secrétaire général de la Communion anglicane, Mgr Josiah Idowu-Fearon, a rappelé au début de la semaine que l’Église anglicane en Amérique du Nord n’est pas une province de la Communion anglicane.

«Il n’est tout simplement pas vrai d’affirmer que l’Église anglicane en Amérique du Nord fait partie de la Communion anglicane», a-t-il déclaré, selon le Anglican Communion News Service. «Pour faire partie de la Communion, une province doit être en communion avec le siège de Cantorbéry et être membre des Instruments de la Communion. [Cette Église] n’est pas en communion avec le siège de Cantorbéry et n’a pas cherché à être membre des Instruments», a-t-il ajouté.

L’Église est toutefois considéré comme un partenaire œcuménique au sein de la Communion, où les questions théologiques et morales concernant l’épiscopat féminin et l’accueil des couples homosexuels est de toute façon loin de faire l’unanimité au sein de la Communion.

 

du même auteur

Le mandat du recteur du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Pierre-Olivier Tremblay, a pris fin le 7 octobre 2020. Son successeur sera connu ultérieurement.
2020-10-07 12:58 || Québec Québec

Le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap aura un nouveau recteur

Les autorités publiques québécoises ont entièrement raison de limiter le nombre de personnes à l’intérieur des lieux de culte, affirme la Dre Valérie Julie Brousseau.
2020-09-24 17:48 || Québec Québec

Lieux de culte: une médecin catholique donne raison au gouvernement

C’est surtout la littérature scientifique et les rassemblements complémentaires aux cérémonies religieuses qui auraient poussé le gouvernement à diminuer la limite de personnes autorisées à l’intérieur des lieux de culte.
2020-09-22 15:50 || Québec Québec

Lieux de culte: le Dr Arruda évoque la science et la socialisation périphérique

articles récents

Trois ans après le début de cette enquête commandée par les évêques canadiens, on saura quels partenaires de Développement et Paix pourront de nouveau recevoir un financement annuel de la part des catholiques canadiens.
2020-10-20 08:37 || Canada Canada

Les conclusions du rapport final dévoilées en novembre

Une manifestation contre le racisme le 7 juin 2020 à Montréal. «Actuellement, les Églises tentent de se débarrasser du privilège blanc et du racisme, mais elles ne sont pas encore arrivées à l’étape d’admettre qu’elles sont racistes», estime Michael Blair, secrétaire général de l’Église Unie.
2020-10-19 15:03 || Canada Canada

Les Églises invitées à reconnaître le racisme systémique en leur sein

Le racisme à l’égard des Autochtones au Canada est systémique, disent les Jésuites du Canada.
2020-10-13 22:54 || Canada Canada

«Le racisme et la discrimination à l’égard des Autochtones sont systémiques»