COVID-19

En Oregon, des catholiques se disent «persécutés» par les mesures sanitaires

Plus de 400 manifestants se sont rassemblés devant le Capitole de l'Oregon le 28 novembre pour faire pression contre les limites imposées par l'État sur la fréquentation des églises.
Plus de 400 manifestants se sont rassemblés devant le Capitole de l'Oregon le 28 novembre pour faire pression contre les limites imposées par l'État sur la fréquentation des églises.   (CNS photo/Ed Langlois, Catholic Sentinel)
2020-12-01 10:37 || Monde Monde

Plus de 400 manifestants brandissant des drapeaux et récitant le chapelet se sont rassemblés devant le Capitole de l'Oregon le 28 novembre pour faire pression contre les limites imposées par l'État sur la fréquentation des églises dans ses efforts pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Les manifestants appelaient aussi à cesser de «marginaliser» la foi dans la vie publique.

«Nous ne céderons pas un centimètre de plus de liberté religieuse à un quelconque gouvernement», a déclaré le père Theodore Lange, aumônier des Chevaliers de Colomb de l'Oregon.

Les Chevaliers ont organisé le rassemblement après que le gouvernement Kate Brown ait annoncé une limite de 25 personnes dans les églises de l'État. Après les protestations de l'archevêque Alexander K. Sample et d'autres dirigeants, le 25 novembre, Kate Brown a étendu la fréquentation des églises à 25 % de leur capacité, ou à 100 personnes, selon le nombre le plus faible.

Cette concession ne semble pas avoir satisfait les manifestants.

Ils ont scandé «Nous voulons Dieu!», appelant les églises à être complètement ouvertes. La plupart portaient des masques, mais beaucoup se sont tenus côte à côte, au mépris des demandes des organisateurs et des directives de l'État pour aider à prévenir la propagation du virus.

Les participants ont estimé que le rassemblement public était essentiel. «C'est simple. Je veux que nous retournions à l'église», a déclaré Patrick Rice, chevalier de Colomb et membre de la paroisse St. Peter de Newberg, qui tenait une pancarte sur laquelle était écrit «Ouvrez nos églises!»

Les protections du Premier Amendement en matière de pratique religieuse ne peuvent pas être traitées à la légère, a déclaré M. Rice au Catholic Sentinel, journal de l'archidiocèse de Portland.

Ray Prom, le directeur religieux des Chevaliers, a déclaré que le seul but du rassemblement était de permettre aux «pratiquants de l'Oregon de retourner sur leurs bancs».

Des centaines de catholiques vietnamiens y ont participé.

«Nous sommes ici aujourd'hui pour parler d'une seule voix: arrêter la répression religieuse», a déclaré Young Tran, un réfugié du Vietnam et membre de la paroisse de Notre-Dame de La Vang à Happy Valley, Oregon. «C'est arrivé dans notre ancien pays, un pays communiste et socialiste, et cela commence à se produire ici maintenant.»

Le groupe vietnamien a chanté un chant de «foi» et de «liberté» pour la foule, qui a applaudi la prestation.

«Nous n'avons jamais pensé que lorsque nous nous sommes échappés du Vietnam, nous serions persécutés ici aux États-Unis», a déclaré le père Ansgar Pham, pasteur de Notre-Dame de La Vang. «C'est vraiment douloureux.»

Le père Lange a expliqué que la persécution en Oregon n'est pas du genre violent dont souffrent les chrétiens du Moyen-Orient aujourd'hui ou les croyants au Vietnam ou au Mexique dans les années passées. Mais la répression par la politique publique est toujours mauvaise, a dit le prêtre.

«Nous recevons de vous, mon Père, le devoir de dire clairement et fort que nous sommes créés par vous et que notre droit de vous adorer vient de vous et qu'aucun gouvernement ne peut réprimer cela», a prié le père Lange.

Il a dit à la foule que les gouvernements devraient reconnaître la présence et l'autorité divines.

