Chronique de Jean-Claude Leclerc

Einstein et «le problème humain le plus important»

«Vendue aux enchères pour 2,89 millions de dollars, la lettre d’Albert Einstein réitérant, peu avant sa mort, qu’il tenait la Bible pour un recueil de «légendes vénérables» mais «assez primitives», n’apportait guère, en 1954, de quoi éclairer le débat sur la science et la religion.»
«Vendue aux enchères pour 2,89 millions de dollars, la lettre d’Albert Einstein réitérant, peu avant sa mort, qu’il tenait la Bible pour un recueil de «légendes vénérables» mais «assez primitives», n’apportait guère, en 1954, de quoi éclairer le débat sur la science et la religion.»   (Illustration Présence)
Jean-Claude Leclerc | Chroniqueur
Chroniqueur
2018-12-18 10:25 || Monde Monde

Vendue aux enchères pour 2,89 millions de dollars, la lettre d’Albert Einstein réitérant, peu avant sa mort, qu’il tenait la Bible pour un recueil de «légendes vénérables» mais «assez primitives», n’apportait guère, en 1954, de quoi éclairer le débat sur la science et la religion. Avant lui, d’autres penseurs avaient soutenu que les croyances aux puissances divines n’étaient que superstitions humaines. L’athéisme, mot venu de l’antiquité grecque, ne s’est répandu qu’à l’ère moderne.

Pourtant les humains, peu après leur apparition, ont cru que des forces mystérieuses se cachaient dans les astres et dans les manifestations de la nature. Ils voulurent les apaiser par des offrandes et des sacrifices. Dans plus d’une culture, on refusa de voir disparaître à jamais ses proches bien-aimés. On inventa des cérémonies les accompagnant dans un au-delà. Leur âme y survivrait, avec ou sans le corps. Des défunts restèrent présents chez les vivants. Et, dans maintes sociétés, l’autorité des dieux allait tôt s’imposer.

Il revenait à des philosophes allemands du XIXe siècle de nier l’existence de Dieu, et d’en faire une simple fabrication de l’espèce humaine: réponse illusoire à ses propres misères et projection idéale de ce que l’on n’osait voir de grand en soi ou de l’affirmer. Les religions ne seraient qu’une aliénation exploitée par des institutions cléricales et politiques. D’où l’hostilité à l’endroit des Églises en Occident et l’émergence de mouvements promettant l’arrivée d’un homme nouveau.

Einstein et le divin

Telle n’est pas l’influence décisive qui fit d’Einstein – un juif d’abord croyant et pratiquant – le critique qu‘il deviendra des religions et du judaïsme. Le physicien gagnant du Nobel en 1921 ne peut réconcilier les lois de l’univers avec les interventions qu’on attribue aux divinités. Le monothéisme juif n’est pas, à ses yeux, une réponse au polythéisme. Les juifs, écrit-il, ne sont «pas meilleurs» que les autres groupes humains. Il ne voit rien d’«élu» chez eux, sauf d’avoir été «protégés des pires excès par leur manque de pouvoir».

Dès sa jeunesse, confie-t-il dans des notes autobiographiques, des dogmes fondés sur des histoires contestables de la religion et sur des mensonges intentionnels de l’État l’on rendu méfiant à l’égard de toute forme d’autorité. Il en résulte chez lui un scepticisme envers les convictions de n’importe quel milieu social, «une attitude qui depuis, dit-il, ne m’a jamais quitté». La science, dans un domaine comme le cosmos, exigeant rigueur, discussion sinon expérimentation, l’aura confirmé dans son orientation.

Le savant en lui est convaincu qu’une loi causale régit tout événement et qu’un être tout-puissant ne saurait intervenir dans le processus cosmique. Il ne peut non plus «imaginer un Dieu qui récompense et punit l’objet de sa création». Il est inconcevable, affirme-t-il, qu’un être survive à la mort de son corps. Ces vues datent chez lui des années 1930. Paradoxalement, d’autres savants vont concevoir avec lui un engin nucléaire, qui exterminera Hiroshima et Nagasaki et laissera la pire invention à ce jour menaçant l’avenir de l’humanité.

