François répond aux questions des journalistes

Sommet de février: les évêques doivent réaliser la gravité des abus, dit le pape

Le pape François a répondu aux questions des journalistes à bord de l'avion le ramenant à Rome le 27 janvier 2019.
Le pape François a répondu aux questions des journalistes à bord de l'avion le ramenant à Rome le 27 janvier 2019.   (CNS photo/Paul Haring)
2019-01-29 12:13 || Vatican Vatican

L'objectif premier du sommet du Vatican de février sur les abus sexuels commis par des membres du clergé et la protection des enfants est d'aider les évêques à comprendre l'urgence de la crise, a déclaré le pape François.

Le 27 janvier, lors d'une conférence de presse avec les journalistes à bord de l’avion quittant le Panama, le pape a déclaré que les présidents des conférences épiscopales du monde avaient été convoqués à la réunion du 21 au 24 février au Vatican pour «être informés de la tragédie» vécues par les victimes abusées par des clercs.

«Je rencontre régulièrement des personnes maltraitées. Je me souviens d'une personne – âgée de 40 ans – qui était incapable de prier», a-t-il déclaré. «C’est terrible, les souffrances sont terribles. Alors, d’abord, [les évêques] doivent en prendre conscience.»

Le conseil des cardinaux du pape a suggéré le sommet après s'être rendu compte que certains évêques ne savaient pas comment aborder ou gérer la crise par eux-mêmes, a-t-il déclaré.

«Nous avons senti la responsabilité de donner une ‘catéchèse’ sur ce problème aux conférences des évêques», a-t-il déclaré. «C'est pourquoi nous avons convoqué les présidents» des conférences, les chefs des Églises catholiques orientales et les représentants des groupes de dirigeants des ordres religieux des hommes et des femmes.

La réunion, a-t-il dit, traitera «de manière claire» des protocoles que les évêques doivent suivre lorsqu'ils traitent des abus sexuels.

Interrogé sur les attentes pour la réunion, en particulier sur les attentes des catholiques frustrés par les révélations répétées faisant état d'abus et de dissimulation par certains évêques, le pape a déclaré que les gens devaient comprendre que «le problème des abus continuera».

«C'est un problème humain, un problème humain [qui est] partout», a-t-il déclaré.

Mais si l'Église prend davantage conscience de la tragédie des abus sexuels, a ajouté le pape, cela peut aider les autres à faire face à la crise des abus, en particulier dans les familles «où la honte conduit à tout cacher».

Prêtres mariés?

Parlant avec les journalistes pendant près d'une heure, on a demandé au pape s'il envisageait d'accepter de manière générale les hommes mariés au sacerdoce de rite latin, à l'instar de la pratique des églises catholiques orientales.

«Dans le rite oriental, ils peuvent le faire. Ils font le choix entre le célibat ou le mariage avant d'être ordonnés au diaconat», a-t-il expliqué. «En ce qui concerne le rite latin, une phrase de saint Paul VI vient à l’esprit: ‘Je préférerais donner ma vie plutôt que de changer la loi sur le célibat’.»

Le pape a déclaré qu'il pensait personnellement que «le célibat est un cadeau pour l'Église» et que, si l'on pouvait envisager un jour des prêtres mariés, dans des zones reculées où il n'y avait pas de prêtres, il n'était pas d'accord «de permettre le célibat optionnel».

«Ma décision est: pas de célibat optionnel», a déclaré le pape. «Je ne ferai pas cela. Je ne sens pas que je pourrais me tenir devant Dieu avec cette décision.»

Crise politique au Venezuela

Le pape François a également été interrogé sur sa réaction à la crise politique au Venezuela ainsi que sur l'attitude apparemment neutre du Vatican, malgré les éléments qui laissent croire que l'élection pour un second mandat du président Nicolas Maduro a été truquée.

Plus tôt dans la journée, alors qu'il visitait un hospice dirigé par des catholiques au Panama, le pape a prié pour le peuple vénézuélien et a exprimé son espoir qu'une «solution juste et pacifique puisse être recherchée et obtenue pour surmonter la crise».

