Décès de l'archevêque émérite de Québec

Quand Mgr Maurice Couture proposait le cardinalat laïc

Mgr Maurice Couture croyait que l'Église catholique pourrait envisager de permettre à des laïcs de devenir cardinaux.
Mgr Maurice Couture croyait que l'Église catholique pourrait envisager de permettre à des laïcs de devenir cardinaux.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2018-01-19 17:35 || Québec Québec

Maurice Couture a été archevêque émérite de Québec pendant plus de 15 ans. Rappelant les relations parfois houleuses qu’avaient les deux premiers évêques de Québec – Mgr François de Laval et Mgr Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier – il assurait vouloir éviter de «jouer à la belle-mère» avec ses successeurs, les cardinaux Marc Ouellet et Gérald Lacroix.

Si bien qu’il faisait attention à ce qu’il disait publiquement, de peur de devenir le centre de l’attention, au détriment de ses successeurs. En revanche, en privé, il parlait volontiers de ses positions par rapport à certains débats dans l’Église.

Interpellé sur la question d’un éventuel diaconat féminin dans l’Église catholique, il s’était mis à rire. «Je suis allé plus loin que ça: j’ai proposé des cardinaux femmes!» avait-il confié à Présence en janvier 2016.

Une question qui demeure ouverte

Ses sympathies pour une place accrue et repensée des femmes au sein de l’Église étaient connues. S’il dit avoir suivi ce que demandait Jean-Paul II sur le sacerdoce féminin, il estimait que la question demeurait ouverte pour le diaconat.

Évoquant les débuts de l’Église, il rappellait que l’établissement d’un diaconat masculin reflétait «la mentalité du temps».

«On rétablit le diaconat 20 siècles plus tard, et puis le statut social de la femme n’est plus le même. Et pour remplir les tâches que les diacres ont à remplir, les femmes parfois seraient meilleures!», croyait-il.

Né dans une famille de cultivateurs de Saint-Pierre-de-Broughton, il évoquait au passage le souvenir d’une mère beaucoup plus scolarisée que son père.

«Mais ma mère était notre référence. C’était comme ça un peu partout. Malgré tout, dans la société en général, le matriarcat féminin ça a surgi parce que le gros bon sens était là! Et puis les femmes menaient un paquet d’affaires même si elles n’avaient pas les titres. C’est encore ça en grande partie! On hérite de ça. De sorte que, moi personnellement en tout cas, j’estime que dans le cas du diaconat en particulier, je sais bien que dans le cas des femmes, Jésus a choisi des hommes et tout ça et bon… J’estime que ça aurait peut-être été prématuré. Mais dans le cas des diacres…», disait-il en choisissant bien ses mots.

Pour un cardinalat laïc

Puis, il revint à la question des cardinaux.

«Moi quand j’avais eu cette audace – j’en ai payé le prix un peu, mais en tout cas – quand j’avais eu cette audace de souhaiter qu’un jour on ait des femmes cardinales, mon raisonnement était le suivant: la discipline de l’Église veut que les femmes n’aient pas accès au sacerdoce. Et puis, compte tenu du contexte dans lequel on est et que je viens d’expliquer, c’est pas grave. Je me suis plié volontiers aux directives du pape là-dessus. Mais le cardinalat, je ne vois pas pourquoi ce serait réservé – dans une Église où les laïcs ont de l’importance – aux prêtres.»

«C’est in extremis que, dans la réforme du droit canon, on ait spécifié que si quelqu’un est laïc, il doit être ordonné si on le nomme cardinal. Et s’il est prêtre, ou théologien, oh tout de suite, tout de suite, tout de suite évêque au plus vite», lançait-il en agitant ses mains. «Pourquoi? Dans le temps, ça pouvait se comprendre. Mais je sais que dans les discussions qui ont eu lieu entre les canonistes, ils ont hésité avec ça.»

Mgr Couture était d’avis que ce rôle – qu’il n’aura jamais rempli, puisque Jean-Paul II ne l’a jamais fait cardinal – offre des possibilités originales.

«Qu’est-ce qui empêcherait que le pape ait parmi ses conseillers une Mère Teresa ou un Jean Vanier? Ces gens-là auraient pu être de biens meilleurs conseillers que certains cardinaux qui ne font que répéter des choses que les confrères disent! L’éventail d’expérience, même parmi les cardinaux, ça ne couvre pas tout ça! Quelqu’un qui est sur le terrain, quelqu’un qui vit sa foi parmi le monde, c’est quelque chose!» disait-il. «Pourquoi ça ne serait pas des laïcs, dans une Église qui est ouverte aux laïcs?»

 

du même auteur

Un homme récolte du blé en Afghanistan en 2016. Ce pays fait partie des endroits où l'organisme canadien Développement et Paix soutient des projets.
2018-04-11 20:52 || Canada Canada

Des évêques québécois réitèrent leur soutien à Développement et Paix

À compter du 1er juin, Anne Létourneau sera professeure d'études de l'Ancien Testament à l'Institut d'études religieuses de l'Université de Montréal.
2018-04-09 17:32 || Québec Québec

Nouvelle professeure en études de l’Ancien Testament à l’UdeM

Le père rédemptoriste Samuel Baillargeon, que l'on voit ici sur une photo non datée, est décédé à l'âge de 95 ans.
2018-04-09 11:06 || Québec Québec

Décès de l’auteur de l’Almanach populaire catholique

articles récents

Le pape François a serré dans ses bras le jeune Emanuele, dont le père est récemment décédé, lors de la visite d'une paroisse de la banlieue romaine le 15 avril 2018.
2018-04-16 17:29 || Vatican Vatican

«Papa est-il au ciel?», demande un jeune garçon au pape

Georgette Brinberg allumant une bougie à l'église Saint Monica, à Montréal, où avait lieu la Commémoration chrétienne de la Shoah le 15 avril 2018.
2018-04-16 17:15 || Québec Québec

Une survivante de la Shoah témoigne dans une église de Montréal

Un homme récolte du blé en Afghanistan en 2016. Ce pays fait partie des endroits où l'organisme canadien Développement et Paix soutient des projets.
2018-04-11 20:52 || Canada Canada

Des évêques québécois réitèrent leur soutien à Développement et Paix