À la cathédrale Sainte-Trinité

Un ancien journaliste ordonné évêque anglican à Québec

  • Imposition des main sur la tête de Bruce Myers.
  • Moment d'émotion pour Bruce Myers après l'imposition des mains.
  • La célébration eucharistique était présidée par l'évêque anglican de Québec, Mgr Dennis Drainville.
  • Plusieurs membres des Premières Nations prenaient part à l'événement, tant du côté du clergé que chez les fidèles.
  • L'évêque coadjuteur de Québec, Mgr Bruce Myers, et l'évêque anglican de Québec, Mgr Dennis Drainville, lors de la procession de sortie.
  • Bruce Myers (livret brun) lors de la procession d'entrée pour son ordination épiscopale.
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2016-05-06 15:02 || Québec Québec

«Mystique». C’est le terme retenu par Bruce Myers pour qualifier l’expérience qu’il venait de vivre au moment où, dans le cadre de son ordination épiscopale qui avait lieu jeudi soir à la cathédrale anglicane Sainte-Trinité de Québec, une douzaine d’évêques ont posé une main sur sa tête.

«J’ai le sentiment d’avoir été porté et soutenu dans la prière», a-t-il confié à l’issue de son ordination, disant qu’au moment de l’imposition des mains, il a ressenti une pression à la fois réelle et figurée: la pression des mains, mais aussi celle de devenir d’ici quelques mois le 13e évêque anglican de Québec.

L’ordination du nouvel évêque coadjuteur – élu à ce poste l’automne dernier – avait des allures de retour au bercail. C’est effectivement dans le diocèse de Québec que Bruce Myers a fait ses premiers pas dans les ministères ordonnés.

Ancien journaliste attitré à la couverture de l’Assemblée nationale à Québec, Mgr Myers, 43 ans, devient non seulement l’un des plus jeunes évêques au Canada, mais également dans le monde. Quand l’actuel évêque anglican de Québec, Mgr Dennis Drainville, prendra sa retraite, c’est Mgr Myers qui lui succédera. Mgr Drainville annoncera le 1er décembre à quel moment il entend quitter ses fonctions.

Un événement couru

En début de soirée, une volée de cloches retentissait dans le Vieux-Québec et attirait les curieux tandis que, sur le parvis de la cathédrale Sainte-Trinité, s’agglutinaient divers membres du clergé anglican et des représentants d’autres Églises chrétiennes. Ils ont formé une colonne pour entrer en procession dans une cathédrale remplie de fidèles, mais aussi d’amis et de membres de la famille de Bruce Myers.

La célébration de deux heures était présidée par l’archevêque de Western Newfoundland, Mgr Percy Coffin. Le primat de l’Église anglicane du Canada, Mgr Fred Hiltz, l’évêque national indigène, Mgr Mark McDonald, l’évêque de Montréal, Mgr Mary Irwin-Gibson, l’évêque nationale de l’Église évangélique luthérienne – qui est en pleine communion avec l’Église anglicane du Canada – Mgr Susan Johnson, et l’évêque anglican retraité de Québec, Mgr Bruce Stavert, faisaient entre autres partie des nombreuses personnalités religieuses présentes à l’ordination. Plusieurs membres de l’Église Unie du Canada, dont la pasteure de la paroisse Chalmers-Wesley de Québec, Leigh Sinclair, et l’évêque auxiliaire catholique de Québec, Mgr Gaétan Proulx, assistaient aussi à l’événement.

Au moment de l’homélie, John St-Helier Gibaut, le directeur de Unity, Faith, and Order (Unité, Foi et Ordre) pour la Communion anglicane, a transmis à Bruce Myers les salutations de l’archevêque de Cantorbéry, Mgr Justin Welby. Il a ensuite longuement parlé de la fête de l’Ascension qui coïncidait avec cette ordination.

«Quand tu quitteras cet endroit, a-t-il lancé à Bruce Myers, tu auras 2000 ans.» Il faisait ainsi référence aux racines christiques de son rôle d’évêque. Il a également salué l’engagement œcuménique de longue date du nouvel évêque coadjuteur, l’invitant à ne jamais tenir pour acquis les fruits de l’œcuménisme.

Après l’homélie, le futur évêque fut présenté à l’archevêque Percy Coffin en français, en anglais et en naskapi. Après s’être allongé quelques minutes face contre terre pour la litanie d’ordination, Bruce Myers s’est agenouillé devant Mgr Coffin. Les autres évêques se sont placés en cercle autour de lui pour l’imposition des mains. «Répands ton Esprit saint sur ton serviteur, Bruce, que nous consacrons aujourd’hui en ton nom pour la tâche et la fonction d’évêque dans l’Église», a prié Mgr Coffin.

