Michael Blair

Un Noir au sommet de l’Église Unie du Canada

L’Église Unie du Canada a annoncé le 28 août la nomination du pasteur Michael Blair au poste de secrétaire général, la fonction la plus élevée en son sein.
L’Église Unie du Canada a annoncé le 28 août la nomination du pasteur Michael Blair au poste de secrétaire général, la fonction la plus élevée en son sein.   (Courtoisie Église Unie du Canada)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2020-09-03 17:32 || Canada Canada

L’Église Unie du Canada a annoncé la nomination du pasteur Michael Blair au poste de secrétaire général, la fonction la plus élevée en son sein. C’est la première fois que la plus grande Église protestante au pays confie ce poste à un Noir, une nouvelle qui est bien accueillie à l’interne.

«Ça démontre l’ouverture et la diversité qui existent depuis longtemps à l’intérieur de l’Église Unie», souligne Éric Hébert-Daly, responsable des ministères en français pour l’Église Unie du Canada.

Il explique que l’ancienne secrétaire générale, Nora Sanders, a annoncé en octobre dernier son intention de partir à la retraite. Le poste est donc ouvert depuis plusieurs mois, c’est-à-dire bien avant le regain de mouvements antiracisme à l’instar de Black Lives Matter. La nomination du pasteur Blair n’est donc pas une réaction à un contexte précis, même si elle revêt une importance symbolique.

«Le timing peut paraître bizarre. Mais ce n’est pas une question de couleur de peau, mais d’avoir à ce poste une personne compétente qui travaille et milite au sein de l’Église depuis de nombreuses années», ajoute M. Hébert-Daly, qui précise que c’est également la première fois qu’une personne ouvertement homosexuelle occupe ce poste.

Michael Blair travaille au bureau du Conseil général de l’église à Toronto depuis huit ans. Il était ministre exécutif de l’unité de l’Église en mission au moment de sa nomination. Ce poste l’amenait à travailler à l’international. Il était également directement lié aux ministères francophones au Canada. Comme secrétaire général, il supervisera plusieurs dizaines d'employés et travaillera en étroite collaboration avec le modérateur, élu pour une période de trois ans, qui agit comme chef spirituel et porte-parole de l’Église.

Né en Jamaïque et issu de la tradition anglicane, Blair a immigré au Canada avec sa famille et a été ordonné pasteur pour la Convention Baptist Church. Il est devenu pasteur dans l’Église Unie en 2010.

«Le pasteur Blair a été nommé au poste par l’exécutif du Conseil général lors d’une rencontre en ligne, tenue le 27 août. Le processus de recherche a duré 10 mois», précise un communiqué émis par l’Église Unie.

D’origine sénégalaise, le pasteur Samuel Vauvert Dansokho, de la Plymouth-Trinity United Church à Sherbrooke, a fait partie du comité de sélection qui a jeté son dévolu sur Michael Blair.

«S'il est vrai que ce sont des qualifications exceptionnelles et une vaste expérience qui lui ont valu cette distinction, l'histoire retiendra aussi du pasteur Michael B. Blair ces aspects qui en font un point de référence : son appartenance ethnique, sexuelle et culturelle», reconnait-il.

Il qualifie ce choix de «bénédiction pour l’Église Unie, le Canada et le monde entier».

«L'on se demandera si la décision est politiquement correcte ou si elle est simplement le parfum de l'air du temps», confie le pasteur Dansokho.

«En tant que personne d'origine africaine, fier et conscient de mes origines et de mon identité culturelle, je me force à m'imposer ces interrogations même si elles me font mal et me paraissent illégitimes, car je suis pleinement conscient qu'on ne se les pose pas systématiquement avec "les autres", avance-t-il. Il y a encore des progrès à faire, toutefois,  les pincements de cœur que j'éprouve devant certaines manifestations (tues ou explicites) de préjudice ou de racisme systémique ne l'emportent pas sur ma joie et ma fierté: la joie que l'Église Unie du Canada a eu la sagesse de s’être choisie le meilleur candidat; la fierté d’appartenir à une confession religieuse qui a le courage de ses positions et en témoigne tout en gardant les yeux grand ouverts sur ce qui constitue Michael Blair en tant qu’unique individu, à savoir l'origine ethnique, l'appartenance culturelle, l'orientation sexuelle ou les sensibilités théologiques et idéologiques.»

Depuis de nombreuses années, l’Église Unie du Canada se montre soucieuse d’adopter un ton plus ouvert et progressiste envers les Premières Nations, les minorités visibles et les personnes LGBTQ. Cela dit, les enjeux liés au racisme continuent d’alimenter la réflexion de plusieurs membres, qui estiment que l’Église peut toujours faire mieux.

«Le racisme systémique qui existe à l’intérieur de toute les Églises et de la société, nous sommes capables de le reconnaître et de mettre des gens en place pour nous aider à couvrir ces angles morts», croit Éric Hébert-Daly, qui se réjouit de voir son Église passer de la parole aux actes avec l’embauche du nouveau secrétaire général.

La pasteure Leigh Sinclair, qui a travaillé en lien avec la Robertson-Wesley United Church à Edmonton au cours des dernières années, a aussi salué la nomination de Michael Blair, soulignant qu’il parait être la bonne personne pour traverser une période rendue encore plus complexe par la COVID-19.

Évoquant son impact possible sur une Église présente partout au pays, elle croit que «son leadership dans notre apprentissage et notre travail de lutte contre le racisme est vital alors que nous continuons à devenir interculturels et antiracistes».

Michael Blair débutera officiellement son mandat comme secrétaire général le 1er novembre 2020. Au moment de sa nomination, il était en vacances et n’était en pas mesure de parler aux médias.

***

 

 

du même auteur

Julie Breton, qui enseigne le cours Éthique et culture religieuse au secondaire, a puisé dans ses valeurs personnelles pour créer le groupe Facebook «J'ai eu la COVID» qui comprend près de 8000 membres.
2020-11-29 18:05 || Québec Québec

Les choix éthiques de l'enseignante derrière «J'ai eu la COVID»

Lyne Robichaud sauve des statues religieuses appartenant à des particuliers et les restaure. Un passe-temps qui l’amène à réfléchir sur notre rapport à ces objets de piété qui finissent trop souvent à la poubelle.
2020-11-26 14:15 || Québec Québec

Une autodidacte sauve des statues religieuses

Bibliste féru de musique rock et heavy metal, Francis Daoust est directeur général de la Société catholique de la Bible (SOCABI). Il prépare un livre qui portera sur la figure du diable dans l’Ancien Testament.
2020-10-27 09:57 || Monde Monde

Diable! Ce que ses représentations populaires doivent à la Bible

articles récents

Incapable de résoudre les problèmes de son diocèse et de relever les défis qui s'y sont présentés depuis son arrivée il y a deux ans, Mgr Robert Bourgon, l'évêque de Hearst-Moosonee, a offert au pape François de démissionner de son poste.
2020-11-30 15:36 || Canada Canada

Démission de l'évêque de Hearst-Moosonee

Le chancelier de l'archidiocèse de Montréal, Mgr François Sarrazin, dont le nom est mentionné plusieurs fois dans le rapport Capriolo, a remis sa démission le 19 novembre 2020 pour des raisons de santé.
2020-11-30 11:32 || Québec Québec

Figure-clé du rapport Capriolo, le chancelier démissionne pour «des raisons de santé»

«La juge Capriolo a fait un excellent travail», estime le théologien Jean-Guy Nadeau, un spécialiste des abus sexuels dans l'Église et dans la société.
2020-11-26 16:01 || Québec Québec

Rapport Capriolo: «C'est profondément troublant»