Relations entre Premières Nations et Église Unie

Pour la modératrice, il faut passer des excuses à la réconciliation

La pasteure Jordan Cantwell.
La pasteure Jordan Cantwell.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2016-04-18 10:23 || Canada Canada

La modératrice de l’Église Unie du Canada, la pasteure Jordan Cantwell, invite son Église à faire un pas de plus vers la réconciliation avec les Premières Nations.

Dans un message destiné aux membres de l’Église Unie à l’occasion du 30e anniversaire des excuses présentées en août 1986 par la plus grande Église protestante au Canada aux Première Nations, elle invite les fidèles à réitérer cet engagement en vue d’une réconciliation.

«En essayant de vous modeler à notre image, nous avons contribué à détruire la vision à l’origine de votre spécificité. De sorte qu’aujourd’hui nous sommes plus pauvres les uns et les autres. Nous portons en nous une image trouble, déformée de notre Créateur et nous nous sommes éloignés de ce à quoi Dieu nous appelait», dit-elle, s’adressant directement aux membres des Premières Nations au Canada.

Elle rappelle que la conversation entre l’Église et les Premières Nations «a changé qui nous sommes comme Église, modifiant notre identité et nous engageant dans une démarche continue pour passer de l’étape des excuses à celle de la réconciliation».

Une célébration liturgique spéciale pour souligner le 30e anniversaire de ces excuses a été préparée par l’Église et sera rendue accessible aux diverses communauté à travers le Canada.

«À l’approche de l’anniversaire des excuses, je vous invite à prendre part à la réflexion sur ce que ces mots continuent de signifier pour nous, en tant qu’Église, et sur la façon dont nous pouvons, individuellement et en communauté de foi, leur donner corps dans l’action et la sincérité», propose-t-elle.

L’Église Unie du Canada fait partie des Églises critiquées pour son rôle historique joué dans l’administration des pensionnats autochtones au Canada.

«Il est réconfortant de savoir que nous pouvons revenir sur le passé et que, bien que nous ne puissions pas faire disparaître les torts que nous avons causés, nous pouvons faire amende honorable. Nous pouvons réparer ce que nous avons brisé et remettre en état ce que nous avons détruit», ajoute Jordan Cantwell.

 

du même auteur

Sans le dire explicitement, cette sortie publique de Mgr Lépine est une réaction au texte de La Presse intitulé «Dieu guérira ton cancer» publié le samedi 17 août.
2019-08-19 16:34 || Québec Québec

L’Église de Montréal se dissocie des pressions spirituelles exercées sur des personnes vulnérables

Construite entre 1882 et 1887 d’après les plans de David Ouellet, Notre-Dame-des-Neiges est emblématique par ses cinq clochers, un aménagement particulier pour une église québécoise.
2019-08-16 14:32 || Québec Québec

L'église emblématique de Trois-Pistoles classée patrimoniale

Le Cyclorama vers 1900, à l'époque des pèlerinages en bateau à Sainte-Anne-de-Beaupré.
2019-08-09 15:09 || Québec Québec || 2 Commentaire(s)

Cyclorama, mesure et démesure

articles récents

Le pape est accueilli par un autochtone au Coliseo Regional Madre de Dios à Puerto Maldonado, au Pérou, le 19 janvier 2018.
2019-08-15 16:00 || Monde Monde

Le pape explique sa démarche pour l'Amazonie dans une entrevue

Le père Alain Ambeault est le nouveau directeur général de la Conférence religieuse canadienne
2019-08-14 19:15 || Canada Canada

«Le sens profond de l'engagement à la vie consacrée doit renaître»

Les évêques du Canada estiment qu'ils sont les gardiens ou les intendants des sommes versées chaque année par les catholiques à l'organisme Développement et Paix. Une telle affirmation fait toutefois sourciller un expert.
2019-08-07 11:00 || Canada Canada

Les évêques peuvent-ils retenir les dons versés à Développement et Paix?