Au sortir d’une Deuxième Guerre mondiale que ni valeurs religieuses ni idéaux humanistes ne purent empêcher de sombrer dans des destructions massives et des génocides, force fut aux savants comme aux croyants de revoir l’ordre des priorités fondamentales de l’humanité.

Imperfection

Einstein ne cache pas son admiration de la beauté ainsi que sa croyance dans la simplicité logique de l’ordre et de l’harmonie de l’univers, mais avoue qu’il faut se contenter d’une science et d’une compréhension «imparfaites». Non sans aussitôt ajouter qu’il importe non seulement de traiter «comme un problème purement humain» les valeurs et les obligations morales mais aussi et surtout comme «le problème humain le plus important».

Ne pas avoir une foi religieuse n’empêche pas ce scientifique d’être pacifiste et d’avoir une conscience morale. Certaines questions n’ont rien d’académique et commandent de prendre position. Ainsi Einstein trouvera nuisibles et même dangereuses certaines activités catholiques aux États-Unis (son pays d’adoption) et partout dans le monde. Il mentionne «la lutte contre le contrôle des naissances à un moment où la surpopulation dans différents pays menace gravement la santé des populations et toute tentative d’organiser la paix sur cette planète».

On prête à Einstein le mot suivant: «Il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine, mais pour l’univers, je n’ai pas de certitude absolue.» Ce savant n’a pas manqué de railler la bêtise religieuse. Mais la folie suicidaire de nouvelles croyances politiques allait tôt confirmer que «l’homme sans dieu» était lui aussi capable des pires aliénations. S’il revenait parmi nous, que dirait Einstein de la bêtise scientifique d’aujourd’hui?

Certes, des savants mettent en garde les sociétés actuelles contre les dangers mortels que fait courir à l’humanité et à la planète une soi-disant civilisation mondiale qui écrase aveuglément la nature et la vie. Mais en même temps d’autres savants prêtent leurs découvertes à des progrès illusoires. On ne compte plus les professions qui font passer l’enrichissement personnel avant le service de leurs contemporains. Qu’elle vienne du ciel ou bien de la nature, la conscience morale reste «le problème humain le plus important».

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement 2018 pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Un missile intercontinental chinois Dongfeng-41 est exhibé à Pékin en novembre 2019. Jean-Claude Leclerc s'inquiète de la militarisation de l'espace.
2020-05-06 16:41 || Monde Monde

L’équilibre de la terreur se met en orbite

Ce couple s'est marié sans invités à Naples (Italie) le 20 mars 2020. «La solidarité fait des miracles, certes, mais quel pays saura, sinon ramener une existence normale, du moins refaire la capacité d’affronter d’autres fléaux?», demande le chroniqueur Jean-Claude Leclerc.
2020-03-24 09:52 || Monde Monde

Le retour des temps tragiques

À Téhéran, un homme se réjouit le 8 janvier 2020 des frappes iraniennes en riposte aux frappes américaines qui ont tué le général Qassem Soleimani le 3 janvier.
2020-01-09 10:15 || Monde Monde

Quelle apocalypse faudra-t-il pour secouer la conscience contemporaine?

articles récents

2020-12-04 17:06 || Québec Québec

Campagne de financement – 5e anniversaire

«Annuler un repas, un rassemblement, un réveillon, voire même une messe, n’invalide pas Noël et annule encore moins ses traditions, qui n’ont pas à être confondues avec des habitudes», écrit Philippe Vaillancourt.
2020-12-03 10:04 || Québec Québec

Noël annulé, Noël magnifié

Des gens expriment leur joie dans les rues de Los Angeles (Californie) le 7 novembre après l'annonce que le démocrate Joe Biden est le président-élu.
2020-11-09 11:45 || Monde Monde

Après Trump, du cynisme à l'espérance