Bien que les États-Unis et plusieurs pays européens aient reconnu le président de l'Assemblée nationale, Juan Guaido, comme le chef d'État légitime du pays, ce n'est pas le cas du Vatican.

Le pape François a déclaré aux journalistes que, s'il soutenait pleinement la souffrance du peuple vénézuélien, choisir un parti dans la crise «constituerait une imprudence pastorale de ma part et causerait des dommages».

«C'est pourquoi je devais être – je n'aime pas le mot ‘équilibré’ – je dois être un berger pour tous et s'ils ont besoin d'aide, ils doivent parvenir à un accord et le demander», a-t-il déclaré.

Le pape a déclaré qu'il avait bien réfléchi à ses paroles à la population du pays, car «je souffre pour ce qui se passe au Venezuela en ce moment».

«Qu'est-ce qui me fait peur? Une effusion de sang», a déclaré le pape. «Et c'est pourquoi je demande la générosité de ceux qui peuvent aider à résoudre le problème.»

Avortement et miséricorde

Le pape François a également abordé la question de l'avortement, l'un des thèmes de la Via Crucis lors de la Journée mondiale de la jeunesse le 25 janvier.

Au cours de la 14e station – celle où Jésus est mis au tombeau – un jeune pèlerin a lu une réflexion sur toutes les tombes où ceux qui sont morts sont décédés. «Cependant», a déclaré la réflexion, «il y a une tombe qui pleure au ciel et dénonce la terrible cruauté de l'humanité: c'est la tombe qui s'ouvre dans le ventre de mères qui déchirent une vie innocente».

Interrogé sur la manière dont les mots pourraient être en harmonie avec ses appels à la miséricorde, y compris pour les femmes qui ont subi un avortement, le pape François a déclaré que le «message de la miséricorde est destiné à tous, y compris à l'être humain en gestation».

Pardonner les femmes qui ont avorté n'est pas le problème, a-t-il dit; il s'agit plutôt d'apprendre à accompagner des femmes qui ont compris et regrettent ce qu'elles ont fait.

Les gens ne comprennent pas le traumatisme subi par les femmes après un avortement, a déclaré le pape. Souvent, ceux qui regrettent leur avortement «ressentent le besoin de se réconcilier et de rejoindre leur enfant».

«Je leur dis: votre enfant est au paradis, parlez-lui, chantez-lui la berceuse que vous n’avez jamais pu chanter», a déclaré le pape François. «Là, un chemin de réconciliation peut être trouvé entre mère et enfant. Le pardon avec Dieu est déjà là. Dieu pardonne toujours.»

Junno Arocho Esteves

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Selon le pape émérite Benoît XVI, la crise des abus sexuels ne doit pas mener à vouloir redéfinir l'Église.
2019-04-11 16:25 || Vatican Vatican

La crise des abus ne doit pas mener à redéfinir l'Église, dit Benoît XVI

Le pape François et le cardinal Sean P. O'Malley, président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, ont discuté ensemble au Vatican le 4 avril 2019.
2019-04-08 11:11 || Vatican Vatican

Protection des mineurs: la commission précise la suite

À Mumbai, de jeunes Indiens visionnent un film sur leur cellulaire.
2019-04-03 10:41 || Vatican Vatican

Les aléas des mondes numériques abordés dans le nouveau document papal

articles récents

Selon le pape émérite Benoît XVI, la crise des abus sexuels ne doit pas mener à vouloir redéfinir l'Église.
2019-04-11 16:25 || Vatican Vatican

La crise des abus ne doit pas mener à redéfinir l'Église, dit Benoît XVI

Une rue de Tacloban, aux Philippines. Des dirigeants bien en vue de l'Église des Philippines ainsi que d’organismes dénoncent le moratoire imposé par l'organisme canadien Développement et Paix à au moins quatre associations de ce pays, accusées «de violer l'enseignement social de l'Église».
2019-04-08 12:00 || Canada Canada

Des Philippins fustigent l'opacité du processus d'enquête

Le pape François et le cardinal Sean P. O'Malley, président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, ont discuté ensemble au Vatican le 4 avril 2019.
2019-04-08 11:11 || Vatican Vatican

Protection des mineurs: la commission précise la suite