Quand cette prière fut terminée, Bruce Myers s’est attardé un instant à genoux. Visiblement ému, il a essuyé quelques larmes.

Ses filleuls sont ensuite venus le revêtir d’une étole, d’une chasuble et d’une mitre. Sa mère lui a passé l’anneau épiscopal au doigt. On lui remit également sa croix pectorale et une Bible. Et Mgr Coffin lui donna une crosse. «Je vous présente Bruce, évêque dans l’Église de Dieu», annonça-t-il d’une voix forte, suscitant un tonnerre d’applaudissements.

Avec sa voix radiophonique, Mgr Myers prononça ses premières paroles comme évêque: «Jésus dit : ‘Je vous laisse la paix, je vous donne la paix.’ Alléluia! Que la paix du Seigneur soit toujours avec vous.»

Accueil enthousiaste

Au terme de la célébration eucharistique qui suivit, une foule bigarrée comprenant des diocésains, plusieurs jeunes, des évêques, des membres des Premières Nations, se pressait autour de Mgr Myers. Parmi ceux qui souhaitaient faire des photos du nouvel évêque se trouvait Mgr Mary Irwin-Gibson, évêque de Montréal depuis l’automne dernier.

«Nous sommes deux nouveaux évêques bilingues», a-t-elle observé, téléphone intelligent en main, attendant elle aussi son tour pour photographier Mgr Myers. Elle ne croit pas que le rapport entre les diocèses de Montréal et de Québec se dirige vers une fusion, comme certains l’évoquent depuis quelques années. En revanche, elle est confiante que de nouveaux partenariats pourront s’établir éventuellement avec Mgr Myers.

De son côté, l’évêque de Québec rayonnait. Mgr Dennis Drainville avait déjà laissé entendre à la fin des années 2000 qu’il pourrait peut-être devenir le dernier évêque anglican de Québec. Visiblement, ce ne sera pas le cas.

«Je suis très heureux. J’ai beaucoup d’espoir. Il est jeune, ça va donner le temps de travailler dans divers ministères», a commenté Mgr Drainville.

Le représentant de l'archidiocèse catholique de Québec, l’évêque auxiliaire Gaétan Proulx, se réjouissait à l’idée d’avoir comme voisin un spécialiste de l’œcuménisme en la personne de Mgr Myers. «C’est une bonne nouvelle. D’ailleurs, Mgr Myers vit en ce moment même avec nous à l’archevêché!», a indiqué Mgr Proulx. Mgr Myers s’est en effet installé temporairement chez les évêques catholiques de Québec, à quelques rues de la cathédrale anglicane.

La soirée s’est terminée sous une grande tente blanche montée à l’extérieur, à côté de la cathédrale Sainte-Trinité. Le primat de l’Église anglicane du Canada, Mgr Fred Hiltz, s’est emparé du micro pour rappeler devant les convives les qualités requises chez un évêque.

«Si nous ne voyons pas ces qualités chez cet homme ce soir, alors nous sommes aveugles», a déclaré Mgr Hiltz sous les rires et les applaudissements. «Bruce, bienvenue dans l’épiscopat», a-t-il ajouté en le prenant dans ses bras.

 

du même auteur

Sans le dire explicitement, cette sortie publique de Mgr Lépine est une réaction au texte de La Presse intitulé «Dieu guérira ton cancer» publié le samedi 17 août.
2019-08-19 16:34 || Québec Québec

L’Église de Montréal se dissocie des pressions spirituelles exercées sur des personnes vulnérables

Construite entre 1882 et 1887 d’après les plans de David Ouellet, Notre-Dame-des-Neiges est emblématique par ses cinq clochers, un aménagement particulier pour une église québécoise.
2019-08-16 14:32 || Québec Québec

L'église emblématique de Trois-Pistoles classée patrimoniale

Le Cyclorama vers 1900, à l'époque des pèlerinages en bateau à Sainte-Anne-de-Beaupré.
2019-08-09 15:09 || Québec Québec || 2 Commentaire(s)

Cyclorama, mesure et démesure

articles récents

Le pape est accueilli par un autochtone au Coliseo Regional Madre de Dios à Puerto Maldonado, au Pérou, le 19 janvier 2018.
2019-08-15 16:00 || Monde Monde

Le pape explique sa démarche pour l'Amazonie dans une entrevue

Le père Alain Ambeault est le nouveau directeur général de la Conférence religieuse canadienne
2019-08-14 19:15 || Canada Canada

«Le sens profond de l'engagement à la vie consacrée doit renaître»

Les évêques du Canada estiment qu'ils sont les gardiens ou les intendants des sommes versées chaque année par les catholiques à l'organisme Développement et Paix. Une telle affirmation fait toutefois sourciller un expert.
2019-08-07 11:00 || Canada Canada

Les évêques peuvent-ils retenir les dons versés à Développement et Paix?