Tournée de Pax Christi international

Des voix demandent au pape une encyclique sur la non-violence active

Le pape François salue la foule au Vatican le 30 août 2017.
Le pape François salue la foule au Vatican le 30 août 2017.   (CNS photo/Tony Gentile, Reuters)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2017-09-05 10:26 || Monde Monde

L’organisme catholique Pax Christi international est actuellement en tournée mondiale afin de promouvoir l’Initiative catholique pour la non-violence active dont le but ultime est la publication d’une encyclique sur ce sujet. Au mois de juin, ses représentants se sont arrêtés à Montréal pour rencontrer les communautés religieuses afin de les sensibiliser à ce concept.

Alors que la Syrie est à feu et à sang, que la Corée du Nord et les États-Unis se menacent mutuellement d’une hécatombe nucléaire, Pax Christi international demande au pape François de publier une encyclique sur la non-violence active.

«Cette notion n’est absolument pas développée au sein de l’institution. Elle n’est enseignée ni dans les paroisses, ni dans les séminaires, ni dans les facultés de théologie. Elle est considérée comme une utopie», se désole Greet Vanaerschot, secrétaire générale de Pax Christi international.

En entrevue téléphonique, Mme Vanaerschot avance que cette réalité s’explique parce que l’Église a adopté le concept de la guerre juste. Toutefois, selon elle, les choses changent.

«Au Vatican, certains affirment que ce concept de guerre juste est désuet et ne représente pas une méthode efficace pour faire face à la violence.»

C’est ainsi que la proposition faite au pape François de publier une encyclique sur la non-violence active a trouvé des appuis au plus haut niveau de la hiérarchie ecclésiale. «Nous collaborons avec le Dicastère pour le service du développement humain intégral. Ses représentants nous ont demandé de les aider à mieux comprendre la non-violence active.»

Selon Greet Vanaerschot la proposition faite au pape François de consacrer une encyclique sur la non-violence active, bien que «très très audacieuse», a été bien reçue.

«Jamais nous n’avons entendu quelqu’un nous dire de ne pas avancer avec ce projet.»

Bien plus, le pape lui-même a fait mention de cette notion dans son message marquant la Journée mondiale de la paix en janvier 2017. «Nous sentons qu’il y a un intérêt de la part du pape François. Nous voulons saisir cette opportunité.»

Poursuivre la réflexion

Durant les prochains mois, Pax Christi va poursuivre la réflexion avec des théologiens, des grands penseurs, des personnes et des organisations qui pratiquent les principes de la non-violence active.

«Avec eux, nous voulons présenter une théologie globale et fondamentale de la non-violence active et démontrer son fondement biblique.» Les fruits de leur réflexion seront ensuite rassemblés dans un document qui sera soumis au Vatican afin d’aider à la rédaction d’une éventuelle encyclique.

Au Québec, sortir des cercles catholiques

Au Québec, la proposition de Pax Christi a été bien accueillie par les communautés religieuses qui ont été consultées. Cependant, il y a beaucoup à faire, selon sœur Gisèle Turcot de l’organisme Antennes de paix, membre de Pax Christi international.

«Nous allons faire du chemin là-dessus. Nous allons développer un plan de travail avec l’Assemblée des évêques du Québec, les responsables diocésains de la pastorale sociale, afin de faire cheminer le concept de la non-violence active.»

La religieuse, membre de l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal espère que l’encyclique sur la non-violence active sera du même style que Laudato si’, sur l’environnement. «Elle a été universellement acceptée.»

En ce qui a trait à la notion de guerre juste, elle croit que la réflexion doit se faire également avec les organisations non religieuses.

«Au Québec, ce qui réussit généralement, ce sont des initiatives qui n’ont pas une étiquette chrétienne. Nous devons travailler avec des organismes qui œuvrent avec la non-violence active et qui sont pour l’abandon de la théorie de la guerre juste. La réflexion n’a pas beaucoup de chances de progresser ici au Québec si elle est portée uniquement par l’Église catholique», avance-t-elle.

Par ailleurs, sœur Gisèle Turcot espère beaucoup de la publication prochaine du livre sur la non-violence de Dominique Boisvert. «Bien que complètement indépendant de la démarche de Pax Christi, cet ouvrage va nous aider. Nous allons avoir un outil concret d’information sur ce concept. Il va nous éclairer sur le pouvoir que possède la non-violence dans la résolution de conflits.»

 

du même auteur

Depuis plusieurs mois, les comptes de nombreux Québécois abonnés aux médias sociaux, tels que Twitter ou Facebook, sont approchés par des membres liés à l'Église de Dieu tout puissant, un mouvement chinois qui se réclame du christianisme.
2019-08-27 17:48 || Monde Monde

Les demandes d'amitié de l’Église de Dieu tout puissant

Elle est juive, il est sikh. Le couple Singh-Guyver fait l'expérience de la diversité religieuse dans le quotidien de la famille.
2019-08-23 13:55 || Québec Québec

Trouver son identité dans la diversité religieuse

Le calvaire du Sanctuaire du Sacré-Cœur et de Saint-Padre Pio à Montréal (Sanctuaire de La Réparation, à Pointe-aux-Trembles) comprend quelques-unes des nombreuses statues de l'Union internationale artistique de Vaucouleurs présentes au Québec.
2019-08-16 15:39 || Québec Québec

L’histoire oubliée des statues de l’Union internationale artistique de Vaucouleurs

articles récents

Sans le dire explicitement, cette sortie publique de Mgr Lépine est une réaction au texte de La Presse intitulé «Dieu guérira ton cancer» publié le samedi 17 août.
2019-08-19 16:34 || Québec Québec

L’Église de Montréal se dissocie des pressions spirituelles exercées sur des personnes vulnérables

Médecin et éthicienne, la Française Marie-Jo Thiel, spécialiste des abus sexuels en Église et auteure du livre 'L’Église catholique face aux abus sexuels sur les mineurs' était de passage à Montréal le 14 juin 2019.
2019-06-18 09:34 || Monde Monde

Une éthicienne spécialiste des abus sexuels de passage à Montréal

Les membres de la Mutuelle d'assurance en Église apprendront le 14 juin quel sort attend Alfonso Graceffa, un des sept membres du conseil d'administration de cette entreprise qui assure les biens des paroisses d'une dizaine de diocèses du Québec.
2019-06-13 11:02 || Québec Québec

Le sort de l'administrateur Graceffa connu demain