Haïti

Pression des évêques haïtiens pour une sortie de crise

Manifestation à Port-au-Prince le 29 janvier.
Manifestation à Port-au-Prince le 29 janvier.   (CNS photo/Andres Martinez Casares, Reuters)
2016-02-08 12:23 || Monde Monde

Les évêques catholiques d’Haïti ont exhorté les politiciens haïtiens à mettre de l’eau dans leur vin et à négocier de bonne foi afin de mettre un terme à la crise constitutionnelle qui paralyse le pays. Le mandat du président Michel Martelly a pris officiellement fin le dimanche 7 février. Or, les élections destinées à lui trouver un successeur ont été perpétuellement repoussées.

«Il est grand temps que le peuple sache comment nous allons gérer le pays après cette date [7 février]», ont affirmé les membres de la Conférence des évêques catholiques d’Haïti, en marge de leur assemblée plénière annuelle, le 1er février.

La déclaration des évêques haïtiens

Les évêques haïtiens ont exhorté les politiciens à trouver le plus rapidement possible «une solution négociée et acceptable à la crise, en faisant preuve de sagesse, de perspicacité, de modération et de patriotisme»

«Il est impératif de préparer tout le peuple haïtien à gérer les jours qui viennent en citoyen responsable», ajoutent les membres de la conférence épiscopale haïtienne. Les évêques en appellent donc au patriotisme et au sens civique de leurs compatriotes afin, disent-ils, «d’arriver à un accord s’inspirant de la Constitution et de la sagesse haïtienne pour garantir la continuité de l’État et la stabilité politique du pays dans le respect des vies, des biens et des droits fondamentaux de la personne humaine».

Les évêques ont exhorté les Haïtiens à s’engager «sur le chemin du dialogue, de la paix et du développement».

Une crise politique et constitutionnelle

Cette crise politique remonte au mois d’octobre dernier, c’est-à-dire au premier tour des élections présidentielles. Cette élection, qui devait dresser la liste des candidats éligibles pour le deuxième tour du scrutin présentiel, a été perpétuellement repoussée. Le deuxième tour de l’élection, qui devait se tenir le 27 décembre, a été repoussé au 24 janvier, puis annulé par le conseil électoral haïtien, pour des raisons de sécurité.

La Constitution haïtienne interdit à Michel Martelly de briguer un second mandat. Le président sortant a donné son appui à Jovenel Moïse, un candidat jusque-là peu connu. Ce dernier a remporté le premier tour du scrutin. Il est toujours le favori dans la course à la présidence.

Jude Célestin, le candidat de l’opposition qui s’est classé au deuxième rang lors du premier tour de l’élection présidentielle, refuse désormais de faire campagne, jugeant que l’actuel gouvernement haïtien mène une cabale contre lui.

Au cours de son histoire deux fois centenaire, la République d’Haïti a été maintes fois confrontée à des crises constitutionnelles comme celle-ci. En 2010, le pays a été confronté à la plus grave crise de son histoire, lorsqu’un terrible tremblement de terre a tué plusieurs milliers de personnes et en détruisant la demeure de près de 1,5 million de personnes dans la grande région de Port-au-Prince. Des centaines de personnes sont encore cantonnées dans des campements de fortune, cinq ans après le désastre.

Les partis d’opposition ont critiqué l’inertie du président Martelly, lequel s’était engagé à venir en aide aux sinistrés et à redorer le blason d’Haïti.

Dennis Sadowski, Catholic News Service
Trad. et adapt. Présence/F. Barriault

 

 

du même auteur

Photo prise sur le USS Abraham Lincoln dans la mer d'Arabie le 3 juin 2019.
2019-06-21 11:40 || Monde Monde

Photo du jour - 21 juin 2019

Lettre ouverte de l'auteur Jacques Gauthier en réaction à l'adoption de la loi 21 sur la laïcité.
2019-06-19 10:38 || Québec Québec || 8 Commentaire(s)

Laïcité au Québec, et après?

Hassan Guillet a remporté l'investiture pour le Parti libéral du Canada dans Saint-Léonard-Saint-Michel le 27 mai 2019. L'ancien imam, photographié ici en janvier 2018, s'est fait connaître du grand public en marge de la tuerie à la grande mosquée de Québec.
2019-05-28 17:09 || Québec Québec

Photo du jour - 28 mai 2019

articles récents

Le pape a accepté la démission de l'évêque de Rouyn-Noranda, Dorylas Moreau (photographié ici à Sainte-Anne-de-Beaupré en juin 2016) le 24 juin 2019.
2019-06-25 19:22 || Québec Québec

L’évêque de Rouyn-Noranda démissionne pour des raisons de santé

Les évêques du Canada auraient commandé un examen institutionnel sur Développement et Paix qui aurait comme objectif d'aplanir les différents entre l'épiscopat et l'ONG catholique.
2019-06-14 09:30 || Canada Canada

Les évêques auraient commandé un examen externe de Développement et Paix

Intérieur de l'église Sainte-Agnès, à Lac-Mégantic.
2019-06-10 11:40 || Québec Québec

Sherbrooke: un nouveau «prêtre», pas «curé», précise l’archidiocèse