Face aux critiques répétées

Des universitaires se portent à la défense du cours Éthique et culture religieuse

Mireille Estivalèzes.
Mireille Estivalèzes.   (Courtoisie)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2016-10-06 14:04 || Québec Québec

La publication récente du collectif La face cachée du cours Éthique et culture religieuse a relancé le débat sur la pertinence d’un enseignement sur le fait religieux à l’école. Deux universitaires, Mireille Estivalèzes et Sivane Hirsch prennent la défense du programme tout en reconnaissant la validité de certaines critiques.

Sivane Hirsch, professeure de didactique de l'éthique et de la culture religieuse au secondaire à l’Université du Québec à Trois-Rivières, n’est pas très impressionnée par les critiques formulées dans le livre La face cachée du cours Éthique et culture religieuse.

«Les opposants parlent beaucoup, crient fort et écrivent des mémoires. Souvent certains, lorsqu’ils parlent de religions, perdent leur sang-froid. Bien que très animés par leur cause, ils ne disent rien de nouveau», estime-t-elle.

[LIRE AUSSI: On formate les cerveaux à la pensée religieuse» - Daniel Baril]

Pour sa part, Mireille Estivalèzes, professeure agrégée au Département de didactique de l’Université de Montréal et spécialiste du programme Éthique et culture religieuse, croit que les auteurs veulent simplement renvoyer la religion dans la sphère du privé.

«Intellectuellement parlant, cette position est assez questionnable et réductrice, croit-elle. On ne peut pas faire l’économie du religieux si l'on veut comprendre les œuvres littéraires, artistiques et la réflexion philosophique.»

Cependant, les professeures Hirsch et Estivalèzes estiment que certaines critiques formulées dans le collectif sont pertinentes. Entre autres elles soulèvent celles concernant le peu de place laissée aux visions sécularisées du monde.

Point de vue idéologique

Loin de rejeter leurs critiques, la professeure Hirsch est d’avis qu’il faut en reconnaître l’importance. Cependant elle souligne «qu’il ne faut pas non plus tomber dans le piège de tout critiquer d’un point de vue idéologique et de présenter nos affirmations comme si c’était la vérité infuse».

Cela dit, les deux universitaires s’accordent pour affirmer que les manuels du programme, souvent critiqués par les opposants, peuvent être bonifiés. Elles précisent toutefois qu’il est important de ne pas tout mélanger.

«La critique met sur le même plan des documents qui ne sont pas de même nature. Nous avons des manuels scolaires dont certains suivent un processus d’approbation du ministère de l’Éducation. C’est un processus assez poussé. Les manuels passent entre les mains de plusieurs personnes. Par ailleurs, il y a des maisons d’édition qui publient leur matériel sans que ce dernier soit approuvé par le ministère et qui ne l’aurait pas été si elles l’avaient demandé», souligne la professeure Estivalèzes.

Pour sa part, Sivane Hirsch estime que l’un des plus grands problèmes par rapport aux manuels est la question des images. Il est difficile d’illustrer la différence sans tomber dans les clichés qui peuvent renforcer les stéréotypes, selon elle.

À ses yeux, l’objectif du programme Éthique et culture religieuse «est que les élèves puissent apprendre sur le phénomène religieux du point de vue historique, social, anthropologique et culturel. Il veut démontrer toute la diversité religieuse qui existe dans notre société. Il n’enseigne pas sur une religion en particulier, mais sur l’ensemble des religions en les comparant pour voir les éléments qui se ressemblent et ceux qui diffèrent.»

Mireille Estivalèzes précise que le programme n’est pas dénué de sens critique. «Le cours est un espace de discussion sur des questions de société. C’est un cours qui met beaucoup de l’avant la pratique du dialogue. On peut discuter de manière rationnelle et, autant que possible, dépasser le stade de l’opinion. Discuter, développer des arguments, comprendre la complexité des choses. C’est un espace privilégié par certains enseignants et apprécié par les élèves. On peut y discuter de certains sujets de société qui sont vifs et sensibles.»

Sivane Hirsch estime cependant «que nous devrions préciser l’objectif du programme. Et l’objectif, contrairement à ce que les détracteurs en disent, ce n’est pas de promouvoir le multiculturalisme. Moi, j’aurais aimé que l’on parle de la diversité religieuse comme étant l’une des diversités que nous retrouvons dans notre société, sans pour autant faire un cours sur chacune des religions.»

 

du même auteur

Elle rêve d’un Canada aux politiques inspirées par les valeurs chrétiennes et multiplie les initiatives pour influencer les députés et les partis politiques. Alors que le scrutin général du 21 octobre approche, faut-il craindre la droite religieuse au Canada?
2019-10-07 17:00 || Canada Canada

Élections: faut-il craindre la droite religieuse au Canada?

Depuis plusieurs mois, les comptes de nombreux Québécois abonnés aux médias sociaux, tels que Twitter ou Facebook, sont approchés par des membres liés à l'Église de Dieu tout puissant, un mouvement chinois qui se réclame du christianisme.
2019-08-27 17:48 || Monde Monde

Les demandes d'amitié de l’Église de Dieu tout puissant

Elle est juive, il est sikh. Le couple Singh-Guyver fait l'expérience de la diversité religieuse dans le quotidien de la famille.
2019-08-23 13:55 || Québec Québec

Trouver son identité dans la diversité religieuse

articles récents

Sans le dire explicitement, cette sortie publique de Mgr Lépine est une réaction au texte de La Presse intitulé «Dieu guérira ton cancer» publié le samedi 17 août.
2019-08-19 16:34 || Québec Québec

L’Église de Montréal se dissocie des pressions spirituelles exercées sur des personnes vulnérables

Médecin et éthicienne, la Française Marie-Jo Thiel, spécialiste des abus sexuels en Église et auteure du livre 'L’Église catholique face aux abus sexuels sur les mineurs' était de passage à Montréal le 14 juin 2019.
2019-06-18 09:34 || Monde Monde

Une éthicienne spécialiste des abus sexuels de passage à Montréal

Les membres de la Mutuelle d'assurance en Église apprendront le 14 juin quel sort attend Alfonso Graceffa, un des sept membres du conseil d'administration de cette entreprise qui assure les biens des paroisses d'une dizaine de diocèses du Québec.
2019-06-13 11:02 || Québec Québec

Le sort de l'administrateur Graceffa connu demain