«Nous ne faisons pas cela pour notre propre bien. Nous le faisons par solidarité avec les millions de chrétiens qui ont perdu leur vie pour le Christ», a déclaré le père Lange. «Nous le faisons pour les générations futures. Nous le faisons parce que nous aimons Dieu, nous aimons les États-Unis et nous aimons l'Oregon.»

L'allégeance est due à Dieu, pas aux gouverneurs, a déclaré Kevin Mannix, un catholique de Salem, philanthrope et leader politique républicain. Rappelant à la foule que la pandémie est grave et qu'il faut suivre les mesures sanitaires, il a suggéré que les églises puissent au moins bénéficier du même traitement que les épiceries, dont la capacité est autorisée à 75%.

Mannix a soutenu que la récente politique de l'État équivaut à un trop grand contrôle du gouvernement sur les individus, ce qui a poussé la foule à crier son assentiment. Il a cité une affaire du 25 novembre devant la Cour suprême des États-Unis, dans laquelle une majorité de 5 à 4 personnes a jugé que les limites imposées par New York aux fidèles empiétaient trop sur la liberté de religion.

«Nous devons poursuivre dans cette voie», a déclaré Ron Boyce, député des Chevaliers de Colomb de l'État de l'Oregon. «Cela ne peut pas se faire en un jour. Il faut que ce soit une chose de tous les jours. Nous n'allons pas reculer.»

La foule de manifestants a rempli la zone du côté sud du Capitole. Du côté nord, un autre rassemblement a eu lieu au même moment. Une centaine de personnes ont agité des drapeaux et scandé des slogans en signe de sympathie pour la contestation juridique des résultats de l'élection présidentielle du 3 novembre par le président Donald Trump.

Ed Langlois

***

 

 

du même auteur

Beate Gilles, une théologienne de 50 ans, devient la première femme à diriger le secrétariat des évêques. Son mandat débutera le 1er juillet 2021. Son élection survient alors que l'Église allemande est à nouveau plongée dans la tourmente sur la question des abus sexuels.
2021-02-26 16:33 || Monde Monde

Une femme élue secrétaire générale des évêques allemands

L'organisation caritative internationale catholique Aide à l'Église en détresse (AED) a déclaré qu'elle trouvait «très plausible» l'affirmation d'une ancienne employée selon laquelle le père Werenfried van Straaten, son fondateur, l'avait agressée sexuellement dans les années 1970.
2021-02-13 09:00 || Monde Monde

Le fondateur de l'Aide à l'Église en détresse accusé d'agression sexuelle

Le 9 février, un juge fédéral de Brooklyn a bloqué définitivement les limites de capacité de l'État de New York pour le culte dans les synagogues orthodoxes dans les zones où le taux de propagation de la COVID-19 est élevé.
2021-02-12 16:06 || Monde Monde

Lieux de culte: la Cour bloque les limites dans l'État de New York

articles récents

«Il est inacceptable que des rassemblements soient autorisés dans des salles de cinéma pour un maximum de 250 personnes, alors que les lieux de culte sont limités à 10 personnes dans les zones rouges», martèle la Table interreligieuse de concertation dans un nouveau communiqué.
2021-02-23 07:42 || Québec Québec

Lieux de culte: au tour de la Table de réclamer la capacité de 30 %

Le cardinal Lacroix demande aux catholiques de ne pas «demeurer silencieux devant les décisions prises par les autorités» et les encourage à «faire connaître leurs préoccupations et leurs questionnements aux élus qui les représentent et aux personnes responsables».
2021-02-22 14:12 || Québec Québec

Lieux de culte: nouvelles pressions catholiques sur le gouvernement

En zone orange, 25 personnes pourront être accueillies dans un lieu de culte. La limite de 10 est maintenue pour les zones rouges.
2021-02-02 19:19 || Québec Québec

Zones oranges: jusqu'à 25 personnes pour les lieux de culte